Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

La contraception, une affaire d'homme ? Étude quantitative prospective unicentrique au sein de l’Université Catholique de Lille

Résumé :
La contraception est à ce jour plutôt considérée comme une prérogative féminine. Le préservatif, le retrait et la vasectomie sont les trois seules méthodes contraceptives masculines existantes. Des recherches sur de nouvelles méthodes médicales sont en cours depuis 1979 en France mais aucun résultat n’est abouti aujourd’hui. Pourtant il existe une demande de la part des hommes. S’interroger quant à la contraception masculine soulève des représentations sous-jacentes : le non-respect d’un ordre naturel, la mise en péril de l’intégrité corporelle, le déséquilibre d’un ordre social. Mais les hommes connaissent-ils bien les méthodes contraceptives masculines existantes ? Quelles représentations en ont-ils ? Sont-ils prêts à s’investir davantage et à reprendre un rôle d’acteur confirmé dans le domaine de la contraception ?

Cette étude quantitative prospective unicentrique a été réalisée auprès d’hommes au sein de huit facultés de l’ICL entre le 5 décembre 2017 et le 31 janvier 2018 au moyen d’un questionnaire diffusé sur une plateforme sécurisée.

122 hommes ont été inclus dans l’étude. La plupart sont des étudiants et ont en moyenne 20ans. 45% des interrogés se sentent suffisamment informé au sujet de la contraception masculine. Cependant leurs connaissances semblent insuffisantes sur le sujet.

Les hommes ont en majorité une représentation positive de la contraception masculine malgré des inquiétudes exprimées quant aux effets secondaires ; 48% pensent qu’elle affecte la libido et 32% supposent qu’elle est nocive pour la santé. De plus 31% estiment que la contraception reste une préoccupation féminine.

/La plupart des interrogés ne sont pas au courant des recherches en cours sur la contraception masculine mais 93% trouvent qu’elles sont justifiées. 69% n’adhéreraient pas à une nouvelle méthode contraceptive hormonale. Plusieurs motivations ressortent quant à l’adhésion d’une possible méthode contraceptive : s’investir plus dans la contraception du couple, contrôler sa propre contraception et l’utiliser dans le cas de contre-indications du partenaire.

Une sensibilisation par les professionnels de santé et relayée par les médias pourraient susciter la réflexion autour de la contraception masculine. Une réponse plus appropriée des intéressés pourrait être obtenu après la parution de résultats concrets des études faites dans le domaine.
Complete list of metadatas

Cited literature [30 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02172276
Contributor : Bibliothèque Universitaire Vauban - Buvar <>
Submitted on : Wednesday, July 3, 2019 - 4:26:35 PM
Last modification on : Saturday, October 26, 2019 - 1:48:14 AM

File

FMM_MEM_SF_2018_Vernier_Lisa.p...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02172276, version 1

Collections

Citation

Lisa Vernier. La contraception, une affaire d'homme ? Étude quantitative prospective unicentrique au sein de l’Université Catholique de Lille. Gynécologie et obstétrique. 2018. ⟨dumas-02172276⟩

Share

Metrics

Record views

44

Files downloads

56