Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

État des lieux du suivi de grossesse par les médecins généralistes de Marseille

Résumé : Introduction : le suivi de grossesse est un enjeu majeur de santé publique. Une grossesse à bas risque peut être suivie par un médecin généraliste, mais le suivi de grossesse par ce dernier est sous représenté par rapport aux gynécologues et aux sages-femmes, notamment en région PACA. L’objectif principal de cette étude est d’établir un état des lieux du suivi de grossesse par les médecins généralistes de Marseille, ainsi que de déterminer ce qui les intéresse et au contraire ce qui les freine à le réaliser. Les objectifs secondaires sont d’évaluer la formation des médecins généralistes et la proportion d’entre eux réalisant des actes de gynécologie en cabinet. Matériels et méthodes : il s’agit d’une étude descriptive quantitative concernant des médecins généralistes installés à Marseille présentant ou non une activité de gynécologie. Nous avons sélectionné un échantillon de 240 médecins généralistes entre mars et mai 2019. Nous avons étudié leur pratique en termes de suivi de grossesse, leur formation et leur réalisation d’actes de gynécologie. Résultats : 108 mails ont été envoyés et 56 médecins ont répondu. Des suivis de grossesse ont déjà été réalisés par 28 médecins interrogés (50%), mais 14 d’entre eux (50%) ont suivi moins de 5 grossesses en 2018. L’aspect de médecine de famille, le rôle de prévention et le renforcement du lien avec les patientes représentaient un intérêt majeur. Le manque de formation, le risque médico-légal et l’absence de demande de la part des patientes constituaient les freins principaux au suivi de grossesse. L’âge et le sexe des praticiens n’influaient pas sur la réalisation de suivis de grossesse. 43 médecins (76,9%) ne pratiquaient pas d’actes de gynécologie en cabinet. Les stages en gynécologie-obstétrique durant l’internat et l’externat ainsi que l’obtention d’un DU/DIU de gynécologie obstétrique n’influaient pas de manière significative la réalisation de suivi de grossesse, à la différence des séances de FMC. Conclusion : peu de médecins généralistes réalisent des suivis de grossesse de façon régulière, ou réalisent des actes de gynécologie-obstétrique en cabinet. L’aspect de médecine de famille, le renforcement du lien avec les patientes et le rôle de prévention encouragent les médecins à suivre des grossesses, mais une absence de demande de la part des patientes, le risque médico-légal et un manque de formation les freinent dans cette pratique. Il serait intéressant d’étoffer les DU/DIU de gynécologie-obstétrique en axant une partie de leurs programmes sur le suivi de grossesse, et augmenter le nombre de DU/DIU centrés grossesse. Une étude du même type pourrait être réalisée dans plusieurs années, chez les jeunes médecins ayant bénéficié de la réforme leur permettant de réaliser un stage de 6 mois en gynécologie-obstétrique au cours de l’internat.
Complete list of metadatas

Cited literature [25 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02399469
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Monday, December 9, 2019 - 10:08:57 AM
Last modification on : Saturday, October 3, 2020 - 3:27:30 AM
Long-term archiving on: : Tuesday, March 10, 2020 - 3:54:13 PM

File

These finale MARIETTI PDF.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02399469, version 1

Collections

Citation

Pauline Marietti. État des lieux du suivi de grossesse par les médecins généralistes de Marseille. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02399469⟩

Share

Metrics

Record views

87

Files downloads

92