Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Enfants en danger : questionnaire aux médecins généralistes et aux pédiatres de la région PACA

Résumé : Contexte : le système de protection de l’enfance a été réformé récemment par la loi du 5 mars 2007. On ne parle plus d’« enfant maltraité », mais d’un enfant « en danger », terme qui désigne les enfants victimes de mauvais traitements, et ceux qui risquent de l’être. Parallèlement à cette définition, la loi a confié au conseil départemental la gestion des informations préoccupantes, qu’il réalise à travers les CRIP (Cellule de Recueil des Informations Préoccupantes). Les médecins font partie des professions susceptibles de rencontrer ces enfants en première ligne, particulièrement les médecins généralistes (MG) et les pédiatres. Objectif : étudier les connaissances et les pratiques des MG et des pédiatres libéraux face aux situations d’enfants en danger. Méthodes : une enquête épidémiologique descriptive a été réalisée de décembre 2017 à mars 2018 auprès des MG et pédiatres libéraux de la région PACA (hors 06), à l’aide d’un questionnaire en ligne. Celui-ci évaluait les connaissances théoriques et pratiques. Il y avait également 3 cas cliniques afin de valider ces évaluations. Trois scores ont été calculés : un score de connaissances théoriques, un score de pratiques et un score de connaissances de facteurs de risques. Résultats : 236 questionnaires ont été analysés, parmi lesquels 60 complétés par des pédiatres (25,4%). Le score de connaissances théoriques était en moyenne de 59 ±16,6 /100, et le score de pratiques (cas cliniques) en moyenne de 27,9 ±11,1 /50. Les moyennes pour les deux scores étaient significativement plus élevées chez les médecins « formés » et les pédiatres. Il existait une corrélation entre ces 2 scores ; le fait d’avoir un bon score théorique était associé avec le fait d’avoir un bon score de pratiques, et inversement. Les modes et moyens de transmission d’une IP ou d’un signalement judiciaire étaient globalement mal connus : 51 médecins (21,6%) connaissaient le destinataire de l’IP, et 58 (24,6%) savaient comment contacter la CRIP ; 12 (5,1%) savaient qu’un signalement judiciaire s’envoyait conjointement au Procureur de la République et à la CRIP, 144 (61%) citaient le procureur seul ; et 49 personnes (20,8%) ne savaient pas comment transmettre un signalement judiciaire. Cent trente médecins (55,1%) avaient déjà été confrontés à une situation d’enfant en danger ; 106 (44,9%) n’avaient jamais expérimenté cette situation. Pour ces deux groupes de médecins, le premier recours dans ces situations était l’hôpital (respectivement 65, 50% et 62, 60,4%) et le principal frein pour saisir les services sociaux était l’incertitude du diagnostic (43, 40,6% et 70, 73,7%). Tous les médecins souhaitaient une meilleure formation sur le sujet. Conclusion : les connaissances des médecins sur la prise en charge des enfants « en danger » étaient médiocres. Notre étude montre que celles-ci pourraient être améliorées par des formations spécifiques. L’hôpital était identifié comme la principale ressource face à ces situations, au détriment de la CRIP, qui a pourtant un rôle de conseil et d’information.
Complete list of metadatas

Cited literature [41 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02615219
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Friday, May 22, 2020 - 11:59:33 AM
Last modification on : Monday, July 6, 2020 - 4:48:26 PM

File

THESE SOPHIA SIMEON-1.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02615219, version 1

Collections

Citation

Sophia Simeon. Enfants en danger : questionnaire aux médecins généralistes et aux pédiatres de la région PACA. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-02615219⟩

Share

Metrics

Record views

34

Files downloads

22