B. Boivin, . La, ». Au-pays-du-saint-laurent, J. Dans-le-monde-de, and . Cartier, L'aventure au XVIe siècle, sous la direction de Fernand Braudel, éd, Coll. Beaux Arts hors collection, p.83, 1984.

J. Cartier, Voyage de Jacques Cartier au Canada en 1534, op. cit, pp.34-35

, Ces attentes économiques sont identifiées à travers les buts des voyages de Jacques Cartier par Jean Tanguy dans « Le premier voyage d'exploration 1534 » dans Le Monde de Jacques Cartier, op. cit, p. 235 : « L'un des buts du voyage de Jacques Cartier est clairement défini dans un ordre de François Ier

, De plus, ces voyages entrepris visent également à une possible colonisation, les explorateurs évaluent les paysages selon des critères utilitaires : le danger, l'accessibilité, les vivres, Le second but assigné à Jacques Cartier n'est indiqué nulle part explicitement mais il ne fait aucun doute : trouver au nord du Nouveau Continent un passage vers l'Asie

J. De-léry, Histoire d'un voyage faict en la terre du Brésil, op. cit, p, p.156

G. Boccace and . Décaméron, , p.231

C. De-taillemont, Discours des Champs faëz, p.80

F. Rabelais and Q. Livre, , p.155

A. Thevet, Les Singularités de la France Antarctique, p.154

J. Cartier, Voyage de Jacques Cartier au Canada en 1534, p.27

. Ibid, , p.27

. Ibid, , p.27

J. De-léry, Histoire d'un voyage faict en la terre du Brésil, op. cit, p.518

. Ibid, , p.527

L. Lecteur, aurait jamais pu imaginer ce qui se passait lors des voyages si les auteurs n'avaient mentionné ces quelques informations. Les auteurs en livrent juste suffisamment pour attirer encore plus la curiosité des lecteurs tout en ne la satisfaisant pas entièrement

M. Dans, L. Polo, É. P. Devisement-du-monde, M. Ménard, M. Chênerie et al., , p.106, 2001.

J. Cartier, Voyage de Jacques Cartier au Canada en 1534, p.18

G. Boccace and . Décaméron, , p.52

F. Rabelais and Q. Livre, , p.143

E. Virgile, , vol.36

F. Rigolot, Etude Rabelaisiennes, Tome 1, éd. Librairie Droz, coll. Etudes rabelaisiennes, vol.23, p.7, 1956.

F. Rabelais and Q. Livre, , p.142

M. Gomez-géraud, E. Le, and F. Au-xvie-siècle-en, , p.16, 2000.

J. Cartier, Brief recit de la navigation faicte es yles de Canada, vol.2, p.3

J. De-léry and H. , Jean de Léry loue la pratique aussi bien qu'il critique la limite des livres face à l'expérience, op. cit, p. 133 : « Dequoy cependant si quelcun me vouloit arguer, me rapportant plustost de ce faict à ceux qui ont veu l'expérience, qu'à ceux qui ont seulement leu les livres, tout ainsi que je m'en veux faire ici autre decision, p.140

M. De-montaigne, Journal d'un voyage, op. cit, p.323

M. De-navarre and . Heptaméron, , p.40

, les nostres y en trouuerent vn grand comme une Vache, blanc comme vn Cygne, lequel sauta en mer devant eux, et le lendemain de Pasques qui estoit en May, le trouuasmes à moitié chemin nageant vers icelle, aussi viste que nous qui allions à la velle

, le prismes par force : sa chair estoit aussi bonne et delicate à manger que celle d'vn Bouueau, p.449

, Cette description n'est pas sans rappeler le chapitre III 450 de Jean de Léry ou le chapitre XVI ou XX d'André Thevet 451

J. De-léry, Histoire d'un voyage faict en la terre du Brésil, op. cit, p.140

F. Rabelais and Q. Livre, , p.573

J. Cartier, Voyage de Jacques Cartier au Canada en 1534, op. cit, p.26

. Ibid, , pp.20-21

J. De-léry, Histoire d'un voyage faict en la terre du Brésil, op. cit, Des Bonites, Albacores, Dorades, Marsouins, poissons volans, et autres de plusieurs sortes que nous vismes et prismes sous la zone Torride, pp.127-136

A. Thevet, Les Singularités de la France Antarctique, op. cit, p. 105-110 « Des tortues & d'une herbe qu'ils appellent orseille, De la multitudes & diversité des poissons étant sous la ligne équinoxiale, pp.132-136

A. Thevet, Les Singularités de la France Antarctique, op. cit, p.71

J. De-léry, Histoire d'un voyage faict en la terre du Brésil, op. cit, p. 517 « [?] je suis, par maniere de dire, plus qu'esmerveillé de ce que quelqu'un que j'estime digne de foy, a escrit de certains Espagnols

J. De-léry, Histoire d'un voyage en la terre du Brésil, op. cit, p.119

A. Thevet, Les Singularités de la France Antarctique, op. cit, p.423

J. De-léry and . Histoire-d'un-voyage-en-la-terre-du-brésil, paraphrase la version du Psaume 104 de Clément Marot : « Ainsi la mer bornas par tel compas,/ Que son limite elle ne pourra pas/ Outrepasser : et fit ce beau chefd'oeuvre,/ Afin que plus la terre elle ne coeuvre. » (note de Frank Lestringant). Des paraphrases sont repérables p, vol.118, p.527

, 225 « O que troys et quatre foys heureulx sont ceulx qui plantent choux, vol.18

J. De-léry, Histoire d'un voyage en la terre du Brésil, op. cit, p.520

«. Bruck and L. Cinq, gros village en très belle assiette, en la duché de Bavière, catholique

Q. Munich, . Lieues, . Grande-ville-environ-comme-bordeaux, and . De-bavière, où ils ont leur maîtresse demeure sur la rivière d'Isar, Ister. [Elle] a un beau château et les plus belles écuries que j'aie jamais vues en France ni Italie, voûtées, à loger deux cents chevaux. C'est une ville fort catholique, peuplée, belle et marchande, vol.476

, ] s'en vint à Bourdeaulx, mais il n'y trouva pas grand exercice, sinon des guabarriers à jouer aux luettes sur la grave, Thoulose, où il aprint fort bien à danser et à jouer de l'espée

A. Thevet, Les Singularités de la France Antarctique, op. cit, p.127

. Ibid, , p.123

. Ibid, , p.124

J. De-léry, Histoire d'un voyage en la terre du Brésil, op. cit, p.515

A. Burkardt, Commence, voyage et expérience religieuse : XVIe-XVIIIe siècle, p.498, 2007.

M. De-montaigne, Journal d'un voyage, op. cit, pp.134-135

. Paris, L. Blois, . Rochelle, . Angleterre, . Italie et al., Ambroise, village entre Niort et Fors nommé Gript, Voici les pays, régions ou villes traversés par les nouvelles de l'Heptaméron

P. Rome, A. Gênes, . Vérone, . Chypre, . Bologne et al., Pays, régions et villes traversés par les nouvelles du Décaméron

F. Rabelais and . Pantagruel, , p.224

R. and L. Huenen, Le récit de voyage au prisme de la littérature, p.27

J. Cartier, Voyage de Jacques Cartier au Canada en 1534, op. cit, p.27

. Ibid, , p.27

A. Thevet, Les Singularités de la France Antarctique, op. cit, p.65

. Duval-edwin, L. La-messe, . Cène, and . Le, Rabelais en son demi-millénaire, Actes du colloque international de Tours, voyage sans fin du Quart Livre, pp.131-141, 1984.

. Eribon-didier, ;. Levi-strauss-claude, . Broché, . Paris, and . Jacob, ETIENNE Bénédicte, « Frotter et limer sa cervelle contre celle d'aultruy, De près et de loin : suivi de « Deux ans après, vol.167, 2009.

. Genette-gérard, Fiction et diction, Paris, Edition du Seuil, Poétique, 1991. -Figures III, 1972.

. Glauser-alfred, A. Paris, and . Nizet, , 1964.

E. Gomez-geraud-marie-christine, . Le, P. Au-xvie-siècle-en-france, P. Universitaire-de-france, and . Recto-verso, GIULIO Ferroni, « Le pecore e la tempesta : qualche appunto su Folengo e Rabelais », Etudes rabelaisiennes XXXVII, Le Tiers Livre, Actes du Colloque international de Rome, pp.51-59, 1996.

-. Teofilo, Storia generale della letteratura italiana della, pp.379-438, 1999.

. Holtz-grégroire, M. Frank, . De-rolley, and . Thibaut, Voyager avec le diable : voyages réels, voyages imaginaires et discours démonologiques (XVeXVIIe siècles), 2008.

R. Le-huenen, Ecrire le monde à la Renaissance, Caen, Paradigme, Varia, 1993. -« L'insulaire de Rabelais ou la fiction en archipel (Pour une lecture topographique du Quart Livre) », in Etudes rabelaisiennes XXI, Rabelais en son demimillénaire, L'atelier du cosmographe : ou l'image du monde à la renaissance, pp.249-274, 1984.

L. Sophie, 1529-1722) : poétique et imaginaire d'un genre littéraire en formation, Gallia orientalis : voyages aux Indes orientales, 2003.

;. Marrache-gouraud-myriam, . Genèvre, . Droz, ;. Travaux-d'humanisme-et-renaissance, . Robert et al., Hors toute intimidation » : Panurge ou la parole singulière, Etudes rabelaisiennes XLI, 1956.

. Mochiri-pouneh, Ut pictura prosa ornata : fonctions et implications de la description d'art dans la littérature en prose au XVIe (Domaine Franco-Italien), thèse de doctorat sous la direction de François Lecercle, 2002.

. Mosser-monique and . Jardins-de-papier, Beaux Arts, vol.90, pp.89-93, 1991.

, Histoire des Jardin de la Renaissance à nos jours, Flammarion, 1991.

. Montagne-véronique, B. Thomine-bichard-marie-claire, . Des-périers, T. Véronique, M. Marie-claire et al., Bibliothèque des sciences humaines, Paris, Gallimard, Découvertes Gallimard, 1970.

. Roudaut-jean, ». Récit-de-voyage, and L. Dans, Dictionnaire des genres et notions littéraires, préface de François Nourissier, Paris, Encyclopaedia universalis, 1997. SMITH Paul Johannes, Voyage et écriture : étude sur le Quart Livre de Rabelais, Etudes rabelaisiennes XXI, Rabelais en son demi-millénaire, Actes du Colloque international de Tours, pp.203-211, 1984.

R. -«-pulci, Studi Francesi, n°25, pp.89-93, 1965.

. Tinguely-frédéric, ». Jean-de-léry, F. Dans-d'encre-de-brésil-;-Écrivain, M. Lestringant, and D. Gomezgéraud, Les voyageurs aux mille tours : Les ruses de l'écriture du monde à la Renaissance, pp.127-146, 1999.

, Dictionnaires Dictionnaire de l'Académie française, 1991.

A. Furetière and D. Universel, Dictionnaires des 16 e et 17 e s, 1934.

A. Rey, Dictionnaire historique de la langue française : contenant les mots français en usage et quelques autres délaissés, avec leur origine proche et lointaine, 2010.

P. Richelet and D. François,

, Consultation des imprimés numérisés de la bibliothèque nationale de France, Accès aux bases de données de plusieurs dictionnaires. nous estoit assigné au pays de Normandie, y faisant nos preparatifs

, Y eut faict equipper en guerre, aux despens du Roy, trois beaux vaisseaux : fournit qu'ils furent de vivres et d'autres choses necessaire pour le voyage

. Iv, 'heure du retour 1) Les retours

R. ?-françois, Pantagruel, op. cit, pp.216-224

. De-faict, une heure après, se leva le vent nommé nord-nord-west, auquel ilz donnérent pleines voilles, et prindrent la haulte mer, et, en briefz jours passans par Porto Sancto, par Medere, firent scalle ès Isles de Canarre. De là partans, passerent par Cap Blanco, par Senege, par le Cap de Bona Seperantza

M. , De là partans, firent voile au vent de la Transmontane, et passant par Meden, par Il parlait encore, que le souffle strident de l'Aquillon frappe en plein sa voie, et soulève les flots jusqu'aux astres. Les rames se brisent, puis la proue se détourne et livre aux vagues le flanc du navire

?. Partout, Le pilote lui-même, Palinure, du haut de sa poupe, s'écria : « Hélas ! pourquoi l'éther s'est-il enveloppé de nuage si lourds ? Que nous prépares-tu, Père Neptunes ? » Ayans dit, il ordonne aussitôt de serrer la voilure et de faire force de rames, vol.107

. »-?-homère, . Odyssée, P. Cit, L. L'euros, . Notos et al., 96-97 : « A ces mots, prenant son trident et rassemblant les nues, Il démonta la mer. Venus de tous les horizons, Les vents soufflèrent en rafale, et la brume noya Le rivage et les flots. La nuit tomba du haut du ciel : Ensemble s'abattaient, faisant rouler de grandes houles

, Alors, sentant se dérober ses genoux et son coeur, Ulysse dit, tout éploré

, A ces mots, une grosse vague abrupte le frappa, Dans un élan terrible

, Il demeura lui-même enseveli un bon moment Sans pouvoir remonter sous l'assaut des puissantes vagues

, Il en sortit enfin et de sa bouche recracha Les paquets d'âcre écume dont sa tête ruisselait

, Mais malgré sa douleur, il ne pensait qu'à son radeau

, S'élançant à travers les flots, il alla le reprendre Et s'installa bien au milieu pour éviter la mort

, « Zeus, maître des nuages, lança contre nous Borée et ses terribles ouragans : il noya sous les nues le rivage et la mer ; du haut du ciel tomba la nuit. Nos vaisseaux couraient, donnant de la bande, p.151

, Peut-être serais-je arrivé indemne en ma patrie

. Mais-la-houle, . Borée, and . Au-moment-de-doubler-malée,

, Alors, pendant neuf jours, des vents funestes m'emportèrent Sur la mer aux poissons

, Les tempêtes contemporaines

. Dans-une-très-belle and . Grande-volière,

, « L'après-dînée, eux quatre gentilshommes et un guide prirent la poste pour aller voir un lieu du duc qu'on nomme Castello, pp.180-182

, en l'une des salles, il se voit la figure d'un animal à quatre pieds, relevé en bronze sur un pilier, représenté au naturel, d'une forme étrange, le devant tout écaillé, et sur l'échine je ne sais quelle forme de membre

. Capricorne-vers-le-sud, « En l'une de ces îles, nommée Ténériffe, y a une montagne de si admirable hauteur, pp.75-76

. Cette and . Le-pych, en tout temps quasi nébuleuse, obscure et pleine de grosses et froides vapeurs, et de neige pareillement

?. Jean-de-léry, Histoire d'un voyage faict en la terre du Brésil, op. cit, pp.147-148

«. Herbes, de ceste contrée là aussi verdoyantes que sont cees de nostre France és mois de May et de Juin : ce qui se voit tout le long de l'année, et en toutes saisons en ceste terre du Bresil. » ? Jacques Cartier, Voyage de Jacques Cartier au Canada en 1534, op. cit, pp.18-19

. Oyseaux, qui toutesfois estoit rompue et diuisee en pieces, mais nonobstant ceste glace nos barques ne laisserent d'y aller pour auoir des oyseaux, desquels y a si grand nombre que c'est chose incroyable à qui ne le void, parce combien que ceste Isle, laquelle peut auoir vne lieuë de circuit

S. «-i'appelay-ceste-isle-du-nom-de, Catherine en laquelle vers Est, y a vn pays sec et mauuvais terroir enuiron vn cart de lieuë, pour ce est-il besoin faire vn peu de circuit

, en sorte qu'il estoit impossible d'y monter dessus, et entre icelles y a vn petit escueil. Ces Isles estoyent plus remplies d'oiseaux que ne seroit vn prè d'herbe, trois Isles, desquelles y en auoit deux oetites droites comme vn mur, pp.34-35

, Ces Isles sont de meilleure terre que nous eussions oncques veuë, en sorte qu'vn champ d'icelle vaut plus que toute la terre Neufue, nous la trauasmes plaine de grands arbres, de prairies, de campagnes plaines de froment sauuage, et de pois qui estoyent fleuris aussi espais et beaux comme l'on eust peu voir en Bretagne [?], l'on y voyait aussi grande quantité de raison ayant la fleur blanche dessus, des fraises, roses incarnates, persil, et d'autres herbes de bonne et forte odeur.» p. 39 : « [?] vn tresbeau Cap de terre nommé la Cap d'Orleans. Toute ceste terre est basse et plate, et la plus belle qu'il est possible de voir

J. Cartier, « [?] le vent se changea et vint de Su, lequel nous conduit dans le golfe, si bien que par la grace de Dieu nous entrasmes le lendemain qui estoit le ix, pp.66-67

?. Jean-de-léry, Histoire d'un voyage faict en la terre du Brésil, op. cit, p. 115 : « Nous fusmes doncques ainsi agitez, et navigasmes avec grandes difficultez jusques au trezieme jour apres nostre embarquement, que Dieu appaisa les flots et orages de la mer. » p. 509 : « Toutesfois comme Dieu voulut, quelques uns, du nombre desquels je fus, s'estant resolus de prolonger la vie autant qu'ils pourroyent

, 511 : « dans ce vieil et meschant vaisseau, auquel, comme en un sepulchre

, C'est une ville catholique sous la protection des huit cantons de

. Suisse, 96 : « Lendemain, qui était dimanche, nous y ouïmes la messe, et y remarquai cela, que les femmes tiennent tout le côté gauche de l'église et les hommes le droit, sans se mêler. » p. 111 : « Nous passâmes une ville nommée Sonchem, qui est impériale et catholique, vol.115

, C'est une petite ville impériale qui n'a jamais voulu recevoir compagnie d'autre religion que catholique

, Il trouva que tout le peuple était luthérien. » p. 120 : « PFRONTEN

, « KEMPTEM, vol.118

M. Le-même-jeudi-matin, de Montaigne alla à l'église des luthériens, pareille, aux autres de leur secte et huguenotes, sauf qu'à l'endroit de l'autel, qui est à la tête de la nef, il y a quelques bancs de bois qui ont des accoudoirs au-dessous, afin que ceux qui reçoivent leur cène, se puissent mettre à genoux