, je suis incapable de te répondre. N. m'a donné deux exemplaires de la revue et je n'ai pas regardé. C'est pour dire à quel point je ne suis pas préoccupé par ça. J'ai laissé à N. le soin de le faire : il m'avait demandé de me présenter et il devait compléter

, sais plus qui d'autre avait écrit? Mais moi, je suis incapable de savoir comment j'ai été présenté parce que je n'ai pas regardé. (?) Il y a des étudiants, quand ils étaient dans leur mémoire et qu'ils bossaient sur la question des " incasables ", j'en ai vu certains qui venaient me voir en me disant " au fait, est-ce que je peux vous interroger ? ". Ils avaient dû lire l'article. C'est la raison pour laquelle un moment donné, j'ai eu des contacts avec certains étudiants à ce sujet-là mais ce n'était pas lié du fait de mes interventions. Parce que je ne suis jamais intervenu en filière " classique

, Je peux le dire pour la totalité des formateurs. Les formateurs sont pris dans un système, un fonctionnement d'annualisation. Et toi je pense que tu commences à le vivre aujourd'hui? Ce qui fait que cet espace où l'on peut s'octroyer du temps pour lire et bien finalement, c'est très difficile. Et la façon d'enseigner, si tu lis, c'est que tu ne fais rien. Il y a un rapport d'orthodoxie au travail du formateur qui ne correspond pas à ce que l'on attend d'un formateur : il doit se nourrir pour nourrir. Or, il y a une forme d'assèchement de la réflexivité et de la démarche réflexive? Je me rappelle

, j'étais sidéré de voir la pauvreté réflexive de la direction dans ce sens-là, la pauvreté de la pensée dans un institut de formation comme le nôtre chez les directeurs y compris dans l'analyse qu'ils font de l'institution et des stratégies d'organisation, du fonctionnement des formateurs, c'est d'une pauvreté édifiante

, Et ça s'est perdu. Mais il y avait de la volonté! Et ce sur quoi il va falloir que tu te battes pour te protéger, c'est à cet endroit-là, Au tout début, je me souviens, on avait mis des projets en place. J'avais dit qu'il fallait que l'on puisse s'octroyer une demi-journée de travail où l'on puisse travailler la posture de formateur et que l'on puisse le transmettre

, Franz a pu mentionner de façon informelle à la fin de notre entretien une fois l'enregistrement coupé, qu'il se sentait et restait « un éducateur avant tout

, J'ai perçu, dans le regard des étudiants, leur appréciations de mes prestations, une forme de plus-value. Beaucoup d'étudiants me demandent mon mémoire, ils sont souvent intéressés lorsque j'aborde ce sujet là. J'essaye dès que j'en ai l'occasion en petits groupes, en SIC, etc. J'essaye de leur parler de ça autant sur le fond que sur la forme, en terme de méthode d'enquête, de techniques d'entretien, mais aussi la capacité de réflexion et d'analyse. Je trouve que c'est un sacré vivier d'information, Avec les étudiants, oui, je m'appuie beaucoup sur cela. La recherche est tombée à point nommé dans mon parcours à l'Ireis. Quand je suis arrivé formateur, je m'appuyais beaucoup sur mes expériences professionnelles finalement

.. Auprès-des-collègues?-c'est-partagé, Faut pas chercher plus loin, ça s'arrête comme ça? Mais c'est marrant, une fois qu'on peut discuter en aparté, il y a une espèce de curiosité qui s'installe et certains sont surpris de voir.... la qualité de la recherche, de ce que cela peut produire et la place que tu peux prendre par rapport à cela, comment tu peux en parler. Et tout de suite, ils sont intéressés : « c'est dommage que tu ne nous en parle pas, Et beaucoup te diront : « oui, mais c'est dommage

. Après, Et certains formateurs m'avaient demandé de pouvoir assister à cette intervention. J'avais dit oui mais j'avoue que, quand j'ai fait mon intervention en amphithéâtre, j'ai j'ai fait mon truc, je suis parti mais je n'ai pas vérifié qui était là ou pas. Et je n'ai jamais eu de retour direct des formateurs par rapport à ça. J'ai eu des retours indirects de certains collègues par les étudiants

, On avait organisé une journée sur les jeunes majeurs avec des intervenants extérieurs

M. , Donc on a fait cette intervention là, il y avait M.P et une collègue à lui, une psychologue. Ils sont venus présenter le travail de l'unité jeune majeur du Prado. Il y a une autre personne qui est intervenue, elle bossait dans un autre service avec les jeunes majeurs et elle a fait un Master 2 là-dessus. D. est intervenue pour parler des jeunes majeurs, mais plus sur le versant mineurs isolés étrangers. Et puis moi, pour tout ce qui était le contexte juridique des jeunes majeurs, avec des témoignages, etc. On avait construit la journée comme ça, On avait fait une journée sur les jeunes majeurs avec les 3e année, dans le cadre du module

, Ce serait intéressant, c'est des choses sur lesquelles en terme de perspectives... C'est là-dessus qu'il faut que j'avance un peu plus. Il faut que j'écrive plus sur ce sujet là, il faut que je communique plus sur ce que je fais, partager mes réflexions. C'est plutôt ça. (Poursuite d'études?) C'est sûr que lorsque tu es dans une recherche pure et dure, l'idée de faire une thèse, c'est tentant? Ça titille un peu. On se dit « pourquoi pas ? Pourquoi ne pas se lancer ? ». Mais après, il faut trouver le temps, les financements, tout ça. Moi, j'ai vécu le fait de faire la formation en travaillant à côté, c'est énorme, c'est vraiment lourd. Là, j'arrive en fin de DEIS et le temps que j'y ai passé, Oui, les gens étaient à fond ! Ce qui est un peu dommage, c'est que cela arrive seulement en 3ème année. Beaucoup d'étudiants nous ont dit « c'est dommage

. Actuellement, Mais en fait c'est tout le temps. L'année dernière, c'était 150 heures! C'est tout le temps, tout le temps? A. a dû reporter 200 heures de l'année dernière, il faudrait que je vérifie mais c'est un chiffre énorme. Et comme c'est lié au forfait

, Il faut qu'il y ait une logique, ça aussi c'est un effort, une rigueur du travail de Master. Il y a une exigence lourde dans le sens où cela demande beaucoup d'investissement. Maintenant, quand je relis le travail que j'ai fait, je me dit finalement que c'est quand même pas mal. Mais, quand j'étais en train de l'écrire, quand je le faisais, c'était beaucoup plus compliqué. Je doutais beaucoup, c'est lié à ma personnalité aussi mais, Parfois, je me mets la barre trop haute. L'exigence d'avoir bien compris, bien perçu et de réfléchir à chaque terme, à construire des phrases, dans l'enchaînement des idées

, Je pense que ce que j'ai apprécié dans cette écriture, c'est de prendre le temps de se poser sur un objet et de se donner à plein dans sa réflexion, essayer de comprendre, sortir des sentiers battus, essayer de comprendre ce qu'il se cache, ce qu'il faut mettre à jour, C'est en ce sens-là qu'il y a une frustration par rapport au temps, dans les délais que l'on se donne

. C'est-difficile-mais-c'est-super-riche, Quand je dis passer du temps, c'est que j'avais besoin de temps pour penser. Et puis je trouve que, comme tout travail de recherche, ce qui est important, c'est d'écrire, de réécrire et de réécrire. C'est là que ça prend vraiment sens parce que tu l'as pensé. Souvent il y a un écart entre ton premier jet et ce que tu écris après mais ça permet de déplier sa pensée et de donner de l'épaisseur au contenu. Et pour donner cette épaisseur, les apports théoriques, la lecture, c'est important. Il y a des choses qui m'ont sauté aux yeux et je me suis dit « mince, Mais cela reste difficile à repérer

. Vincent-de-gaulejac, Il faut le poser, il faut le défendre car tu ne peux pas le poser comme ça et parler du processus de stigmatisation comme ça. Ça se construit dans le temps et à travers les témoignages, c'est ce que j'ai essayé de faire ressortir et je me suis inscrit complètement làdedans

, On parle de dispositif et ce que j'avais perçu, ces jeunes viennent avec leurs vies, leurs vécus et en face, on leur parle de dispositif, il y a un truc qui colle pas. (Question de la valorisation du discours des enquêtés) C'est un débat qu'on a eu justement durant la conférence avec les Fogieres à l'Ireis, certains professionnels de la MECS ont pu me dire : « oui, mais ces enfants-là ont droit à l'oubli, ils ont droit d'être oublié? ». Et pour en avoir discuté avec certains jeunes dans le cadre de mon enquête, je m'aperçois que ce n'est pas forcément le cas. L'un d'entre eux a pu me dire : « moi j'espère une chose, c'est qu'ils se souviennent de moi, parce que ce que l'on a vécu ensemble des choses importantes, ce n'est pas rien, ce n'est pas une parenthèse ». J'insiste sur cette notion de parenthèse car beaucoup de professionnels peuvent parfois dire que « ce n'est qu'un passage dans notre vie professionnelle, ces jeunes, il ne faut pas s'y attacher, c'est une parenthèse ». Mais il y a quelque chose de paradoxal, comment faire confiance si cela ne constitue qu'une parenthèse? Ce n'est pas une parenthèse, les jeunes peuvent te dire « ma vie, ce n'est pas une parenthèse, c'est ma vie et cela fait partie des moments de ma vie, qui je suis finalement s'ils ne se souviennent pas de moi ? ». Quand les jeunes croisent un ancien éducateur, la première chose qu'ils font, c'est se remémorer des souvenirs avec l'éducateur : « tiens, tu te souviens quand tu m'avais dit ça

, Une autre expliquait qu'elle ne voulait surtout pas qu'on la voit comme la fille du foyer. Elle a tout fait pour ne pas que ça se sache. Et une fois, une de ces profs qui savait qu'elle était du foyer, mais les autres ne le savais pas, en plein cours, cette prof dit à la jeune : « tiens, vu que vous êtes du même foyer et que untel est absent, tu lui donnera ces documents », en parlant d'un autre jeune du foyer. En quatre secondes, elle a tué trois ans d'efforts. Et tous les autres ne savais pas et se sont tournés vers elle en lui disant « Mais, tu es au foyer ? ». Elle est donc allée voir la prof, en lui disant : « de quel droit ?, Les jeunes ont pu me remercier d'avoir pris ce temps-là avec eux, d'avoir pris le temps de les écouter, d'écouter leurs histoires et de montrer en quoi leur histoire était singulière et qu'elle pouvait aussi nous aider à comprendre la société. Parmi les jeunes que j'ai pu interviewer

. C'est-ce-que-goffman-explique, les mouvements de ces parcours entre le déni et le fait d'apprendre à vivre avec et le besoin finalement de se rassembler pour transmettre à d'autres afin de les aider

. Pour, . Elle, and . Paris, Ils ont vraiment une propension à raconter, c'est phénoménal! Et dans le détail de leur vie, rien à voir avec du voyeurisme, ils ont le souci de te faire comprendre. C'était assez fort et je pense que la force de mes récits, elle vient de là, c'est-à-dire la capacité qu'ils ont eu à me faire comprendre cette puissance là. J'ai voulu la restituer, dans le choix de l'écriture aussi, essayer d'amener tout ça. (Question de l'écriture du mémoire, de l'article...) Oui, j'écris chez moi, tôt le matin. Je suis plutôt du matin pour écrire. Bien sûr, sur la fin, j'écrivais le matin, la journée, le soir

. J'écris-beaucoup-de-façon-manuscrite, Mais par contre, il y a un truc qui m'a beaucoup servi que j'ai gardé de l'époque où j'ai fait mes études de géographie ou même pendant la recherche avec le Québec. Toute la codification des entretiens, d'arriver à les couper, les ordonner, etc. Faire des mémos de ces entretiens, ça m'a beaucoup servi, je m'en rends compte aujourd'hui. (?) Et cela m'a permis d'identifier des parties d'entretien qui étaient cruciales et pour lesquelles il ne fallait pas que je passe à côté (...) Quand j'avais des idées

. Oui, Avec les Québécois c'était riche ! J'ai essayé de comprendre pourquoi ils étaient autant à cheval sur certaines choses. Comme je ne suis pas sociologue, je ne comprenais pas toujours cette rigueur et en fait j'ai compris là-bas mais ici aussi, l'importance de cette rigueur. C'est ce qui donne la scientificité, de bien comprendre, de croiser, de revisiter les grilles de codification

, insupportable, l'indifférence de la rue est le seul lieu où habiter à travers un agir sans repos, p.845, 2008.

, fragilisées psychologiquement par une histoire semée souvent de vides (en terme de carences affectives), de ruptures (placements dans différents foyers ou familles d'accueil) ou de traumatismes (abus sexuels, incestes, deuils ou secrets de famille) qui n'ont pas pu être élaborés, le recours à des conduites à risque ou des passages à l'acte (comportements violents, scarifications, troubles de conduite alimentaire, fugues, dépression) devient une échappatoire nécessaire, Pour ces adolescentes placées en foyer (plus communément appelée les Maison d'enfants à caractère social)

, Au sein du groupe d'adolescentes, Élodie a du mal à trouver sa place. Il lui apparaît difficile de suivre et de participer pleinement aux échanges avec les autres jeunes filles accueillies sur la MECS. Rapidement, Élodie s'isole et est mise à l'écart du groupe, devenant le mauvais objet. L'adolescente tente de trouver sa place, mais au regard de ses difficultés et ses maladresses successives, l'isolement est renforcé. Elle est aussi régulièrement malmenée physiquement par les autres jeunes filles. À cet élément, s'ajoute un parcours de vie difficile, où Élodie se montre tiraillée, à l'approche aussi de sa majorité, par le souhait de retourner vivre chez son père, qu'elle voit à raison d'un samedi tous les quinze jours, et une colère à l'égard de sa mère, Élodie a 17 ans lorsque je la rencontre sur la MECS (accueillant 12 adolescentes âgées entre 14 et 18 ans). L'adolescente est confiée aux services de l'Aide sociale à l'enfance (ASE) depuis qu'elle a 2 ans, 1979.

M. Au-sein-de-la, . Élodie, and . En-quête-de-réponse, Les durées d'absence se rallongent, jusqu'à pouvoir rester sans nouvelles de sa part pendant plus d'une semaine. Malgré ses absences, Élodie tient une place dans nos préoccupations. La fugue, qui peut revêtir un rite initiatique, peut par ses répétitions successives prendre la forme d'une conduite d'errance pathologique. Cette fuite, comme le souligne Philippe Gutton (1994), agit tel un mécanisme de défense, face à une pulsion débordante. C'est aussi une manière pour ces adolescents de conserver les signaux du passé, évitant tout investissement des objets actuels. Par la fugue, comme le souligne Florence Goldberg « l'adolescent espère aussi se fuir lui même, se fuir pour s'échapper se retrouver autrement, se refaire, entre dans des conduites à risque de plus en plus inquiétantes. Elle fugue régulièrement du foyer et nous échappe peu à peu, p.93, 1994.

. Ponctuellement, Après une enquête via les caméras de la ville, en fonction de l'endroit précis où les faits se sont déroulés, Élodie se perd et face à son hésitation un doute sur la véracité de ses dires apparaît. Néanmoins, il nous (nous au sens de l'équipe éducative) apparaît essentiel de poursuivre un accompagnement à partir de cet événement, face à une adolescente qui nous échappait jusqu'alors (examen auprès de la médecine légale, service de prévention des risques de contamination du VIH, Malgré la lourdeur de ces démarches

, Tout se délite autour d'elle. Son père refuse catégoriquement de la voir et son petit ami, qui représentait une certaine permanence, s'éloigne. Au regard de sa majorité, date butoir de son placement, nous tentons d'accompagner Élodie vers un projet de formation professionnelle afin qu'elle puisse, aussi à sa demande, bénéficier d'une protection jeune majeure. Néanmoins, les ruptures et les blessures trop profondes n'ont pas permis à Élodie de se saisir du cadre éducatif proposé par la MECS. Les liens se délitent à nouveau et pour la première fois, je vois une adolescente quitter le foyer, son baluchon sur le dos

, Certaines situations nous amènent à l'épreuve d'une terrible impuissance dans le cadre de l'exercice de nos fonctions d'éducateur spécialisé. Ces adolescentes, au parcours institutionnalisé parfois long et saccadé ne leur permettent pas ou très difficilement de se saisir de l

, Le nombre de fugues en institution tient parfois une place inquiétante et conséquente. L'éducateur doit faire avec ces va-et-vient incessants, accepter d'être celui qui accueille, ouvre la porte, propose une présence, une écoute et non pas celui qui sanctionne ou tient un discours moralisateur. Je ne dis pas que cette posture est à proscrire. J'ai tenu cette place d'éducatrice « cadrante » au retour de fugue de certaines adolescentes

, Accepter que l'autre refuse tout lien peut nous mettre à mal en tant qu'éducateur. Face à la mission qui nous importe, à savoir la protection de l'enfance en MECS, devenir le témoin du malêtre de ces adolescentes, sans pouvoir agir, peut plonger l'éducateur dans un sentiment d'échec, d'inutilité. Pris dans des sentiments de révolte (au regard des conduites à risque) et d'empathie (au regard de leur parcours de vie), ces deux forces s'opposent, donnant lieu à un conflit dans lequel l'éducateur se trouve tiraillé. C'est en ce sens que Sigmund Freud (2002) parle du métier d'éducateur comme métier de l'« impossible ». Les enjeux de la relation deviennent complexes et par cet accompagnement, l'éducateur cherche à se frayer un chemin vers l'autre, vers des sentiers non balisés, Néanmoins, il a fallu que j'accepte parfois de décaler ma posture afin que ces adolescentes « en errance » qui nous échappent totalement, puissent à nouveau accepter la perche que je pouvais leurs tendre, p.102, 1994.

, Accompagner ces adolescents écorchés vifs demandent aux éducateurs une résistance à toute épreuve, pour tenir bon et ne pas « s'effondrer » avec eux dans leurs dérives, nous amenant à ce sentiment d'échec

, Au sein de ma pratique en SAO, j'ai rencontré d'autres adolescentes pour qui cette question de l'errance portait une autre signification, au delà de la simple expression d'un mal-être lié à un vécu traumatique

, D'une errance de fuite vers un accompagnement éducatif, pour une relation d'aide

, à la demande du procureur de la République sur Ordonnance de placement provisoire (OPP) ou du Juge des enfants. La mission de ce service a pour but, à travers un accueil à moyen court terme de trois à six mois, de pouvoir établir une observation, une évaluation, au regard des difficultés repérées, afin de proposer une orientation adaptée à l'adolescente et sa famille. Dans un tel contexte d'urgence, certaines jeunes filles peuvent se montrer réfractaires à tout accompagnement. Elles refusent tout lien et fuient l'équipe éducative, s'exprimant par différents passages à l'acte, Les jeunes filles que j'ai pu rencontrer dans le cadre du SAO arrivent le plus souvent dans un contexte d'urgence

, Ce dernier refait sa vie, sa compagne a deux enfants d'une première union. Ils quittent le département et Cynthia ne voit plus sa famille maternelle. Rapidement, la situation familiale se délite. Les enfants se montrent livrés à eux-mêmes, Cynthia au sein de cette famille recomposée ne trouve pas sa place. Le père est souvent alcoolisé. À la suite d'un signalement par l'Inspection académique, la jeune fille se retrouve placée en famille d'accueil. Jusqu'à ses 14 ans, Cynthia a vécu dans cette famille, où des tensions et conflits de plus en plus prégnants apparaissent, à tel point qu'un terme est mis au placement. L'arrivée à l'adolescence fait état d'un bouleversement considérable pour la jeune fille. Cynthia ne voit plus son père. Elle se retrouve donc seule et isolée

, Cette adolescente se montre particulièrement revendicatrice et agressive à l'égard des éducateurs

E. , Au fil des semaines passées au SAO, à force de patience, Cynthia accepte la relation, l'échange avec nous. Finalement, cette adolescente cache une profonde avidité « d'amour et d'affection ». Un lien privilégié avec les femmes de l'équipe apparaît plus particulièrement

, Cette jeune fille, qui n'a comme lieu d'accueil que le SAO, (puisqu'il n'y a pas de retours en famille envisageables) n'a pas d'autres choix finalement que de s'installer ! Or, comme j'ai pu le préciser, le SAO n'a pas pour vocation d'accueillir à long terme les adolescentes. Nous représentons un tremplin, une étape de transition qui paradoxalement, pour ces jeunes filles accueillies, doivent accepter de se poser pour envisager un départ/une orientation proche. Cynthia est restée presque neuf mois sur la structure, le temps de trouver une orientation qui pourrait lui convenir. Finalement, une porte s'ouvre et la question de la séparation et des « au revoir » se révèle une épreuve terrible pour cette jeune fille, elle qui refusait à tout prix de « s'allier, d'aimer » à nouveau, au risque de souffrir encore une fois. Malgré le fait que nous avions préparé avec Cynthia cette orientation, le jour du départ fut cinglant pour ma collègue éducatrice. Ce n'est qu'une fois le moment de quitter la structure, laissant Cynthia en lieu inconnu avec ses valises, que la jeune fille s'empresse de dégonfler les roues du véhicule de service, reprochant à ma collègue de « l'abandonner » à chaudes larmes. Ces abandons successifs se répètent à nouveau et deviennent insupportables pour la jeune fille. Si la vie est constituée de ruptures successives, Progressivement, cette jeune fille qui refusait tout accompagnement et toutes perspectives de notre un futur, avec des projets de formation. Par cet accompagnement éducatif, elle déverse peu à peu ses souffrances et partage avec nous un petit bout de sa vie, 1979.

C. Le-précise-philippe-gaberan, Il s'agit ainsi pour l'éducateur de renoncer à une position de toute puissance, d'une dévotion totale à l'autre, en acceptant les limites auxquelles peuvent nous confronter certains adolescents plus particulièrement. Ceci prend du temps et parfois les placements successifs ne favorisent pas ces étapes de transition-rupture pour ces enfants en souffrance. Ces ruptures successives peuvent avoir, dans certaines situations, p.139, 2007.

, Les parents de l'adolescente sont séparés depuis plusieurs années. Lucie aimerait voir son père plus régulièrement, mais sa mère refuse. Durant cette période adolescente, Lucie ne se laisse plus faire, revendique son droit à aller voir son père. La mesure d'AEMO a pour objectif de faire tiers dans cette situation et de remettre chaque parent à sa place, laissant un espace de parole pour Lucie. Néanmoins, la mesure parvient très difficilement à remplir ces objectifs. Lucie exprime son mal-être à travers des passages à l'acte de plus en plus récurrents. Elle fugue du domicile maternel, traîne avec des jeunes majeurs et consomme du cannabis. Lucie ne se rend plus régulièrement en cours. Au regard de ces éléments, Juge des enfants. Lucie vit avec sa mère et sa petite soeur de 7 ans

, Au bout du premier mois de placement, il est proposé à l'adolescente d'intégrer une autre structure de type SAO, qui accueille un groupe plus restreint transversal, accueillant six enfants âgés entre 6 et 18 ans. Qui plus est, l'intégration dans cette structure limitera les trajets scolaires longs et fastidieux. A contrario, Lucie va se retrouver à proximité du domicile maternel et de son réseau

, Nous tentons d'explorer différentes pistes d'orientation avec l'adolescente, qui se montre plutôt « exigeante » : obtenir un appartement et vivre sa vie librement tout en obtenant l

, Finalement, une perspective s'ouvre vers un lieu de vie, qui travaille la question de l'autonomie via des logements individuels en « mobile-home » et de la formation professionnelle. Progressivement, le conflit qui anime Lucie à quant à notre proposition d'orientation, une visite de structure s'effectue, à la suite de quoi Lucie donne un avis favorable. Il est à préciser que ce type de structure se situe hors du département dont dépend Lucie. Les démarches administratives s'enclenchent et le jour où nous conduisons Lucie à son nouveau lieu de placement, tout s'effondre. Sous prétexte d'un placement hors département et de crainte de ne pas être « rémunérée

». Le-«-peu-de-confiance, qu'elle a pu nous attribuer, a été anéanti tel un château de cartes. Ce qui est le plus dramatique, c'est les conséquences lourdes de cette gestion administrative dans une logique financière (usager = prix de journée) pour l'adolescente. Sous quel nom pouvons-nous encore parler de protection de l'enfance ? Dans quelles dérives avons-nous conduit cette adolescente, une dérive pour laquelle nous tenons une importante responsabilité ? En effet, les orientations successives, les placements, les ruptures-séparations répétées ou non (car des premiers placements en structure peuvent se révéler dans certaines situations malheureusement dévastateurs) peuvent conduire ces mineurs placés, et plus particulièrement les adolescents (à une période sensible à tous changements, Autant dire que cette réponse fût cinglante, tant pour l'équipe et surtout pour l'adolescente, qui finalement va finir par nous échapper littéralement

, L'éducateur doit oeuvrer entre des perspectives éducatives, en terme de projection et d'idéal, et la réalité du mineur et sa famille

, N'était-il pas souhaitable que la loi propose de suivre le jeune non pas exclusivement en fonction d'une durée, mais bien en regard de ses besoins ? Par ailleurs, la loi institue un entretien obligatoire un an avant la majorité pour faire un bilan du parcours et envisager les conditions de l'autonomie 7 . Cette orientation semble aller dans le bon sens, cependant il parait plus judicieux de considérer le passage à la majorité non pas sous le la majorité. Même si le texte prévoit qu'un projet d'accès à l'autonomie soit élaboré, il est difficile d'imaginer que les objectifs d'autonomie 8 puissent tous les cas, les professionnels témoignent d'une pression due à l'échéance courte de la mesure

, Pour ce faire, il convient de donner du temps d'accompagnement tant aux jeunes qu'aux professionnels. Amener les premiers à penser sa majorité passe par une mobilisation et un décloisonnement en amont des différentes pratiques des professionnels intervenant dans leur situation. La constitution d'une équipe dédiée pluriils puissent s'appuyer et se ressourcer, L'ambition pour eux est de tendre vers un parcours d'accompagnement qui sécurise et non qui insécurise

L. Article, 222-5 du code de l'action et des familles

L. Article, 222-5-1 du code de l'action et des familles

L. , ONED peut être considérée « comme la capacité d'un individu de se donner lui même sa propre loi », cette capacité concerne la vie familiale et professionnelle mais aussi les dimensions affectives et psychologique de son parcours, 2015.

. Ibid and . Martin, Goyette cette capacité de réseautage. Enfin, suivant la même idée de maintenir des continuités dans les accompagnements des jeunes majeurs, il conviendrait de clarifier davantage la situation des familles d'accueil

«. Quand, » Sociologie d'une professionnalité en écriture(s)

G. Gaëlle and . Master, , 2018.

, De fait, nous ne sommes pas vraiment formateurs puisque c'est "en devenir" ». Jeune formatrice dans un établissement de formation en travail social situé en région Rhône-Alpes, j'ai décidé d'investir mon terrain professionnel et de mener l'enquête parmi mes collègues formateurs. Quel rapport les formateurs en travail social entretiennent-ils avec l'écriture ? Cette question, qui fut le point de départ de mon travail de recherche, m'a conduit à explorer les pratiques d'écriture des formateurs en travail social et plus spécifiquement, les articles qu'ils peuvent produire en dehors de leur temps de travail. Pourquoi se livrer à ce genre d'écriture ? Qu'est-ce qui peut conduire les formateurs en travail social à écrire des articles ? Et quelles sont les répercussions de cette écriture sur leur environnement professionnel, sur leur métier, sur eux-mêmes ? A travers une enquête inductive qui s'inscrit dans une démarche sociologique compréhensive, j'ai pu mettre en exergue que l'écriture de ces articles est bien loin d'être anodine. Cette pratique dépasse largement le geste scriptural et constitue une démarche qui permet aux formateurs en travail social d'affirmer leur professionnalité, « Nous sommes des formateurs "hybrides" (?) et nous apprenons à devenir formateur à partir de notre expérience métier

, Mots clés : Formateurs en travail social -écriture -articles -métier flou -indéterminationépreuve -attachement -inscription -auto-conception du mandat professionnel