Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

État des lieux de la prise en charge des couples en échec d’implantation embryonnaire répété : étude rétrospective dans le service de Médecine de la Reproduction du CHU Arnaud de Villeneuve entre 01/2007 et 12/2018

Résumé : Introduction : l’implantation embryonnaire peut être un facteur limitant en Assistance Médicale à la Procréation. Certains couples sont en situation d’échec d’implantation embryonnaire répété (RIF), défini par l’absence de grossesse clinique après au moins 3 transferts embryonnaires consécutifs (frais / congelés), d’au moins 4 embryons de bonne qualité, avant 40ans. Le bilan étiologique en cas de RIF n'est pas consensuel dans la littérature. On ne connait à l’heure actuelle ni la prévalence du RIF ni les facteurs qui différencient les patientes de bons ou de mauvais pronostic au sein de cette population. Matériel et méthodes : étude rétrospective dont l’objectif principal est d’évaluer l’intérêt de la réalisation du bilan étiologique de RIF (hystéroscopie et échographie avec mesure des IP à J21). Nous avons comparé l’incidence de grossesse dans chaque population en fonction de la réalisation du bilan et de son statut normal ou pathologique avec l’incidence de grossesse des patientes n’ayant bénéficié d’aucun bilan. Nous avons analysé les caractéristiques des patientes RIF ayant finalement eu une grossesse clinique pour identifier des facteurs de bon pronostic. Résultats : 295 parmi les 4434 patientes étudiées remplissaient la définition de RIF, soit une prévalence de 6,65%. Dans les populations classique et DPI, l’incidence de grossesse est significativement plus élevée dans le groupe de patientes dont les deux examens du bilan sont normaux par rapport aux patientes n’ayant pas réalisé de bilan (respectivement 51,7% versus 31,3% ; p=0,03 IC95 (0,32-0,70) et 31,8% versus 18,2% ; p=0,004 ; IC95 (0,14-0,55)). Les facteurs significativement associés à l'obtention d'une grossesse sont : le nombre de transferts total, le transfert embryonnaire congelé (TEC), l’épaisseur endométriale en TEC, le double transfert embryonnaire, l’utilisation d’hMG, le nombre d’ovocytes et d’embryons J3 obtenus à la stimulation. Conclusion : la prescription du bilan étiologique standard en cas de RIF est intéressante car elle permet d’identifier les patientes de meilleur pronostic. Toutefois, l’intérêt du traitement des anomalies retrouvées au bilan reste à démontrer. Cette étude permet d'identifier des éléments pronostiques dans la population RIF quant à l'obtention d'une grossesse future.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02873487
Contributor : Scd Université de Montpellier <>
Submitted on : Monday, October 12, 2020 - 9:55:12 AM
Last modification on : Saturday, July 3, 2021 - 3:16:13 AM

File

ThEx_Montpellier_UM_Med_2019_E...
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02873487, version 1

Collections

Citation

Émilie Ehlinger. État des lieux de la prise en charge des couples en échec d’implantation embryonnaire répété : étude rétrospective dans le service de Médecine de la Reproduction du CHU Arnaud de Villeneuve entre 01/2007 et 12/2018. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨dumas-02873487⟩

Share

Metrics

Record views

12

Files downloads

260