Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Étude des bénéfices de la sieste comme contre-mesure à la fatigue chez les sous-mariniers embarqués sur Sous-Marin Nucléaire Lanceur d'Engins soumis à des privations de sommeil liées au rythme de quart

Résumé : Contexte : les sous-mariniers évoluent au cours de leurs missions dans un environnement isolé et confiné (ICE), privés de lumière naturelle et soumis aux rythmes de quart. Les troubles de la vigilance induits peuvent conduire à une erreur de procédure, souvent fatale à plusieurs centaines de mètres de profondeur. L’objectif principal de cette étude était d’évaluer l’utilisation de la sieste comme contre-mesure à la fatigue adaptée aux missions de sous-marins. L’autre objectif était de mesurer en continu la détérioration de la vigilance et le degré de fatigue chez les sous-mariniers en patrouille opérationnelle. Méthodes : 34 sous-mariniers en bonne santé avec une moyenne d’âge de 28,7 ans ont été suivis pendant les 8 semaines d’une patrouille d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE), sans semaine de repos ou remontée à la surface. Leur rythme veille-sommeil et les siestes ont été enregistrés en continu par actimétrie (24h/24) et par agenda de sommeil et d’activités. Leur état de fatigue, somnolence et performances cognitives ont été mesurés cinq fois au cours de la patrouille au moyen du questionnaire d’Epworth (ESS), du score de Pichot, et du Psychomotor Vigilance Test (PVT). Résultats : Le sommeil des sous-mariniers était court avec un Temps de Sommeil Total (TST) moyen de 6h, et de mauvaise qualité, comme en témoignent les valeurs pathologiques de l’index d’efficacité du sommeil (SEI <90%) et du temps d’éveil après endormissement (WASO moyen > 45 minutes). La fatigue ressentie devenait significative autour de J50 alors que le degré de somnolence restait stable (Pichot > 19 et ESS moyen < 4). Les performances cognitives, évaluées par le PVT, étaient significativement dégradées lorsque le temps passé au lit (TIB) précédant le test était inférieur à 6h. Malgré cette fatigue, les sous-mariniers faisaient très peu la sieste (moins de deux par semaine) mais allongeaient progressivement leur TST au cours de la mission. Conclusions : les sous-mariniers ont un sommeil trop court et non récupérateur. Ils compensent en allongeant progressivement mais insuffisamment leur TST. Le rythme de quart « français » avec des quarts courts semble protéger de la somnolence. En revanche, notre travail démontre que les sous-mariniers sont de plus en plus fatigués au cours de leur mission et que leurs performances diminuent lorsqu’ils dorment moins de 6h, durée de leur TST moyen. La navigation sous-marine est dangereuse et exige des réactions parfaites en cas de crise. La gestion de la fatigue doit être une priorité. La sieste, peu utilisée par l’équipage, est pourtant une contre-mesure bien connue et efficace. Elle devrait être encouragée.
Complete list of metadatas

Cited literature [86 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02372285
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Wednesday, November 20, 2019 - 12:33:06 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:46:29 PM

File

DE BERRANGER thèse.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02372285, version 1

Collections

Citation

Anne-Laure de Berranger. Étude des bénéfices de la sieste comme contre-mesure à la fatigue chez les sous-mariniers embarqués sur Sous-Marin Nucléaire Lanceur d'Engins soumis à des privations de sommeil liées au rythme de quart. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02372285⟩

Share

Metrics

Record views

103

Files downloads

59