Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Anticorps anti-NuMA : associations cliniques et impact sur le phénotype de patients atteints de de syndrome de Sjögren primitif et de lupus systémique

Résumé : Les anticorps (Ac) anti-NuMA représentent des auto-Ac identifiés sur une fluorescence particulière sur les cellules en mitose lors de la recherche d’Ac antinucléaires. Sur une cohorte rétrospective de 90 patients porteurs d’Ac anti-NuMA, nous avons identifié que la prévalence de ces Ac était de 0,36%. Soixante-six (73,3%) d’entre eux avaient une fluorescence anti-NuMA1 et 24 patients (26,7%) avaient une fluorescence anti-NuMA2. Parmi ces 90 patients, 70 (77,7%) souffraient d’une maladie systémique et 61 (67,8%) avaient une maladie auto-immune : syndrome de Sjögren primitif (SSp) (28,9%), lupus érythémateux systémique (LES) (21,1%), connectivite indifférenciée (7,8%), polyarthrite rhumatoïde (5,6%). Quatre patients (4,4%) présentaient une pathologie cancéreuse et quatre patients (4,4%) avaient une maladie infectieuse. Douze patients (13,3%) souffraient de maladies diverses. En réalisant une revue exhaustive de la littérature, nous avons identifié 12 études rapportant les caractéristiques de patients porteurs d’Ac anti-NuMA, qui présentaient en moyenne les mêmes caractéristiques que les patients de notre cohorte. Lorsque l’on comparait les caractéristiques entre les patients porteurs d’Ac anti-NuMA1 par rapport à ceux porteurs d’Ac anti-NuMA2, on notait un titre d’Ac antinucléaires plus élevé (1/789,7 versus 1/457,5), une association plus fréquente à d’autres auto-Ac (26,2% versus 15,9%) et une association plus fréquente aux maladies auto-immunes (72,4%, versus 60,2%) chez les patients avec Ac anti-NuMA1. Leur comparaison a permis de montrer que les patients avec des maladies auto-immunes et des anti-NuMA étaient plus jeunes (52,1 ans versus 54,7 ans), davantage des femmes (85,3% versus 66,3%) et avaient un titre d’Ac antinucléaires plus important (1/1192,3 versus 1/595,5), une association à d’autres auto-Ac (29,4% versus 8,9%) et une fluorescence anti-NuMA1 plus fréquentes (81,5% versus 66,7%) que les patients sans maladie auto-immune. Le SSp et le LES étant les deux maladies auto-immunes les plus fréquemment retrouvées chez les patients porteurs d’Ac anti-NuMA, nous avons décidé d’étudier l’impact de la présence d’Ac anti-NuMA sur le phénotype de ces patients par rapport à ceux qui ne possèdent pas de tels Ac. Nous avons comparé 20 patients atteints de SSp et porteurs d’Ac anti-NuMA à 137 patients avec SSp et sans anti-NuMA. Nous avons observé que les patients avec Ac anti-NuMA étaient moins sujets au syndrome sec ophtalmique (70% versus 89,1%, p = 0,031) ou à des complications du syndrome sec (15% versus 39,4%, p = 0,045), moins porteurs d’Ac anti-ENA (40% versus 68,6%, p = 0,022), notamment d’Ac anti-SSa et/ou SSb (40% versus 66,4%, p = 0,027), et avaient reçu moins de traitements (nombre médian de lignes de traitement : 1 versus 2, p < 0,01), et notamment d’HCQ (45% versus 70,8%, p = 0,038). Par ailleurs, il y avait une tendance, non significative, à ce que les patients avec anti-NuMA aient plus de manifestations hématologiques (30% versus 24,8%), neurologiques du SSp (15% versus 5,8%), et moins de syndrome sec buccal (80% versus 86,1%), de manifestations rhumatologiques (50% versus 60,6%) que les patients sans Ac anti-NuMA. Nous avons alors comparé 14 patients avec un LES et des Ac anti-NuMA et 80 patients atteints de LES sans anti-NuMA. Nous avons pu noter que les patients avec anti-NuMA ne présentaient pas de glomérulonéphrite lupique (0% versus 28,8%, p = 0,019) et avaient moins d’auto-Ac (50,0% versus 85,0%, p < 0,01) en particulier moins d’Ac anti-ADN natifs (42,9% versus 75,0%, p = 0,025) et d’anti-SSa/SSb (7,1% versus 45,0%, p < 0,01), moins de consommation du complément (21,4% versus 53,8%, p = 0,040), moins d’hypergammaglobulinémie polyclonale (20,0% versus 61,0%, p = 0,019) et plus de thrombopénie (35,7% versus 12,5%, p = 0,044) que les patients sans Ac anti-NuMA. Les patients avec anti-NuMA avaient reçu moins de traitement par antipaludéen de synthèse (57,1% versus 96,3%, p < 0,001), par corticoïdes (64,3% versus 92,5%, p < 0,01) et globalement moins de traitements en tout sur le suivi (nombre médian : 1,5 versus 3, p < 0,01) que les patients non porteurs d’Ac anti-NuMA. De façon non significative, les patients porteurs d’Ac anti-NuMA avaient une tendance à présenter un phénotype avec des manifestations plutôt neurologiques (14,3% versus 5%), hématologiques (78,6% versus 65%), pulmonaires (14,3% versus 6,3%) que les patients sans anti-NuMA, qui avaient un profil plus classique de LES avec manifestations cutanées (57,1% versus 78,8%) et articulaires (78,6% versus 88,8%) prédominantes. Ainsi, on a pu mettre en évidence que les patients présentant un Ac anti-NuMA avaient un profil phénotypique et évolutif particulier qui pourrait être lié au rôle particulier de ces auto-Ac dans l’activité de la pathologie auto-immune sous-jacente.
Complete list of metadatas

Cited literature [142 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02373818
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Thursday, November 21, 2019 - 11:26:55 AM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:58:55 PM

File

ARCANI thèse.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02373818, version 1

Collections

Citation

Robin Arcani. Anticorps anti-NuMA : associations cliniques et impact sur le phénotype de patients atteints de de syndrome de Sjögren primitif et de lupus systémique. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02373818⟩

Share

Metrics

Record views

246

Files downloads

150