Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Complications infectieuses après morsure de serpent par Bothrops lanceolatus en Martinique. À propos de 170 cas

Résumé : Introduction : Les morsures de serpent par Bothrops lanceolatus en Martinique, représentent 30 cas en moyenne par an. Toute morsure par ce serpent, unique en Martinique, peut être à l’origine de complications thrombotiques graves à type d’infarctus cérébral, pulmonaire ou myocardique, mettant en jeu le pronostic vital ou fonctionnel. La composition du venin et les mécanismes lésionnels sont à ce jour en cours d’évaluation. Une immunothérapie antivenimeuse spécifique, le Bothrofav2, disponible depuis 2012, a permis une réduction significative de la morbi-mortalité, et des cas d’accidents vasculaires cérébraux ischémiques induits par l’envenimation. Néanmoins, d’autres complications, de type infectieuses, existent et peuvent être tout aussi sévères. L’objectif de cette étude était d’étudier les complications infectieuses des envenimations par morsures de Bothrops lanceolatus. Méthode : Étude descriptive, rétrospective, portant sur une période de 7 ans, allant du 1er février 2011 au 4 septembre 2018, incluant tous les patients admis aux urgences et en réanimation au CHU de Martinique pour morsure de serpent par Bothrops lanceolatus. Les données ont été complétées via les dossiers médicaux à l’aide des logiciels des urgences, Dx Care, x-plore et cyberlab. Les données cliniques et biologiques ont été rapportées et analysées. Résultats : Cent soixante-dix patients (121 hommes et 49 femmes) ont été inclus et 76 ont été exclus. Dix-sept patients (10%) ont été infectés dont 18% présentaient une douleur majorée, 4% un abcès, 11% un érythème, 3% une cellulite, 3% une nécrose et 1% une fasciite nécrosante. Cinq patients avaient une envenimation de grade II, 8 de grade III et 4 de grade IV. Aucun des patients de grade II n’avait reçu d’antibioprophylaxie, 5 des 8 patients de grade III et 3 des 4 patients de grade IV en avaient reçue. Les bactéries retrouvées étaient Aeromonas hydrophila dans 3 cas, Morganella morganii dans 2 cas, streptocoque du groupe A, streptocoque du groupe B, et Klebsielle pneumoniae dans un cas chacun. Conclusion : Les complications infectieuses par morsure de Bothrops lanceolatus surviennent chez environ 10% des patients envenimés, avec une forte prédominance pour les grades III et IV. Une antibiothérapie adaptée à l’écologie bactérienne de la cavité buccale du Bothrops lanceolatus devrait donc être recommandée de façon préventive à tous les patients de grade III et IV ainsi qu’à tout patient présentant une infection documentée quel que soit le grade d’envenimation.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [36 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02432452
Contributor : Fort de France Bhu <>
Submitted on : Wednesday, January 8, 2020 - 2:29:31 PM
Last modification on : Monday, July 20, 2020 - 6:46:02 PM
Long-term archiving on: : Thursday, April 9, 2020 - 11:02:20 PM

File

Adeline BEAUDOIN.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02432452, version 1

Collections

Citation

Adeline Beaudoin. Complications infectieuses après morsure de serpent par Bothrops lanceolatus en Martinique. À propos de 170 cas. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨dumas-02432452⟩

Share

Metrics

Record views

33

Files downloads

153