, Du sur-mesure?

. -«-je, « il est conçu euh, il est conçu avec l'enfant? c'est? il est euh? il est vraiment associé au projet, donc la difficulté est énoncée avec l'enfant, les solutions éventuellement les remédiations sont conçues avec l'enfant, il signe, les parents signent aussi » -« la réalité de l'inclusion c'est que chaque profil d'enfant est différent, et que chaque profil génère son propre questionnement et euh, et que finalement dans une équipe enseignante, l'enseignante de toute façon se retrouve face à ces ces ces? particularités qu'il faut inclure dans l'école et que, voilà c'est pas évident donc je dirais que c'est du sur-mesure à chaque fois. » -« Et puis ça va être utiliser du p'tit matériel en fonction du handicap de l'enfant et donc ça peut être très diversifié, très varié en fonction de chacun

. Dans-le and . Pai, Proposer une activité peut-être dans un premier temps plus facile pour euh, pour mettre l'enfant en réussite et ensuite l'amener à faire, à faire la... le travail qu'on pouvait attendre de lui mais qui était trop difficile au départ donc, on peut aussi euh, l'accompagner, être euh, essayer d'étayer un petit peu la, la démarche, euh... on peut lui donner les consignes l'une après l'autre, de façon à ce qu'il ne se perde pas d'un point de vue méthodologique ». -« tout va dépendre de, du besoin particulier de l'enfant, donc en fait il y a à chaque fois une réponse à trouver pour l'enfant en particulier, euh, je sais que par exemple j'ai déjà eu un enfant qui était autiste et qui ne parlait pas, et qui rentrait pas du tout dans les apprentissages, mais euh, il était à la fois à l'hôpital de jour, à la fois dans la classe, on avait mis en place un outil commun avec l'hôpital de jour, avec les pictogrammes Makaton. On avait essayé d'harmoniser euh, des petites banques d'images qui lui permettaient de communiquer en montrant les images du besoin 'fin, voilà. » -> outil développé uniquement pour cet élève -« Quand j'ai préparé mon entretien là pour le CAPPEI, j'ai essayé de reg/ lister tous les élèves euh, que j'avais eus, j'ai quasiment tous les ans, eu un élève avec un besoin particulier donc euh, on cherche tous les ans des choses différentes pour les enfants » -« j'ai eu un élève avec des troubles du comportement euh, très importants j'avais euh, mis en place un cahier spécifique pour lui où, dès qu'il y avait une réussite, je prenais en photo et je le, je lui collais dans son petit cahier, » -« j'ai eu aussi une autre petite fille qui était polyhandicapée, qui avait une AVS, qui venait que 3 matinées par semaine, et euh, qui n'avait pas acquis la marche, qui n'avait pas acquis la propreté, qui n'avait pas acquis le langage, qui devait avoir à peu près une, qui devait avoir à peu près une, un niveau intellectuel d'une petite fille de 9 mois, et donc bon. C'était un accompagnement vraiment euh, où on était sur le sensoriel, je préparais des petites activités très très simples spécifiques pour elle, avec aussi des, des images qui permettaient de comprendre la succession des activités, bon voilà on avait essayé de mettre ça en place. » -« Et puis avec des moyens, c'est à dire que, donc le PAI il est important aussi parce que ça permet aussi de pas faire de bêtises avec l'enfant quoi. » -« Et puis pour la tenue du crayon, y'a des enfants qui ont des mains très molles donc avant de leur proposer un crayon, les faire travailler la musculature des doigts, beaucoup faire manipuler

. -«-oui-c'est-sûr and .. Sûr-;-»--«-ouais, ou un crayon qui est un peu magique, qu'on tourne et la mine sort ou rentre, donc je lui dis « tu vois c'est le crayon que tu aimes bien » et puis après il s'y met mais euh...C'est plus intuitif oui, c'est plus intuitif qu'autre chose. Parce qu'il lui faut la même place toujours au coin regroupement sinon c'est le drame, mais il faut savoir à expliquer aux autres pour que *** se sente bien, donc heureusement on travaille sur les émotions donc je dis « *** pour qu'il soit joyeux et serein il aime avoir cette place donc c'est pas compliqué on change, Mais je privilégie le contact avec les autres alors si je l'entends faire un p'tit peu trop la rigolade c'est plutôt bon signe

, Voilà pour ces élèves-là plus en difficulté aussi, je mets peut-être moins en quantité, pour que ça leur paraisse pas énorme et insurmontable. » -« Et puis après bah je vois par rapport au, à cet enfant, à son comportement, comment il est dans le moment parce que quelquefois il est tellement parti à gauche à droite et dans un état de stress tel que y a pas moyen de faire grand-chose donc à ce moment-là j'essaie de reporter un peu l'activité de tout le monde plus tard où euh, il est plus apaisé ».? Part d'un élève pour adapter l'emploi du temps à toute la classe -« pour essayer de l'apaiser il y a les boîtes de retour au calme que, que Marion nous a mis en place dans la classe donc euh », -« Donc c'est une, un petit coin dans la classe où il y a des petites activités euh, pour se calmer, donc il peut y avoir un casque anti bruit s'il a envie de se mettre le casque anti bruit, des petites bouteilles de paillettes dans dans l'eau euh, des, un livre pour euh, pour être tranquille, j'ai quoi j'ai un bâton de pluie aussi, pour écouter des petits sons qui calment, voilà avec des petits sabliers pour voir pendant un certain temps « je me calme pendant un certain temps, et puis après si, quand je sens que je suis plus calme, je peux retourner heu, faire mes activités ». Des aides spécifiques qui profitent ensuite à tous -« Et donc voilà c'est ramener des méthodes innovantes, du matériel un peu innovant, créer du matériel pour aider les enfants avec des troubles ou en situation de handicap. Mais finalement ça aide tout le monde et chacun s'en sert, « Donc c'est pour ça il faut essayer quand l'enfant est dans la classe de voir ses prio, 'fin où il en est de ses compétences quand tu peux et ce que tu peux, toi, faire progresser et croiser les doigts que ce que tu mets en place ça peut fonctionner et qu'il progresse le plus possible pendant l'année où il aura été avec toi et qu'au moins il soit bien, pas trop mal en tous cas, et que les autres n'en souffrent pas trop non plus

. Vision-de-l'inclusion,

, même à tous petits pas, une dynamique d'évolution. » -« Bah c'est qu'à priori tu vois que l'enfant est apaisé, qu'il va aller vers les autres euh ou qu'il va progresser, parce que parfois ça arrive quand même heureusement (rires). Donc euh, Donc voilà on procède par étape, et puis euh, à chaque fois on essaie de? voilà de? d'être dans une dynamique euh

. Mais and . Le-bonheur-hein-en-fait-c'est-vrai-?-»--«-donc-voilà, fin, voilà, après il donc faut instruire un dossier à la MDPH, et c'est la MDPH qui va permettre d'orienter euh, de donner les aides qui lui semblent les plus, les plus appropriées donc euh, soit une orientation, vers des dispositifs comme ITEP, ULIS, euh, l'IME euh, ou alors une aide humaine, de l'aide matérielle mais c'est toujours euh, ce qui est compliqué c'est que c'est toujours euh, par le biais de la MDPH qu'on obtient ces moyens-là et que parfois ça, il y a des couacs administratifs, euh, voilà. Ça demande toujours du temps et c'est jamais très réactif quoi. » -« en maternelle on on, y a un chemin qui se construit petit à petit avec la famille et qui est parfois long, et donc avant que les aides se mettent en place, bah parfois on a la, la sensation de, de subir un petit peu euh, c'est ça qui est un peu difficile, de subir un petit peu euh... ben on aimerait que les aides se mettent en place plus rapidement quoi. » -« le temps que le dossier se mette en place, que euh, le dossier soit traité, parfois on a l'aide humaine très tard quoi euh, 'fin on a plein d'exemples dans nos classes où on attend désespérément que l'aide humaine arrive, que le SESSAD commence, que la prise en charge euh, 'fin... donc euh... » -« Il faudrait pouvoir faire des bilans plus facilement au sein de l'école quoi. Qu'on puisse euh, constituer... je sais pas comment on peut dire ça. » -« ce qu'on met en place en maternelle souvent on n'en récolte pas tout de suite les fruits quoi. » -« quand on [?] voit la, le temps de... constitution d'un dossier, de traitement du dossier, qui est très très long, euh... voilà. Des EVS sont quelquefois mises en place en maternelle et bien souvent à partir du CP euh, ou même après. » un diagnostic pour un enfant. »-« Il faut aussi de l'aide pour les parents pour comprendre et finir par admettre euh qu'il y a un souci chez leur enfant et qu'il a besoin de se faire aider. » -« avoir quand même en tête et d'accepter l'idée que le temps de ces enfants-là n'est pas le temps de l'école et que l'école ne leur laisse pas le temps et ça faut l'accepter. Ça je l'ai appris avec les enfants sourds c'est ce que m'avait dit le psychologue scolaire « faut que tu acceptes que le temps des enfants différents n'est pas le temps de l'école, l'école va les broyer ». 'fin faut être lucides. L'école aura du mal, 'fin ce sera difficile pour beaucoup parce que l'école ne leur laissera pas le temps d'avoir le temps d'évoluer, de progresser et ça faut l'accepter. Donc c'est infernal, insupportable mais faut l'avoir aussi en tête, malheureusement. » Une volonté d'aller vers une école inclusive? -« l'inclusion ce soit aussi porteur de? d'espoir » -« Ben moi je suis? alors vraiment farouchement pour, mm? parce que l'inclusion ça veut dire euh? c'est un? finalement c'est quand même un enrichissement » -« Bah après je? franchement je? c'est, c'est une idée euh, c'est quand même globalement une idée formidable». -« les enfants différents n'ont pas à être ailleurs que dans l'école, l'école du quartier hein. Ça, ça pour moi c'est? c'est une évidence. » -« c'est un thème de mémoire très intéressant Claire, mais vraiment euh, je trouve que c'est vraiment là que se joue un peu notre coeur de métier » -« franchement non mais vraiment, je crois qu'on s'ennuierait si on n'avait que des gamins euh, super sages, mignons et compétents quoi hein euh, heureusement que de temps en temps on est un peu bousculé, euh? au final ça nous fait avancer. » -« dans l'absolu, si les conditions étaient réunies, c'est une chance pour tout le monde, c'est une aventure humaine mais juste extraordinaire, mais extraordinaire, c'est ma politique des petits pas en fait je, j'avance tout doucement, euh, tout ça pour pouvoir me dire en fin de période bon ben voilà ; ça, on a amélioré ça. » -« l'évolution elle est, elle se fait de jour en jour » -« tout doucement euh, je crois que c'est quand même important que, que l'inclusion ce soit aussi porteur de? d'espoir et qu'on aille pas trop vite vers des diagnostics, des jugements, des choses comme ça quoi. » -« Je pense que à la fin de chaque année scolaire, on? on n'a pas de baguette magique, on peut pas se dire bon là, ça y est on a réussi à faire une école inclusive pour tous, tout le monde y a trouvé sa place, mais on? il faut qu'on arrive à se dire voilà

. De-se-mettre-en-place and . Sont, -c'est l'inspectrice qui m'en a parlé aussi, du rapport de l'ONU qui... je connais plus la date, mais qui est récent, donc y a eu un rapport de l'ONU sur euh, un diagnostic de la France sur l'inclusion des personnes handicapées et qui euh, qui préconisait que, qui préconisait que tous les moyens financiers qui sont attribués à tous les enfants qui sont partis en IME donc qui sont attribués à, au Ministère de la Santé euh, soient toutes /que tous ces budgets-là pour les personnes / pour les enfants handicapés dans les IME et tout ça soient réorientés vers l'Education Nationale de façon à ce que vraiment l'Education Nationale prenne part dans l'inclusion.[?]Donc peut-être qu'ils, alors c'est une préconisation hein, mais euh, à partir du moment où ce sont des enfants qui euh, ont le droit à la scolarité, bah pourquoi ces moyens-là sont cloisonnés dans la, voilà ...au Ministère de la Santé alors qu'en fait euh, ça relève de l'éducation. Donc je, j'ai envie d'y croire » -« L'important pour moi c'est d'essayer de mettre en place ces outils pour qu'ils se sentent bien, mieux à l'école, qu'ils trouvent leur place, euh, qu'ils se sentent accueillis, dans leur différence aussi, mmm de sentir qu'ils sont pris en compte dans leur différence. » -« moi j'y crois hein, j'y crois même si parfois c'est difficile dans nos classes mais euh, sont multipliés, qu'on soit plus en équipe pluridisciplinaire et que ce soit plus, plus cohérent quoi

, Mais ça marche bien ». -« c'est aussi ça l'école hein. C'est une école pour tous hein. C'est pas une école que pour les enfants ordinaires. » -« l'école inclusive, c'est euh, c'est le fait que l'école de la République accueille tous les enfants, quel que soit son parcours, quel que soit son handicap, quelles que soient ses difficultés. Et donc chaque enfant a le droit, c'est un droit, de... d'accéder ben à l'école euh, dans ce qu'elle a de plus ordinaire, donc l'école ordinaire doit pouvoir accueillir tout le monde. » Les bénéfices de l'école inclusive -« tu vois les autres tolérants, habitués à accepter la difference euh à aller aider l'enfant euh, c'est des enfants qui parfois ne s'intéressent pas trop aux autres, -« pour moi l'école inclusive, c'est l'école qui accepte euh, tous les enfants qui peuvent se présenter à la porte de l'école, quels que soient leurs difficultés, leur profil, leur parcours ». -« chaque enfant, quel que soit euh, son profil, a sa place à l'école. » -« qu'on n'aille pas trop vite vers des diagnostics, des jugements, des choses comme ça quoi

. -«-l, » -« l'année dernière il y avait des grands qui allaient s'occuper de lui aussi quand ils avaient terminé une activité, ils allaient le voir, ils allaient faire un jeu de société, ils lui faisaient nommer les couleurs, ils lui demandaient « ah bah tiens ça c'est quelle couleur ? », enfin plein de p'tits jeux comme ça et puis du coup ils étaient très encourageants et du coup ça ramenait du sourire chez ce p'tit garçon-là, il était content de venir à l'école. Il était vraiment intégré dans le groupe, alors que bon à la base c'était pas si simple que ça parce que c'était un petit garçon qui était vraiment très très très en décalage quoi. Mais finalement le fait de travailler sur la différence avec les autres, d'accepter toutes les différences, travailler sur le tutorat, enfin tout ça mis en place permet vraiment une inclusion dans la classe en fait et qu'il ne se retrouve pas dans un p'tit coin dans la classe complètement isolé. » -« Bah si ça les aide à mieux fonctionner ça veut dire aussi qu'ils vont plus facilement s'intégrer donc ça va lisser un peu entre guillemets les « différences » quoi. Ça permet d'être sur un pied d'égalité avec les autres. » -« Donc c'est aussi ça, adapter à chacun et finalement ça lisse quelque part, même s'il reste quand même des grosses différences entre les enfants ça va leur permettre de mieux s'intégrer au groupe classe et de mieux fonctionner avec les autres aussi. C'est ce qui permet d'avoir du lien et finalement les autres vont être aidants, 'important pour moi c'est d'essayer de mettre en place ces outils pour qu'ils se sentent bien, mieux à l'école, qu'ils trouvent leur place, euh, qu'ils se sentent accueillis, dans leur différence aussi, mmm de sentir qu'ils sont pris en compte dans leur différence

, En inclusion vraiment à 100%, c'est, je n'sais pas si c'est vraiment bénéfique pour ces enfants-là. » -« Alors est-ce que c'est pour les enfants qui, présentent des besoins particuliers ou est-ce que c'est la diversité 'fin, la différenciation euh, ordinaire » Le côté « imposé » de l'école inclusive -« l'enseignante de toute façon se retrouve face à ces ces ces? particularités qu'il faut inclure dans l'école » -« Pour moi c'est vraiment l'accueil d'enfants différents [?] au sein d'effectifs très chargés. » -« Sachant que nous au mieux, entre guillemets, quand la situation est particulièrement compliquée, l'enfant est dans notre classe un an hein, mais les autres enfants de la classe peuvent les suivre presque toute leur scolarité, ou au moins peut être toute la maternelle. Donc euh faut pas l'oublier non plus » -« ça évite pour certains de, de, de créer des structures euh qui seraient pour certains enfants plus pertinentes qu'une école dans un grand groupe aussi parce qu'il arrive un moment où l'inclusion a ses limites. La maternelle j'peux encore penser que ça peut peut-être être possible mais un moment pour certains enfants c'est trop compliqué, c'est dur à accepter. Mais euh c'est donc aussi une solution hein l'école inclusive : c'est plus rentable, ça évite d'avoir un enseignant spécialisé pour moins d'enfants et ça évite de créer toutes ces structures donc là faut être lucide par rapport à ça. » -« Donc y'a ça et puis y'a aussi le fait que l'institution insiste sur le fait de l'inclusion, y'a des grands mots, des grands textes tout ça mais y'a pas grand-chose qui se passe derrière quoi. » L'école inclusive, une utopie ? Un leurre ? -« Parce que enfin, je pense que c'est rare que ça fonctionne bien, 'fin ... on aimerait bien le dire mais je pense que c'est leurrer un peu euh...leurrer un peu tout le monde hein l'école inclusive quand même hein. Je pense, 'fin, leurrer les parents surtout qui sont tellement en attente et euh... voilà. C'est un leurre, jpense. On fait au mieux mais c'est un leurre et on y laisse des plumes quand même. » -« Ne pas se transformer en AESH, essayer d'être vraiment très lucide par rapport à ça, même si donc c'est raté mais au moins de l'avoir quand même en tête et d'accepter l'idée que le temps de ces enfants-là n'est pas le temps de l'école et que l'école ne leur laisse pas le temps et ça faut l'accepter. Ça je l'ai appris avec les enfants sourds c'est ce que m'avait dit le psychologue scolaire « faut que tu acceptes que le temps des enfants différents n'est pas le temps de l'école, l'école va les broyer ». 'fin faut être lucides. L'école aura du mal, 'fin ce sera difficile pour beaucoup parce que l'école ne leur laissera pas le temps d'avoir le temps d'évoluer, de progresser et ça faut l'accepter. Donc c'est infernal, insupportable mais faut l'avoir aussi en tête, malheureusement. » -« ça demande de toute façon, enfin le gamin te prend tout ton temps 'fin faut pas, faut pas se leurrer. » -« dans l'absolu, si les conditions étaient réunies, c'est une chance pour tout le monde, c'est une aventure humaine mais juste extraordinaire, mais extraordinaire, Mais parce que ça leur aura été expliqué au début de l'année, qu'ils ont compris que oui il est différent, oui il aura besoin de temps différents, oui il va avoir besoin de quelqu'un pour lui tout seul, c'est comme ça. Mais leur dire que nous on est ordinaires et qu'on est super chanceux de pouvoir vivre sans avoir besoin d'avoir quelqu'un rien que pour nous, pour nous aider tout le temps parce que finalement on perd un peu de liberté quand on est toujours avec quelqu'un sur son dos pour nous faire faire des choses et tout. Et du coup ils finissent pas très très bien comprendre ça et donc ça aide à mieux s'intégrer dans le groupe classe. C'est une compréhension générale des uns et des autres en fait. » -« après c'est super intéressant et à chaque fois que j'ai eu un enfant ou des enfants différents dans la classe euh ça a toujours permis une ouverture du regard chez les autres. C'est, c'est, c'est marquant ouais. Et quand on croise les parents quelques années plus tard ils le disent encore. » -« aussi bien chez les enfants ordinaires qui étaient avec ces enfants-là que les autres en fait. Et puis du coup ils n'ont plus le même regard sur les autres, sur celui qui est différent

-. Tu-vois-mon-***-(élève-de-la, . De-nanisme, and . Dans-nantes, Et là tu fais « ah bah non ça va pas le faire ». Donc j'ai dit à *** (directrice de l'école) « bah redemande quand même, y'a un PAI, c'est dans le cadre de sa maladie quoi, d'adaptation de sa maladie ». Donc l'inspection a fini par lâcher un oui mais un peu contraint et forcé parce que j'avais dit à *** (directrice de l'école) « bah écoute si je ne peux pas emmener ***(élève atteint de nanisme) moi j'annule parce que je ne vais pas le pénaliser alors qu'y avait pas de raison quoi. » Donc c'était Ok que si l'enseignante se chargeait exclusivement de lui et le gère en permanence, voilà qu'elle le garde bien sous sa responsabilité. Voilà. Et là tu fais « bah en fait les institutions ne sont pas totalement prêtes à accepter qu'on puisse adapter le fonctionnement en fonction des enfants qui sont en situation de -« un enfant différent » -« un p'tit garçon qui avait des troubles autistiques » -« ma p'tite cocotte » -« ces enfants différents » -« ma p'tit cocotte autiste » -« mon p'tit coco atteint de nanisme » -« un enfant à troubles autistiques » -« une petite fille qui ne parlait pas » -« un enfant qui avait des difficultés à entendre » -« les enfants qui entendent mal, qui ont des troubles du langage » -« les enfants qui souffrent de troubles dys » -« les enfants avec des troubles ou en situation de handicap » -« gens en situation de handicap » -« les enfants qui sont porteurs de handicap » -« l'enfant qui est en ULIS » -« l'enfant qui a des, Parce que les parents m'avaient expliqué que c'était tout à fait possible qu'il se déplace en trottinette parce que du coup on allait marcher longtemps donc il fallait quand même qu'il se fatigue pas trop et qu'il suive le groupe. Donc moi ça ne me posait pas de problème de le surveiller avec sa trottinette et qu'il suive tout le groupe avec sa trottinette et quand on a fait notre première demande à l'inspection on nous a dit non