Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Évaluation des signes neurologiques mineurs et des troubles cognitifs chez des patients atteints d'un trouble de stress post-traumatique

Résumé : Contexte : le Trouble de stress post-traumatique (TSPT) est un trouble se développant suite à une confrontation traumatique. Il se caractérise par un carré symptomatique (hypervigilance, reviviscence, évitement, affects et cognitions négatives). Il s’accompagne de plaintes neurocognitives. L’évolution clinique quelle que soit la prise en charge, montre que plus de 20 % des sujets résistent à toute prise en charge et environ 40 % présentent une rechute dans l’année. Le TSPT chronique a un impact majeur sur la qualité de vie. Si les facteurs pronostiques du TSPT sont encore peu étudiés, des données de la littérature suggèrent le rôle des signes cognitifs et neurologiques (signes neurologiques doux, SND) dans le profil évolutif du TSPT. Objectifs : premièrement, décrire des profils de patients en fonction de la sévérité du TSPT et du retentissement neurocognitif. Secondairement, décrire en fonction des profils, l’évolutivité du TSPT et des symptômes neurocognitifs à 6 mois de suivi psychiatrique. Méthode : il s’agit d’une étude descriptive, prospective, ouverte, exploratoire menée sur 30 patients atteints d’un TSPT d’apparition récente. 15 sujets ont pu effectuer la visite de suivi à 6 mois. Les sujets ont été évalués aux deux temps par des auto-questionnaires évaluant la sévérité clinique du TSPT (PCL5 et DisQ), la qualité de vie (SQo-18) et le retentissement neurocognitif (par des tests cliniques : l’EPSID pour les SND ; le MoCA pour la cognition). Résultats : à l’inclusion, la sévérité clinique du TSPT et la présence d’une dissociation sont associées à davantage de signes neurocognitifs : (i) les patients avec les plus hauts scores d’affects négatifs et d’hypervigilance présentent les plus mauvais scores de marche, de dysrythmies, de trouble exécutif et de langage ; (ii) les patients avec le plus de symptômes dissociatifs présentent le plus de SND de type troubles de la marche et du tonus musculaire. A 6 mois, les analyses de régression montrent que (i) les plaintes mnésiques sont expliquées en partie par les signes dissociatifs et que (ii) les SND de type troubles de la marche sont expliqués en partie par l’hypervigilance. La qualité de vie, notamment l’autonomie, rapportée par les patients avec un TSPT est d’autant plus basse que les signes neurocognitifs sont importants. Conclusion : la sévérité clinique du TSPT est associée globalement à plus de signes neurocognitifs. Ces résultats corroborent l’intérêt de cibler des prises en charge spécifiques selon les profils de symptômes pour réduire le retentissement fonctionnel.
Complete list of metadatas

Cited literature [116 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02400232
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Monday, December 9, 2019 - 2:03:27 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:46:47 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, March 10, 2020 - 6:58:05 PM

File

RAKOTOARISON thèse.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02400232, version 1

Collections

Citation

Elsa Rakotoarison. Évaluation des signes neurologiques mineurs et des troubles cognitifs chez des patients atteints d'un trouble de stress post-traumatique. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02400232⟩

Share

Metrics

Record views

100

Files downloads

176