, CbC est une façon différente, plutôt que copier des modèles similaires, qui ont tous la même finalité, avec une culture du CNES, nos contraintes on a un modèle nouveau d'aborder l'écosystème et servir au mieux la communauté qui s

, Gagner sur le spatial aujourd'hui c'est comprendre la compétitivité internationale et pour ça il faut faciliter des passerelles avec nos partenaires internationaux, d'un point de vue business, valorisation du spatial. Donc en ce sens c'est un modèle assez innovant, qui va encore se développer. On voit qu'on n'est pas seuls : pour les startups on a une présence à Station F, le Newpace à B612 c'est plutôt technologies, des cabinets de conseils stratégiques qui servent d, CbC peut être divisé en quatre : il sert des startups, les grands groupes, les collectivités et l'international

. Donc, . Le-lien-avec-l'écosystème-?-l'écosystème-a-toujours-Été, and . Là, mais il s'est amplifié. Ça marche par vagues, il y a la vague du numérique, de la santé etc. mais le spatial va durer. On a pris cette vague depuis 5 ans avec des nouveaux acteurs qui ont pesé, Space X on en parle tout le temps, je le nomme mais il y en a plein d'autres. Il y a eu la création de la DIA en 2016 et la compréhension qu'il fallait aller plus vite que ce qui avait été fait jusqu'à maintenant pour prendre cette vague. C'est pour ça qu'on a mis en place Connect, en plus de ce qui a été mis en parallèle. CbC vise aussi à fédérer autant que possible, dans cette dynamique

C. Cbc, avec un épicentre qui serait CbC, mais ce n'est pas la seule initiative dans ce sens, mais CbC est positionné autour de l'aspect Business dans le sens valeur économique, et valorisation du spatial. Ça vise à intégrer et fédérer des initiatives d'autres directions pour travailler ensemble et répondre à des problématiques qui sont amenées de l'extérieur. Nous pouvons aussi aller à la rencontre de ces problématiques à travers des marketeurs de CbC, par exemple présents à Station F, qui repèrent des besoins

, Tu vois un lien avec le Newspace alors ?

L. Oui and . Newspace, ça permet au spatial d'être plus ambitieux, permettre aux agences dans leurs missions institutionnelles d'aller encore plus loin

, Quelle est la place des ingénieurs du CNES dans l'initiative ?

. L'initiative-cbc-marche-parce and . Qu, ils développent tous les jours de l'innovation au sein du CNES, qui est là pour répondre aux missions propres au CNES, mais en même temps pour, à travers du transfert de technologies, permettre de la valorisation, de la commercialisation de ces technologies avec l'extérieur pour créer de la valeur économique. Donc sans ingénieurs du CNES, il n'y a d'innovation spatial, dans innovation spatiale il n'y a pas de newspace et donc pas cette vague de nouveaux entrants

, mais en même temps les marketeurs de CbC qui ont une démarche de business développer à l'extérieur sont à la rencontre directe des entrepreneurs, comprennent les besoins, les guident finalement comme des « chefs d'orchestre » vers des incubateurs ou autres, sur des marchés ciblés, à travers des partenariats, des accords-cadres mais aussi permettre de dire « cette technologie est très intéressante, le CNES pourrait collaborer ou co-développer », il y a un fort intérêt de rentrer dans des co-développements publicprivé. L'ingénieur de CbC, deuxième niveau, joue le rôle de « Maker », celui qui va faire en collaboration avec la startup, L'ingénieur développe de nouvelles technologies qui vont être utilisées in situ ou en partenariat avec des maitres d'oeuvre

C. Shift, ». Dans-le-rôle-de-l'ingénieur-qui-va-mettre-une-autre-casquette-parce, and . Qu, On n'est pas dans le cadre d'un process annoncé qui serait celui du CNES mais il y a aussi un travail par opportunité qui est possible avec CbC et ne serait pas possible en étant « juste » CNES. Par rapport aux écosystèmes avec lesquels on s'interface, ça nous laisse des opportunités, on peut monter des opérations en direction des startups ou en direction du monde des assurances avec les plus grandes marques ou grands noms, ou on discute aussi avec des entités institutionnelles ministérielles, régionales, dans les collectivités? On a un volant d'action qui est intrinsèque à CbC et DIA/SA et qui est extrêmement souple et opportuniste. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas aussi tout un volet de travail d'anticipation et de stratégie vers des cibles spécifiques ou domaines d'usages parce qu'on sait quand il y a un potentiel d'activité à développer. Donc il y a un côté plus construit vers des marchés particuliers parce qu'on sait que le spatial peut avoir des contributions intéressantes. Sans perdre de vue que CbC est davantage dans la promotion des usages du spatial, mais le développement économique. Alors que les missions du CNES ne sont pas nécessairement le développement économique. Nous sommes clairement situés dans zone d'activité économique, même si c'est aussi adressé à des régions on est dans l'optimisation et la gestion des ressources : on entend bien les mots qui reviennent : c'est gestion, optimisation, usage? L'articulation je la vois comme ça, notre articulation est d'autant plus facilitée qu'on peut toujours se revendiquer du CNES on a cette caution du CNES -professionnalisme, expérience etc, Une fois que le marketeur a repéré des technologies qui mériteraient un co-développement, ça arrive aux experts ingénieurs du CNES -DIA-par exemple sur la voiture autonome, qui lui-même va le transférer au troisième niveau aux experts spécifiques sur un bout de technologie à développer