Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

pH in utero : évaluation des pratiques professionnelles. Respect des recommandations professionnelles sur l’indication à la réalisation du pH in utero

Résumé :
Introduction : L'arrivée de la cardiotocographie en salle de naissance a modifié les pratiques en permettant une meilleure surveillance du foetus. On s’est aperçu que le bénéfice du RCF est moins bon qu’attendu. Pour cela, un moyen de diagnostic de seconde ligne a été mis en place : le pH in utero (pHiu), qui a amélioré le pouvoir prédictif de l’acidose. Cependant, une prise en considération de la balance bénéfice/risque est à acquérir avec une pratique à bon escient. C’est pour cela que s'est posée la question de savoir si les recommandations professionnelles sur l’indication à la réalisation du pH in utero sont respectées. Cette analyse repose sur différents critères qui nous permettent de différencier les RCF normaux et les RCF à risque élevé d’acidose. Pour cela, les classifications CNGOF et FIGO sont indispensables à la réalisation d’un pH au scalp : l’indication de sa réalisation est un classement du RCF dans le groupe 3 pendant au moins une heure ou du groupe 4 du classement CNGOF, ou dans le groupe 2 ou 3 pour le classement FIGO.

Matériel et Méthode : Afin de répondre à la problématique posée, une étude rétrospective, quantitative, descriptive, monocentrique et transversale a été menée. Pour cela, ont été récoltées les données de toutes les femmes ayant accouché d’un foetus unique, vivant, en présentation céphalique ayant eu un pHiu entre le 1er janvier 2011 et le 31 décembre 2016. Pour chaque tracé RCF, un classement par groupe a été effectué : un l’heure précédent le pHiu et un l’heure qui le suit et cela pour chaque pHiu selon le classement CNGOF et FIGO.

Résultats : Les principaux résultats de cette étude montrent que la RPM, la multiparité et l’amnio-infusion auraient une influence sur la conformité de la réalisation du pHiu et que les foetus de sexe masculin auraient tendance à avoir significativement plus de pHiu. Nous avons pu voir que certains pHiu ont été réalisés sans que le RCF ne soit dans un groupe à risque d’acidose, ce qui montre une non-conformité de la réalisation du pHiu. Il y a une tendance à avoir plus d’acidoses chez les pHiu conformes que chez les non-conformes, ce qui montre un meilleur dépistage de l’acidose quand la conformité est respectée.

Conclusion : Certains facteurs influenceraient les professionnels à la réalisation du pHiu, notamment la parité ou un délai depuis la rupture de la poche des eaux supérieur à 24h ou encore l'amnio- infusion. Enfin, les foetus de sexe masculin auraient tendance à avoir plus d’anomalies du rythme que les foetus de sexe féminin. C’est après le classement en groupe et de ce fait, si besoin, la réalisation du pHiu qu’il faut tenir compte des facteurs de risque de la grossesse et du contexte obstétrical pour adapter la conduite à tenir.
Complete list of metadatas

Cited literature [35 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02171077
Contributor : Bibliothèque Universitaire Vauban - Buvar <>
Submitted on : Tuesday, July 2, 2019 - 3:51:39 PM
Last modification on : Saturday, October 26, 2019 - 1:48:13 AM

File

FMM_MEM_SF_2018_Hubert_Anne-So...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02171077, version 1

Collections

Citation

Anne-Sophie Hubert. pH in utero : évaluation des pratiques professionnelles. Respect des recommandations professionnelles sur l’indication à la réalisation du pH in utero. Gynécologie et obstétrique. 2018. ⟨dumas-02171077⟩

Share

Metrics

Record views

28

Files downloads

56