Apoprotéines et nutrition

Résumé : Il se dégage de ce travail que les aliments jouent un rôle de régulation dans le bilan lipidique. Il y a une influence incontestable de la nutrition sur le taux des apoprotéines plasmatiques. Il est vrai que les apoprotéines AII, AVI, C et E ne sont encore que très peu étudiées. La connaissance de leurs métabolismes étant trop récente, la compréhension de l'influence de la nutrition sur leurs concentrations est rendue difficile par le manque de travaux publiés. Les résultats concernent essentiellement l'apo AI et l'apo B et ces résultats concordent toujours quels que soient les auteurs et les pays. En revanche, personne n'a assez de recul pour expliquer les mécanismes impliqués dans les fluctuations des taux des apoprotéines, même si des hypothèses sont posées. Il reste donc beaucoup de recherches à faire sur ce sujet. Connaissant le rôle des apoprotéines dans le métabolisme des lipoprotéines tel qu'il a été décrit au chapitre III, il faut se rappeler deux notions simplistes mais essentielles : 1.- Un taux de faible d'apo AI limite l'élimination du cholestérol cellulaire. 2.- Un taux élevé d'apo B favorise l'accumulation du cholestérol. L'ensemble des deux entraine une augmentation de l'athérogénèse donc une augmentation du risque cardiovasculaire. C'est la raison pour laquelle il est impératif de connaître l'influence des aliments sur les apoprotéines, de façon à prévenir les risques d'athérosclérose. En pratique courante, seules les apo AI et apo B sont dosées. On considère que la valeur moyenne, sur une population témoin, de l'index apo B / apo AI est de 0,68. La diminution de cet index est recherchée pour réduire les risques cardiovasculaires. Se référer aux tableaux récapitulatifs pour chaque apoprotéine, des chapitres IV-11 ; V-4 ; VI-7 ; VII-11 ; VIII-7 et IX-6. Souvent d'ailleurs, les variations des apo AI et apo B vont dans le même sens. L'huile de poisson, par exemple, abaisse le taux d'apo B mais également celui de l'apo AI En revanche, la consommation aigüe d'alcool n'entraînera qu'une hausse du taux d'apo B, d'où une influence néfaste sur l'athérogénèse. Sur ce sujet, les recherches n'en sont qu'à leur début et si l'on veut prévenir les maladies cardiovasculaires, il faudra encore exploiter tous ces travaux. La prévention n'est-elle pas la meilleure des thérapeutiques ?
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [149 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02177652
Contributor : Jean-Hugues Morneau <>
Submitted on : Tuesday, July 9, 2019 - 11:35:46 AM
Last modification on : Thursday, July 11, 2019 - 1:23:37 AM

File

1993GRE17059_delignette_emmanu...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02177652, version 1

Citation

Emmanuelle Delignette. Apoprotéines et nutrition. Sciences pharmaceutiques. 1993. ⟨dumas-02177652⟩

Share

Metrics

Record views

24

Files downloads

54