Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Coagulopathie post-hépatectomie : quelle place pour l'analgésie péridurale

Résumé : Introduction : la chirurgie hépatique est une chirurgie abdominale lourde pourvoyeuse de douleur, d’iléus, et de complications respiratoires. L’analgésie péridurale thoracique (APDT) permet de diminuer ces complications. Cependant, après hépatectomie, il existe un risque de coagulopathie. Le risque d’hématome péri-médullaire à la pose ou au retrait du cathéter péridural est relativement faible (1/150 000). En revanche, en cas de troubles de l’hémostase, ce risque s’élève à 1 pour 315 patients. L’objectif de cette étude était d’identifier les facteurs de risque de coagulopathie après hépatectomie, afin de discuter la place de l’APDT en chirurgie hépatique. Méthodes : il s’agit d’une étude rétrospective réalisée à l’hôpital de la Timone, Marseille. Tous les patients opérés d’une hépatectomie entre 2010 et 2017 étaient inclus. La coagulopathie était définie par : TP < 50 % et/ou INR > 1,5 et/ou plaquettes < 75 G/L. Nous avons réalisé une analyse univariée et multivariée. A partir des facteurs de risque préopératoires identifiés, nous avons proposé un score pronostique de coagulopathie. Résultats : sur les 773 patients inclus dans notre étude, 207 patients (26,8%) présentaient une coagulopathie dans les 10 jours post-opératoires. L’incidence était maximale à J1 puis décroissait, atteignant 5,6% à J7. Les facteurs de risque préopératoires de coagulopathie étaient : plaquettes < 150 G/L (OR 5,02), TP < 75% (OR 5,04), nombre de segments réséqués (OR 1,73), carcinome hépatocellulaire (OR 1,61), cholangiocarcinome (OR 2,08). Le score de coagulopathie proposé comprenait : nombre de segment réséqués (+0,5), plaquettes < 150 G/L (+1,5), TP < 75% (+2), facteur V < 1 (+0,5), anticoagulants (+0,5), carcinome hépatocellulaire (+0,5), cholangiocarcinome (+1), embolisation préopératoire (+0,5), ASA 1 (-0,5). Pour un score ≤ 1, le risque de coagulopathie était faible (sensibilité 0,7, spécificité 0,6). Le saignement peropératoire > 1000mL était un facteur non prévisible de coagulopathie (OR 2,31). Discussion : l’analgésie péridurale thoracique a sa place en chirurgie hépatique. La coagulopathie post-opératoire est prévisible grâce aux facteurs de risque identifiés dans notre étude. En consultation d’anesthésie, la péridurale thoracique pourrait être proposée chez les patients présentant un score de coagulopathie ≤ 1. Le saignement peropératoire est un facteur non prévisible de coagulopathie devant alerter l’anesthésiste-réanimateur le jour du retrait de l’APD. Ces résultats doivent être confirmés par une étude prospective.
Complete list of metadatas

Cited literature [30 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02360811
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Wednesday, November 13, 2019 - 9:36:29 AM
Last modification on : Friday, August 28, 2020 - 2:49:25 PM
Long-term archiving on: : Friday, February 14, 2020 - 1:57:08 PM

File

ROUGON these.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02360811, version 1

Collections

Citation

Marion Rougon. Coagulopathie post-hépatectomie : quelle place pour l'analgésie péridurale. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02360811⟩

Share

Metrics

Record views

56

Files downloads

159