Épidémiologie des microsporidies

Résumé : L'épidémiologie des microsporidioses est encore mal connue car si la transmission féco-orale apparaît très probable, on ignore encore beaucoup sur l'origine du parasite, la possibilité d’un portage sain chez l’homme (qui semble cependant très probable), ainsi que sur l’existence d'un éventuel réservoir animal. On sait cependant que de nombreux animaux, vertébrés ou non, sont susceptibles d'être infectés. L'infection intestinale, la plus documentée, semble être cosmopolite puisqu'elle a été décrite aussi bien en Europe qu'aux Etats-Unis et en Afrique. Les différences de prévalence observées allant de 5% (Afrique) à 30% (USA), en ce qui concerne les diarrhées sans étiologie, doivent d'abord faire évoquer des différences d’ordre technique liées aux difficultés diagnostiques avant d’envisager des variations dans la répartition géographique (il est bon aussi de rappeler que les spores de microsporidies ne survivent que quelques jours lorsqu'elles sont exposées à la lumière du soleil). Plusieurs espèces de microsporidies, identifiables par leurs caractéristiques ultrastructurales, ont été reconnues responsables chez l'homme le plus souvent immunodéprimé, d’atteintes oculaires, neurologiques, hépatiques, péritonéales, musculaires et intestinales. L'extension d’Enterocytozoon bieneusi à d’autres localisations dans l'organisme est également un fait nouveau. D’abord considéré comme un parasite du duodénum et du jéjunum avec atteinte des voies biliaires (S. Pol, Hôpital Laennec, F. P. Châtelet, Hôpital Rothschild, Paris), il a été récemment mis en évidence dans la muqueuse nasale de patients souffrant de rhinites et de sinusites chroniques. Celles-ci peuvent être également causées par la seconde microsporidie intestinale Septata intestinalis (observations présentées par E. Schattenkerk, Academic Medical Center, Amsterdam). Tous les cas de microsporidioses précités sont relatés chez des patients infectés par le VIH. La présence de spores microsporidiennes dans les selles de jeunes enfants de Niamey, non suspectés d'être infectés par ce virus, a cependant été rapportée par S. Bretagne et ses collaborateurs (Hôpital Henri Mondor, Créteil). Cette observation intéressante ne remet pas en question le caractère opportuniste de ces parasitoses. Le séminaire, tenu à Paris les 15 et 16 décembre 1992, a permis d'apprécier l’évolution rapide des connaissances et de la méthodologie relatives aux microsporidioses associées au SIDA Pour l’instant, les pays les plus engagés dans cette recherche sont l’Angleterre, l'Australie, la France, les Pays-Bas ainsi que les USA. La possibilité de recourir à des méthodes de diagnostic plus efficaces va donc faciliter les enquêtes relatives à ces parasitoses et multiplier, de ce fait, les sources d'information. Parmi les problèmes à résoudre se posent celui de la découverte de traitements efficaces, et celui de l'origine d'Enterocytozoon bieneusi dont le réservoir naturel n'est pas identifié.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [30 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02169708
Contributor : Jean-Hugues Morneau <>
Submitted on : Monday, July 1, 2019 - 2:31:53 PM
Last modification on : Wednesday, July 3, 2019 - 1:19:38 AM

File

1993GRE17060_petrossi_christel...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02169708, version 1

Citation

Christelle Petrossi. Épidémiologie des microsporidies. Sciences pharmaceutiques. 1993. ⟨dumas-02169708⟩

Share

Metrics

Record views

14

Files downloads

8