Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Biothérapies versus immunosuppresseurs conventionnels au cours des uvéites non-infectieuses non-antérieures : étude comparative rétrospective

Résumé : Les uvéites non-infectieuses non-antérieures représentent une cause majeure de cécité dans les pays industrialisés. Aujourd'hui, en cas de rechute sous corticothérapie ou de cortico-dépendance, l'intensification thérapeutique repose sur les immunosuppresseurs conventionnels (méthotrexate, mycophénolate mofétil ou azathioprine). Cependant, avec l'émergence des biothérapies (anti-TNF alpha et anti-récepteur à l'IL-6), la stratégie thérapeutique actuelle est en train de se redéfinir. Matériels et méthodes Étude rétrospective monocentrique au CHU Rouen. Les patients majeurs présentant une uvéite intermédiaire, postérieure ou panuvéite non-infectieuse étaient divisés selon le traitement en cours lors de l'inclusion : groupe immunosuppresseur conventionnel ou groupe biothérapie. Le critère de jugement principal était un critère composite défini par l'apparition d'une rechute sous traitement ou l'arrêt du traitement pour un effet indésirable grave. La rechute était précisée selon des critères ophtalmologiques : majoration de l'inflammation intraoculaire et/ou détérioration de l'acuité visuelle et/ou absence d'amélioration de l'oedème maculaire ou d'une vascularite. Résultats Parmi les 1053 dossiers extraits, 79 patients ont été inclus, majoritairement de sexe féminin (51 %). On dénombrait 51% de panuvéites, 44 % d'uvéites postérieures et 5 % d'uvéites intermédiaires. Sur le plan diagnostique, il s'agissait principalement d'uvéites idiopathiques (31 %), de maladies de Birdshot (25 %), de sarcoïdoses (16 %) et de maladies de Behçet (13 %). Trente-six patients ont été inclus dans le groupe biothérapie et 39 dans le groupe immunosuppresseur conventionnel (ISc). Les patients du groupe biothérapie présentaient une maladie plus ancienne (p = 0,03) et avaient davantage rechuté (p = 0,01). Le critère de jugement principal a été atteint pour 56 % des patients sous biothérapies versus 59 % des patients du groupe ISc (p = 0,95), avec un délai médian de survenue de 16 mois versus 21 mois pour le groupe ISc (p = 0,47). Il n'y avait pas de différence entre les deux groupes en termes de survie sans progression, d'épargne cortisonique, d'amélioration de l'acuité visuelle, de correction de l'oedème maculaire ou d'effets indésirables. En revanche, les biothérapies étaient significativement plus efficaces pour assurer un contrôle précoce de l'inflammation oculaire (quiescence oculaire à 6 mois pour 92 % des patients traités par biothérapies versus 68 %, p = 0,046). À l'échelle individuelle, la cortico-dépendance au moment de la rechute était moins élevée sous biothérapies (p = 0,001). Conclusion Notre étude montre que les immunosuppresseurs conventionnels doivent conserver leur place de première intention lors de l'intensification thérapeutique. Les biothérapies apparaissent comme une option intéressante en cas d'inflammation sévère, devant leur rapidité d'action. De plus, les biothérapies semblent plus efficaces pour assurer une épargne cortisonique à l'échelle individuelle et en cas de cortico-dépendance.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [333 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02316184
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Tuesday, December 3, 2019 - 12:30:33 PM
Last modification on : Thursday, January 23, 2020 - 1:30:55 AM
Long-term archiving on: : Wednesday, March 4, 2020 - 1:06:46 PM

File

Leclercq_Mathilde.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02316184, version 1

Citation

Mathilde Leclercq. Biothérapies versus immunosuppresseurs conventionnels au cours des uvéites non-infectieuses non-antérieures : étude comparative rétrospective. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨dumas-02316184⟩

Share

Metrics

Record views

71

Files downloads

153