Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Facteurs pronostiques des Fécondations In Vitro pour infertilité inexpliquée

Résumé : Introduction : chez 15 à 30% des couples infertiles, aucune cause n’est retrouvée et le terme d’infertilité inexpliquée est en général employé. Le diagnostic « d’infertilité inexpliquée » ne correspond cependant à aucune définition consensuelle. L’incapacité à trouver une cause à l’infertilité des couples ne signifie pas qu’il n’y en a pas. Le but de notre étude a été de rechercher des facteurs pronostiques de naissance vivante après fécondation in vitro (FIV) chez des couples pris en charge pour une infertilité étiquetée comme inexpliquée. Matériels et méthodes : étude de cohorte rétrospective, monocentrique, réalisée au Centre Clinico-Biologique d’AMP de l’Hôpital de La Conception, des couples pris en charge par FIV pour infertilité inexpliquée avec un âge de la femme ≤ à 40 ans. Les critères d’exclusion ont été toutes anomalies, même mineures, du spermogramme ou si suspicion de diminution de la réserve ovarienne (âge de la femme > 40 ans, AMH < 1,1 ng/ml). L’analyse principale a comparé les couples ayant eu une naissance vivante après FIV versus les couples restant sans enfant après FIV. Résultats : entre le 1er janvier 2013 et le 31 décembre 2017, 104 couples ayant une infertilité inexpliquée ont été inclus (196 cycles de FIV et 234 transferts d’embryons). L’âge moyen des femmes était de 37,1 ± 6,5 ans. Le taux d’échec de fécondation était de 4.6 %. Le taux d’accouchement par transfert frais était de 18,8% et le taux d’accouchement par transfert d’embryon congelé était de 17,4%. Au total, 50 enfants sont nés vivants. Aucune différence statistiquement significative n’a été observée concernant les facteurs pronostiques cliniques entre les deux groupes. Les taux de fécondation n’étaient pas différents entre les deux groupes. En analyse multivariée, le taux de naissance vivante était significativement augmenté avec le nombre d’ovocytes fécondables (p = 0,029), le nombre total d’embryons (p = 0,001), le nombre d’embryons diploïdes (p = 0,033), le nombre d’embryons transférés (p = 0,032) et la qualité des embryons transférés (embryons top versus embryons non-top) (p = 0,04). Le taux de naissance vivante cumulé sur l’ensemble des tentatives de FIV était de 46,1%. Conclusion : en cas d’infertilité inexpliquée, les chances d’avoir un enfant après FIV sont de 46,1 %, ce taux étant important dans l’information que nous devons donner aux couples s’engageant dans ce parcours. Aucune caractéristique clinique ne nous permet de fournir des éléments pronostiques favorables ou défavorables chez ces couples dont les femmes avaient moins de 40 ans. Dans notre expérience, l’infertilité inexpliquée n’est pas une indication d’ICSI en première intention.
Complete list of metadatas

Cited literature [49 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02174369
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Friday, July 5, 2019 - 9:44:21 AM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:46:36 PM

File

THESE BOSSELUT(1).pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02174369, version 1

Collections

Citation

Hortense Bosselut. Facteurs pronostiques des Fécondations In Vitro pour infertilité inexpliquée. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02174369⟩

Share

Metrics

Record views

186

Files downloads

37