Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Place du « para vaginal repair » dans la prise en charge des prolapsus génito-urinaires‎ : à propos d'une série préliminaire

Résumé : Introduction : la promontofixation est la technique de référence dans la chirurgie du prolapsus génital de la femme. Au fur et à mesure des années avec l’apport de la coelioscopie, la technique chirurgicale a été simplifiée, le temps opératoire raccourci et la réparation para vaginale oubliée. L’objectif de ce travail est d’étudier l’association systématique d’une réparation para vaginale à une double promontofixation coelioscopique, d’en évaluer la faisabilité, les complications et améliorations cliniques attendues. Matériel et méthode : il s’agit d’une cohorte rétrospective continue réalisée au CHU Amiens-Picardie de février 2018 à juin 2019 incluant 22 patientes ayant eu une réparation para vaginale avec double promontofixation antérieure et postérieure. Les patientes étaient évaluées cliniquement en pré et post opératoire. Trois questionnaires de qualité de vie leur ont été adressés évaluant les symptômes (PFDI-20), le retentissement social (PFIQ-7) du prolapsus ainsi que leur sexualité (PISQ-12). Résultats : les 22 patientes opérées ont toutes eu une réparation para vaginale avec double promontofixation, il n’y a eu aucun échec de procédure. Les données cliniques retrouvent une amélioration significative des stades du prolapsus et de l’incontinence urinaire d’effort (12 patientes incontinentes en préopératoire versus aucune incontinente en post opératoire) p <0.001, des questionnaires de qualité de vie PFDI-20 (134 (±80.1) avant chirurgie vs 46.7 (±30.1) après) p <0.01, PFIQ-7 (97.6 (±86.2) avant vs 15.6 (±20.6) après) p<0.01, PISQ-12 (24.8 (±12.5) avant vs 37.9 (±2.97) après) p = 0.037. On note une complication peropératoire, une plaie de vessie suturée sans conséquence à long terme, il n’a pas été décrit de complication post opératoire grave. La réparation para vaginale correspond à 27% (±0,4) soit en moyenne 62 min (±14). Discussion : l’analyse de ces résultats préliminaires laisse présager que la double promontofixation avec réparation para vaginale est une excellente technique pour gérer les prolapsus de l’étage moyen avec cystocèle importante et/ou latérale associée là où la promontofixation simple pouvait être mise en défaut. En outre sa faisabilité apparait excellente. Cette technique gère également l’incontinence urinaire d’effort parfois associée sans recours à une bandelette sous-urétrale complémentaire. Conclusion : l’analyse des résultats permet de conclure que la réparation para vaginale associée à une double promontofixation a un intérêt dans les prolapsus génitaux avec défects latéraux (cystocèles latérales) prouvés cliniquement, dans les prolapsus avec cystocèle antérieure importante, dans les prolapsus avec incontinence urinaire d’effort pré-opératoire avec ou sans efforts de soutènement, ou avec une incontinence urinaire d’effort malgré la pose d’une bandelette sous urétrale avant la chirurgie.
Complete list of metadatas

Cited literature [50 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02376662
Contributor : Sabine Longuein <>
Submitted on : Friday, November 22, 2019 - 4:53:46 PM
Last modification on : Sunday, December 29, 2019 - 1:15:17 AM

File

Brenac William. Thèse d'exerc...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02376662, version 1

Collections

Citation

William Brenac. Place du « para vaginal repair » dans la prise en charge des prolapsus génito-urinaires‎ : à propos d'une série préliminaire. Gynécologie et obstétrique. 2019. ⟨dumas-02376662⟩

Share

Metrics

Record views

59

Files downloads

88