Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Bilan de l'activité de la maternité universitaire de Grenoble durant l'année 1968 (références particulières pour les facteurs de mortinatalité)

Résumé : L'accouchement ne représente plus un risque vital pour la mère ; aussi le pronostic fœtal est-il devenu la principale préoccupation des gynécologues-accoucheurs. La mortalité périnatale demeure encore élevée ; dans notre bilan elle est de 52 pour 2001 naissances. Les facteurs qui ont une influence sur le pronostic fœtal sont multiples et souvent intriqués. - Nous avons mis en évidence dans les généralités l'action d'un certain nombre de facteurs favorisants, d'ordre socio-démographique contre lesquels nous ne pouvons exercer d'action proprement médicale. - A ces causes favorisantes s'en ajoutent d'autres, déterminantes proprement médico-obstétricales : Les unes d'origine "endogène" correspondent outre les facteurs génétiques à tous les états pathologiques maternels en un mot à toutes les anomalies biologiques de la grossesse responsables par l'intermédiaire de la prématurité ou non d'un grand nombre de morts périnatales : 36 sur 52 dont 12 à terme et 24 prématurés. L'amélioration du niveau social des parturientes au cours de ces deux dernières années laisse espérer une fréquentation plus importante et plus régulière des visites prénatales. Les grossesses de "risque élevé" pourront être ainsi reconnues plus souvent et plus précocement. Malheureusement dans l'état actuel des connaissances les moyens prophylactiques et thérapeutiques sont encore trop souvent inefficaces, surtout lorsqu'il s'agit de l'extrême prématurité, des malformations, du placenta praevia. Si nos possibilités d'action sont plus grandes en cas de diabète, d'iso-immunisation anti-rhésus, de toxémies gravidiques, elles demeurent néanmoins limitées. Les autres d'origine "exogène", traumatiques et anoxiques lors de l'accouchement, ou liées à des soins imparfaits à la naissance sont encore trop souvent rencontrées : 7 sur 52 dont 5 à terme et 2 prématurés, Dans ces 7 cas où le traumatisme de l'accouchement peut être invoqué, on peut espérer une régression de la mortalité périnatale - par l’extension des indications de césariennes, surtout pour les enfants à terme. - par la modernisation de l'équipement de la maternité et l'existence d’un centre de prématurés dans les mêmes locaux. D'autre part, l'enseignement de l'obstétrique devrait mettre l'accent sur les erreurs de diagnostic fréquentes, entraînant des thérapeutiques inadéquates responsables dans notre bilan d'une mort fœtale. - Dans 3 cas (2 à terme et 1 prématuré) la cause de la mort n'est qu'hypothétique ou adjuvante. Dans 6 cas (6 prématurés) la mort périnatale ne peut recevoir de définition claire et être rattachée à une cause précise. Donc, soit parce que la mort est survenue sans aucune explication, soit parce que notre action sur une cause connue est extrêmement aléatoire, la limite de régression de la mortalité demeure encore incompressible. En imaginant les conditions d'une obstétrique idéale la mort de 5 enfants seulement sur 52 aurait peut-être pu être évitée. Même si la MORTALITE disparaît, on doit s'attacher de plus en plus à faire régresser la MORBIDITE. En effet, la prématurité par sa fréquence et sa gravité demeure d'une importance capitale et dont la solution : - ferait non seulement reculer la mortalité périnatale dans des proportions considérables (33 sur 52 mort-nés du service ne sont pas à terme) ; - mais ferait également diminuer dans des proportions non négligeables le nombre des infirmes cérébro-moteurs ou psychiques dont le coût financier et humain est pour la société, incalculable. 56 enfants sont nés vivants mais avec un bilan d'APGAR < 7. Parmi ceux-ci 13 sont prématurés. Cependant la prématurité n'est pas, tant s'en faut, la seule responsable de tels accidents. En effet, les 43 autres cas de bilan d'APGAR < 7 concernent des enfants à terme ; pour 27 d'entre eux il n'était pas possible d'obtenir un meilleur résultat soit parce que nous en ignorions la cause, soit parce que notre action sur une cause connue était inefficace. Mais pour les autres (dystocies dynamiques et présentations du siège, notamment), on peut penser qu'une attitude thérapeutique différente (élargissement des indications de césariennes en particulier) améliorerait ces résultats. Cette étude statistique d'un an à la Clinique Obstétricale de GRENOBLE nous a conduit à des réflexions sur la MORTALITE PERINATALE d'une part, et sur la nécessité d'une meilleure compréhension de la biologie de la grossesse, de la MORBIDITE, permettant ainsi un dépistage des grossesses de "RISQUE ELEVE".
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [332 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02320283
Contributor : Jean-Hugues Morneau <>
Submitted on : Friday, October 18, 2019 - 3:34:24 PM
Last modification on : Wednesday, July 15, 2020 - 8:58:04 AM
Long-term archiving on: : Sunday, January 19, 2020 - 3:17:24 PM

File

TM70_47_ytournel_joubert-gaill...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02320283, version 1

Citation

Thérèse Ytournel Joubert-Gaillard. Bilan de l'activité de la maternité universitaire de Grenoble durant l'année 1968 (références particulières pour les facteurs de mortinatalité). Médecine humaine et pathologie. 1970. ⟨dumas-02320283⟩

Share

Metrics

Record views

14

Files downloads

121