Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Conséquences d’une infection néonatale au virus du Chikungunya par transmission materno-fœtale. Évaluation neurocognitive à l’âge de 10 ans

Résumé : Introduction : Le chikungunya est une arbovirose transmise par les moustiques tigres qui connait actuellement une expansion pandémique depuis sa réémergence en 2004. Lors d’une épidémie sans précédent sur l’île de la Réunion entre 2005 et 2006, les pédiatres ont décrit pour la première fois une transmission verticale materno-fœtale de ce virus au moment de l’accouchement. Les principales conséquences pour le nouveau-né étaient d’ordre neurologique, avec une évaluation des enfants à l’âge de deux ans qui suggérait un retard global des acquisitions psychomotrices secondaire à cette infection néonatale. Objectifs : L’objectif principal de notre étude était d’évaluer vers l’âge de 10 ans les performances neurocognitives des enfants infectés au virus du chikungunya par transmission materno-fœtale. Les objectifs secondaires étaient d’évaluer la présence de séquelles neurosensorielles associées, d’évaluer le parcours scolaire de l’enfant et le recours ou non à des soins spécialisés tels que l’orthophonie, l’orthoptie ou la psychomotricité. Méthodes : Nous avons revu en 2015, 21 enfants de la cohorte CHIMERE alors âgés de 10 ans, infectés par le virus du chikungunya en période néonatale. À partir de l’échelle d’évaluation EDA (Évaluation des fonctions cognitives et Apprentissages de l’enfant), nous leurs avons fait passer une batterie de tests neurocognitifs en comparaison d’une population de référence de 626 enfants, afin de dépister une déficience neurocognitive. Résultats : Les résultats montraient une performance moindre des enfants infectés, inférieure à -1DS sur les fonctions verbales et non verbales et une performance légèrement supérieure à -1DS sur les fonctions d’apprentissage de l’EDA (p < 0,001). 4 enfants sur 21 (soit 19 %) avaient une encéphalopathie sévère avec un retard psychomoteur et une scolarisation en centre adapté au handicap. Les IRM réalisées chez les enfants les plus atteints, montraient un hypo-métabolisme de la substance blanche frontale où se situent les aires cérébrales qui contrôlent la coordination et le langage. Conclusion : L’infection materno-foetale au virus du chikungunya a des conséquences majeures sur les fonctions neurocognitives de l’enfant malgré une grande plasticité cérébrale. Les obstétriciens, les néonatologues et les neuro-pédiatres doivent être en première ligne pour la prévention et la surveillance de ces épidémies d’arboviroses.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [130 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02112103
Contributor : La Réunion Université <>
Submitted on : Friday, April 26, 2019 - 2:18:02 PM
Last modification on : Monday, June 3, 2019 - 6:58:56 AM

File

 Restricted access
To satisfy the distribution rights of the publisher, the document is embargoed until : 2021-02-08

Please log in to resquest access to the document

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02112103, version 1

Citation

Raphaëlle Sarton. Conséquences d’une infection néonatale au virus du Chikungunya par transmission materno-fœtale. Évaluation neurocognitive à l’âge de 10 ans. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02112103⟩

Share

Metrics

Record views

78