-. D. 4m256-;-philippe, B. Mathias, B. , and J. Caron, La voix et le geste, une approche socio-culturelle de la violence socio-politique, vol.13, 2005.

-. D. 4m256,

-. D. 4m258, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, 17 janvier 1902. 116-A.D.R. 4M258, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, 25 janvier 1902. 117-A.D.R. 4M258, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, Dictionnaire des parlementaires français ; notices biographiques sur les ministres, députés et sénateurs français de 1889 à 1940, vol.19, 1902.

-. D. 4m256, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, vol.27

-. D. 4m258,

A. D. 4m258,

A. D. 4m258,

-. D. 1m180,

A. D. 4m31 and C. Du-ministère-de-l'intérieur-adressée-au-préfet-du-rhône, , vol.23

A. D. 4m233, L. Lyon, and R. Le-retour-de,

A. D. 4m233, L. Lyon, and «. Rousset-À-paris, , vol.19, pp.12-1912

-. D. 4m233, Minute de lettre du préfet au ministère de l'Intérieur et à la direction de la Sûreté Générale, vol.21

-. D. 4m233, Minute de lettre du secrétaire général pour la police à la direction de la Sûreté Générale, 18 juin 1910. 243-A.D.R. 4M233, Minute de réquisition du préfet du Rhône adressée au gouverneur militaire de Lyon

A. D. 4m233, Note non signée

-. D. 4m233,

-. D. 4m233, Note du secrétariat général sur la répartition des effectifs pour grève de 24 heures, vol.16

A. D. 4m234, Rapport des gardiens de la paix cyclistes

A. D. 4m234, L. Socialiste, and . Prenez-garde, , pp.22-1913

-. D. 4m243, Minute de lettre du secrétaire général pour la police au gouverneur militaire de Lyon, 25 janvier 1915. 57-A.D.R. 4M260, Rapport du commissariat spécial de la préfecture

A. D. 4m234, Minute de lettre du préfet du Rhône au ministère de l'Intérieur, 27 juillet 1914. 61-A.D.R. 4M234, Télégramme du ministère de l'Intérieur aux préfets de France et d'Algérie

A. D. 1m143,

-. D. 4m264, Rapport du commissariat spécial de la préfecture

A. D. 4m268, M. De, . Du, and . Du-rhône-au-gouverneur-militaire-de-lyon, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, 14 avril 1916. 76-A.D.R. 4M260, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, 9 mars 1916, vol.16, pp.24-1917

-. D. 4m264, Lettre du commissaire spécial de la préfecture au secrétaire général pour la police, 22 février 1915. 83-A.D.R. 4M264, Minute de lettre du secrétaire général pour la police au ministère de l'Intérieur, vol.11

A. D. 1m144, 86-A.D.R. 4M264, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, vol.16, pp.17-1915

-. D. 4m264, , vol.8

-. D. 4m264, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, 20 décembre 1915. 97-A.D.R. 4M260, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, vol.3, pp.10-1916, 1916.

, Le 12 août 1916, le préfet du Rhône, informé par un indicateur, 103 envoie la lettre suivante au gouverneur militaire de la 14 e région : « Je suis informé que les nommés Bécirard Henri, demeurant à Lyon, notoirement connu comme anarchiste dangereux, et Pechier, pacifiste également connu, distribuent secrètement des convocations dans divers milieux civils et militaires, pour annoncer une réunion qui

M. Le-nommé,

L. Bécirard, convoqué sur mon ordre et informé que cette réunion ne pourrait être tenue, s'est retranché derrière des faux-fuyants

, D'ailleurs les assurances qui auraient pu être données par cet individu éminemment suspect, ne pouvaient donner aucune garantie

, Dans ces conditions et dans l'intérêt de l'ordre public et de la défense nationale

D. Le-congrès, Marseille est également interdit par les autorités. 105 Malgré des démarches des

, Bécirard affirme que le congrès a finalement pu se tenir secrètement en décembre 1916, Malgré tout, vol.109

, Minute de lettre du préfet du Rhône au ministère de l'Intérieur et à la direction de la Sûreté Générale, Après avoir laissé miroiter la possibilité de sa venue pour mars, sous la condition que le comité confédéral soit d'accord avec le projet, 112 Jouhaux se dérobe à l'invitation. 113 103-A.D.R. 1M160

A. D. 4m268, , 1917.

A. D. 4m268, Lettre de la direction de la Sûreté Générale au préfet du Rhône, vol.13, pp.16-1917

-. D. 1m149, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, pp.24-1917

A. D. 4m260, Liste d'infractions à l'occasion de la cherté de la vie pendant les hostilités, établie par le service de la Sûreté, 1917.

-. D. 1m149, 129-A.D.R. 1M149, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, vol.13

-. D. 1m150, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, 1 er mai 1918. 138-A.D.R. 1M150, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, vol.15, 1918.

A. D. 1m150, Copie d'une lettre de Bécirard à Royer, pp.23-1918

-. D. 1m150, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, 19 août 1918. 147-A.D.R. 1M150, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, vol.20, 1918.

A. D. 1m150, Rapport du service de la Sûreté, 22 août 1918. 151-A.D.R. 4M234, Copie d'une lettre du secrétaire du syndicat des métaux de Givors à Merrheim

, Le pacifisme des socialistes unifiés lyonnais Les socialistes unifiés lyonnais se rangent eux aussi pendant la guerre du côté du pacifisme

, Cependant, il s'opère au sein du mouvement un changement de direction : les quatre députés du Rhône, MM. Moutet, Rognon, Voillot et Manus, voient leur influence s'amenuiser

, La remise en question de l'Union sacrée En février 1915, la Fédération unifiée du Rhône se réunit : Moutet et Voillot veulent « poursuivre la lutte jusqu'à l'écrasement du militarisme prussien, afin d'arriver au désarmement général qui figure au programme des Alliés ». Un ordre du jour est voté, « en faveur de la lutte à outrance ». 153 Mais en septembre 1915

E. Zimmerwald, . Suisse, . Merrheim, and . Le-socialiste-bourderon, 154 Deux militants, Calzan, professeur au Lycée Ampère, secrétaire de la Fédération du Rhône depuis 1914, et Cuminal, directeur d'école primaire, commencent alors une campagne pacifiste par le biais de tracts. En novembre, le préfet explique qu'ils veulent faire imprimer un court manifeste, 155 finalement interdit, destiné à toutes les sections de la S.F.I.O., pour réclamer un congrès pour la paix en Amérique, auquel même les socialistes austro-allemands seraient conviés. 156 Calzan et Cuminal auraient de plus essayé de déposer dès juillet 1915 une motion

À. Partir-de-décembre, Un congrès départemental a lieu le 19, afin de désigner des délégués pour le congrès socialiste national du 25, à Paris : Calzan, le matin, donne lecture de quatre motions en faveur de la reprise des relations internationales, des sections de, 1915.

, Calzan réfute leurs arguments, rejoint alors par Voillot et Manus. Sa motion pacifiste est adoptée à 59 voix contre 9. 157 Informé, le préfet écrit que Voillot et Manus « seront bientôt eux-mêmes débordés par les éléments violents du parti et que la Fédération socialiste du Rhône, sous l'inspiration d'ambitieux en quête de mandat, comme Calzan et Cuminal, Le soir, alors que les quatre députés locaux sont présents, p.158

-. D. 1m144, Voeu en faveur de la paix de Calzan et Cuminal, vol.15, p.325

A. D. 4m234,

-. D. 4m243, Minute de lettre du préfet du Rhône au ministère de l'Intérieur et à la direction de la Sûreté Générale

A. D. 4m260 and L. Du-rhône, Minute de lettre du préfet du Rhône au gouverneur militaire de Lyon, 30 août 1916, vol.14

A. D. 1m148, En janvier 1917, les délégués au congrès national de décembre rendent compte de leurs mandats, vol.20

, Un tournant révolutionnaire après la révolution russe ? En mai 1917, il est question d'inviter à Lyon le député Longuet, pacifiste, ainsi que Rappoport, socialiste d'origine russe. Calzan demande la Bourse du Travail à Herriot, et sollicite « le concours des syndicalistes et des révolutionnaires

. Rappoport, 176 Le commissaire spécial écrit : « Les majoritaires du Parti s'abstenant depuis quelque temps de prendre part aux discussions et d'assister aux réunions, la Fédération du Rhône se trouve entièrement aux mains des pacifistes qui suivent les inspirations et sont conduits par MM. Calzan et Cuminal, vol.177

, Le meeting est finalement interdit par la préfecture, et remplacé par une réunion privée sur la révolution russe : elle est tenue à l'Unitaire, avec le concours de Rappoport

F. Longuet, Réunis en conseil fédéral, les unifiés lyonnais, sous la direction de Voillot et Calzan

À. , les actions des socialistes, peut-être en raison de leur proximité avec les syndicalistes, deviennent de plus en plus révolutionnaires. Le préfet autorise Calzan à organiser une réunion pour commémorer la mort de Jaurès le 29, sous la condition de s'en tenir à ce sujet. Mais le député Mayeras, invité, « [s'attache] à faire peser sur le gouvernement français et sur M, pp.25-1917, 1917.

A. D. 4m260, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, 9 mai 1917. 177-A.D.R. 4M260, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, 1917.

-. D. 4m260, M. De, . Du, and . Du-rhône-au-ministère-de-l'intérieur, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, 29 août 1917. 182-A.D.R. 1M149, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, vol.30, pp.11-1918

-. D. 4m302, Article censuré du Droit du Peuple, 1er avril 1918. 188-A.D.R. 1M150, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, pp.29-1918

A. D. 1m150, Histoire des gauches?, vol.22, p.324

, Le rapprochement des pacifistes anarcho-syndicalistes et socialistes lyonnais Une des particularités de la période entre 1914 et 1918 est le rapprochement entre anarchosyndicalistes et socialistes lyonnais. Les deux courants, minoritaires dans leurs partis respectifs, passent outre leurs réticences d'avant-guerre

;. C. Le-«-comité,

E. Mai, Mais les organisateurs y renoncent : 197 Bécirard explique ne pas avoir pu s'entendre avec les socialistes, car la minorité kienthaliste aurait la prétention d'englober toute l'opposition à la guerre dans un intérêt de parti. 198 Il a pu toutefois échanger avec Merrheim : « Merrheim nous a exposé sa tactique [?] pour provoquer un mouvement international qui seul peut amener la paix immédiate. [?] Il a approuvé le projet de création d'un groupement de militants qui en dehors de tous les partis politiques se livrera à une propagande active par des réunions, des tracts etc, Calzan propose à l'Union des Syndicats du Rhône et à la Bourse du Travail la création d'un « Comité d'action ayant pour but l'étude de toutes les questions intéressant la défense du travail, 0199.

, Ce groupement finit par voir le jour vers septembre 1916 : un « Comité lyonnais pour la Reprise des Relations Internationales » est alors créé, sous l'impulsion de Bécirard : le bureau comporte également des socialistes unifiés. Le comité tire son nom d'une organisation semblable fondée par

C. G. Merrheim-À-paris, Le commissaire spécial de la préfecture note d'ailleurs : « En mettant à leur tête des militants du Parti Unifié, l'idée des anarchistes était qu'en procédant de la sorte la police n'oserait pas intervenir, par crainte des élus unifiés qui auraient pu intervenir auprès des Ministres appartenant à leur fraction politique. » 201 Les socialistes auraient selon le commissaire 196-A.D.R. 4M264, Lettre du commissaire spécial de la préfecture au secrétaire général pour la police

-. D. 4m260, Rapport non signé, 24 février 1917. 209-A.D.R. 4M268, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, 4 mars 1917. 210-A.D.R. 4M260, Procès-verbal établi par Constant Adler, commissaire de police chef de la Sûreté, vol.11, 1916.

-. D. 4m260, , pp.24-1917

A. D. 4m268, R. Du-service-de-la, and S. , Rapport du commissariat spécial de la préfecture, 10 mars 1917. 230-A.D.R. 4M268, Photographies jointes à une minute de lettre du secrétaire général pour la police au gouverneur militaire de Lyon, vol.2, 1917.

, Des mesures prises par les autorités limitent de nouveau la propagande pacifiste des anarchistes en juillet 1917 : alors même que Jeanne Chevenard veut réunir les lecteurs lyonnais de Ce Qu'il Faut Dire, à Villeurbanne et au café Chamarande, le journal de Sébastien Faure est suspendu. 232 Les anarchistes redoutent des descentes de police et écourtent leurs réunions : Chevenard (Louis) « estime qu'on doit s'attendre à ce que des perquisitions soient effectuées à Lyon, et il est même fort surpris qu'elles n'aient pas été faites en raison de la distribution du Libertaire

, jusqu'à nouvel ordre, aux réunions de propagande pacifiste de quartier ». 233 Malgré tout, quelques initiatives continuent à être prises. En août, un des membres de

C. Q. and C. R. , Chevenard (Louis) déclare que la formation d'un comité révolutionnaire d'ouvriers et soldats, d'accord avec les socialistes, n'est pas possible, ces derniers n'étant pas partisans d'une action révolutionnaire. Il annonce qu'il sera quand même formé avec le C.R.R.I. ; mais en raison époux Chevenard, Bécirard et quelques militants pacifistes, il est décidé d'attendre qu'une fête soit organisée en faveur de l'Orphelinat ouvrier d'Épône, dirigé par Madeleine Vernet, proche de Sébastien Faure, pp.13-1917

-. D. 1m150, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, vol.22, pp.31-1917

, Dès février 1915, des cartes postales catholiques « Pour la Paix » sont expédiées partout en

, France : l'Intérieur s'inquiète de potentielles « manoeuvres [encore] plus caractérisées », qui pourraient « exercer une influence fâcheuse sur l'esprit de l'armée et des populations, p.255

«. La, Pour réprimer le pacifisme, les autorités cherchent d'abord à démontrer qu'il affecte le moral des populations, tout comme les fausses nouvelles, ce qui est loin d'être une évidence. Elles sont donc obligées d'élaborer un discours qui fait des anarcho-syndicalistes et socialistes les avocats d'une mauvaise paix, contraire aux intérêts de la nation car sapant les fondements d

, En janvier 1915, l'Intérieur demande de faire saisir des semaines religieuses reproduisant un décret du

. Pape,

, En février 1915, une conférence de Daniel Blumenthal, ancien maire de Colmar et ancien député au Reichstag, sur « ce que doit être la paix », a lieu à Lyon : la ligue nationale française de défense industrielle et commerciale, qui l'organise, veut même inviter le préfet. 258 En novembre 1915, alors que Calzan et Cuminal commencent leur campagne pacifiste, le préfet prévient qu'ils risquent de se faire « les protagonistes d'une paix boiteuse ». 259 Il emploie de nouveau cette expression en décembre 1915, à propos des députés Voillot et Manus. 260 Au contraire, en février 1916, à une demande de l'Intérieur sur l'état moral du département, le préfet répond que l'état d'esprit est excellent : les populations veulent une « paix victorieuse, Si les autorités interdisent les conférences pacifistes des syndicalistes et socialistes, les réunions qui se trouvent du côté de la « paix » désirée par les autorités, à savoir l'écrasement de l'Allemagne, sont autorisées

-. D. 4m243, Télégramme du ministère de l'Intérieur aux préfets de France et d'Algérie, en communication au gouverneur général d'Alger, 1915.

-. D. 4m243,

, le pacifisme, une importation russe et allemande Les évènements de 1917 et 1918 poussent les pouvoirs publics à franchir un cap, pp.1917-1918

. Le, occasion d'une réunion d'un comité russe de Lyon, enquête sur les Russes habitant dans l'agglomération. Si certains d'entre eux ont « des tendances nettement révolutionnaires », le dirigeant du groupement, M. Sissoyef, demande à ce que « la guerre soit continuée contre l'Allemagne jusqu'à la victoire », 266 ce qui rassure les autorités. Mais le ministère de la Guerre, s'inquiète de l'orientation de plus en plus révolutionnaire du pouvoir russe : il envoie une circulaire en septembre 1917, où il explique que des soldats russes se décembre 1917, un télégramme de l'Intérieur explique que des soldats russes, employés comme travailleurs après la paix de, Après la révolution russe de février 1917, p.268

, La suite des évènements démontre l'exagération de la « menace » russe par les autorités : le n'en repère qu'un seul groupe dans le Rhône, caserné au fort Montluc, utilisé « comme main-d'oeuvre par le Magasin Général et dont l'effectif s'élève à environ 40 unités ». Le préfet explique au ministre de l'Intérieur, « que la majorité sinon la totalité des soldats russes

A. D. 4m302, Télégramme-circulaire du ministère de la Guerre aux gouverneurs militaires de Paris et de Lyon, aux généraux commandant les régions 3 à 13, 15 à 18, 20 et 21, 12 septembre 1917. 268-A.D.R. 4M243, Télégramme-circulaire du ministère de l'Intérieur et de la direction de la Sûreté Générale aux préfets de France. 269-A.D.R. 4M243, Note du secrétariat général pour la police, 0191.

, Deux éléments viennent totalement remettre en question cette enquête à charge : le préfet relève lui-même que les soldats concernés ont « une ignorance presque absolue de la langue française », ce qui ne faciliterait pas vraiment leur « propagande ». L'adjudant Pity, interprète en charge des soldats, déclare en plus qu'« il [n'a] jamais surpris aucun commentaire ou propos pacifiste chez les Russes dont il a la surveillance ». 271 Malgré tout, le préfet demande « l'éloignement non seulement de Lyon, mais de toute agglomération ouvrière les soldats russes dont il s'agit, dont l'état d'esprit est dangereux ». À plusieurs reprises, lorsque des soldats russes se retrouvent stationnés à Lyon, des mesures sont prises pour éviter l'influence « bolchevique

, Le pacifisme d'importation allemande Avant d'entamer cette partie, il convient d'abord de préciser que l'utilisation de tracts défaitistes par les Allemands est avérée. Dès janvier et février 1915, un tract intitulé « aux soldats », qui parle de « nos canonnières » en décrivant le bombardement allemand des côtes anglaises, demande ainsi aux Français de renoncer à la guerre, p.273

, par rapport aux tracts pacifistes des anarcho-syndicalistes et socialistes. Les pouvoirs publics ne résistent toutefois pas à la tentation d'une généralisation abusive, en affirmant progressivement que le pacifisme est une importation allemande. En avril 1916, le commissaire spécial relève une rumeur sur le secrétaire de la Fédération unifiée socialiste, Mais dans les nombreux tracts distribués à Lyon pendant la guerre, ces exemples restent relativement rares

-. D. 4m243, Lettre du lieutenant-colonel Metz, commandant le dépôt du régiment de marche de la Légion étrangère, au secrétaire général pour la police, 2 août 1918. 273-A.D.R. 4M243, Minute de circulaire du secrétaire général aux commissaires de police du département, au sous-préfet de Villefranche et au commandant des gardiens de la paix, vol.18

-. D. 4m260, Copie de télégramme-circulaire du ministère de l'Intérieur aux préfets de France et d'Algérie, 6 septembre, 1916.

R. Denis, Circulaire du préfet du Rhône adressée aux commissaires spéciaux et de police du département, 13 juillet 1917. 278-A.D.R. 1M149 Télégramme du ministère de l'Intérieur et de la direction de la Sûreté Générale aux préfets de France, La Grève des tranchées. Les mutineries de 1917, Imago, vol.6, p.331, 2005.

, Une grande partie de la surveillance du mouvement pacifiste, notamment syndicaliste, s'exerce par le contrôle du courrier. Celui-ci permet de tenir les autorités au courant des projets pacifistes, mais aussi de retarder

, Au départ, la mesure n'est pas systématique : en mars 1915, le secrétaire général pour la police explique ainsi à l'Intérieur avoir fait retenir une lettre adressée à Bécirard, par un certain Manatte de la C

, Il en envoie une photographie et demande « si elle doit être remise à l'intéressé » ou au ministère. 289 L'Intérieur finit par exiger l'original. 290 Ce contrôle touche rapidement les échanges entre les secrétaires de l'Union des Syndicats, Bécirard et Charpillon, et Merrheim. Ce dernier explique que quelqu'un lui a révélé que tous leurs échanges sont arrêtés : « Les facteurs ont

, fur et à mesure que les adresses intermédiaires sont découvertes : en juillet 1915, la police découvre par exemple que c'est Ratgris-Roulet qui réceptionne le courrier de Bécirard et Charpillon, p.293

, Les premières instructions officielles dans les sources ne datent que de janvier 1915 : le ministre de l'intérieur demande au préfet, à propos de la propagande « en vue de la paix

, par exemple Garin, le secrétaire du syndicat de la métallurgie. 296 289-A.D.R. 4M264, Minute de lettre du secrétaire général pour la police au ministère de l'Intérieur et à la direction de la Sûreté Générale, pp.13-1915, 1915.

-. D. 4m264, Minute de lettre du secrétaire général pour la police au gouverneur de la place de Lyon, 9 juillet 1915. 294-A.D.R. 4M243, Télégramme du ministère de l'Intérieur et de la direction de la Sûreté Générale aux préfets de France et d'Algérie, vol.17

A. D. 4m301, Lettre du commissaire spécial au gouverneur militaire de Lyon, 8 novembre 1915. En mars 1916, l'Intérieur demande d'empêcher Bourderon et Merrheim de « s'aboucher avec

. Merrheim, 298 Les échanges entre Bécirard et le secrétaire de la Bourse du Travail de, 1916.

M. Voiron and . Cécillon,

. «-À-la, fin de la réunion, les militants se sont occupés du retard subi par leurs correspondances

, Le facteur des Postes Testard, affilié au Comité Lyonnais d'Action Internationale, lui a fait connaître, dit-il, que ses collègues mettaient chaque jour de côté quantité de lettres adressées à des militants et qu'elles étaient portées par eux à la Censure, vol.300

, Le même mois, le directeur de la Sûreté Générale révèle que Berthet utilise la boîte aux lettres des époux Massée. Calzan, lui, utilise un alias, M. Trillat. 301 La correspondance de Leclair, Berthet enjoint aux militants de rechercher des facteurs sympathisants, pour porter les lettres du groupe à Paris, p.302

, La censure fonctionne à plein régime pendant la suite de la guerre : les syndicalistes sont sans

L. Paris and . Sieur-hasefeld, alors que Madeleine Vernet doit venir avec Hélène Brion à Lyon pour tenir des conférences en faveur de l'orphelinat d'Épône, qu'elle administre, son courrier pour Bécirard est intercepté. 304 Elle essaye alors de passer par le secrétaire du groupe C.Q.F.D. lyonnais, Poncet. Elle lui écrit : « Je n'ai pas de réponse de personne et comme la poste m'a escamoté, depuis quatre mois, des tas de lettres, je me demande si mes dernières missives à Lyon ont eu le même sort, vol.305, p.297, 1918.

A. D. 1m150, Rapport du service de la Sûreté, pp.17-1918

, Les autorités s'intéressent très tôt à l'idée d'employer des syndicalistes modérés pour influer sur l'Union des Syndicats : en septembre 1915, l'Intérieur demande au préfet s'il y aurait intérêt à rapatrier à Lyon le militant Charial. Sous sa direction, le syndicat des ouvriers maçons est devenu avant-guerre l'un des plus importants syndicats lyonnais. Il a abandonné ses fonctions de secrétaire en 1913, mais les membres du syndicat l'ont rappelé en juillet 1914 pour remplacer Royer, en tant que secrétaire comptable de l'Union des Syndicats : le préfet ajoute qu'il aurait feint une « tendance marquée en faveur des théories antimilitaristes », tout en s'opposant à la « propagande anarchiste dans les syndicats

, un certain caractère d'opportunité. » 306 Charial revient bien à Lyon : il préside une réunion de l'Union en novembre 1916, p.307

, En novembre 1916, alors qu'un congrès syndicaliste à Valence est interdit, Paoletti, des verriers, a des suspicions : il dit savoir qu'Arragain, secrétaire de la Bourse du Travail, a annoncé, plusieurs jours avant l'interdiction du congrès, que celui-ci n'aurait pas lieu. 308 Sommé de s'expliquer, Arragain proteste vivement, et explique que sa bonne foi ne peut être mise en cause puisqu'il devait y représenter plusieurs syndicats

U. and G. Brunaud, conserve la trace d'une note manuscrite : le fonctionnaire se défend d'avoir dit aux guimpières « qu'il connaissait ce qui était

-. D. 1m145, Minute de lettre du préfet du Rhône au ministère de l'Intérieur, 11 septembre 1915. 307-A.D.R. 1M148, Rapport du commissariat spécial de la préfecture

A. D. 4m260, Rapport du commissariat spécial de la préfecture, vol.24, pp.24-1917

-. D. 1m149, , pp.13-1917

A. D. 1m150, R. Du-service-de-la, and S. , Voir Annexes p. 235) Fin 1916, le préfet demande au gouverneur militaire d'éloigner de la ville l'anarchiste Toti, vol.19, 1918.

. Dans-une-lettre-À-l'intérieur, Toti « conseillait ouvertement à ses camarades, de diminuer leur production ». 321 En décembre 1916, Berthet et plusieurs militants mobilisés à l'usine Hotchkiss, sont menacés par un officier d'un passage en conseil de guerre, s'ils persistent à participer à des réunions du C.R.R.I. 322 En mars 1917, Paoletti veut démissionner de la Commission Exécutive de l'Union pour maladie, mais aussi parce qu'« il doit prochainement se présenter devant le Conseil de révision des réformés » : « Étant surveillé par la police, il est sûr, dit-il, d'être versé dans le service armé s'il se livre à la moindre propagande. En prévision de cette éventualité, il a l'intention de simuler des crises d'épilepsie et de déclarer qu'il est atteint d'une hernie. Peu lui importe dit-il, d'être versé dans le service auxiliaire

, Leclair manifeste des craintes semblables : Bécirard tente de rassurer ses amis, Mais Leclair est

-. D. 4m260, , pp.16-1917

A. D. 4m268, Note du commissariat spécial de la préfecture, vol.6, 0200.

, En juillet 1918, une lettre, qui semble provenir d'un subordonné du secrétaire général pour la police, prévient que Royer, déjà envoyé de Lyon vers Toulon

, Mais une des particularités de la période est le fait que les socialistes unifiés sont tout autant dans le viseur des autorités que les syndicalistes. Carrié, ami personnel de Calzan et secrétaire-adjoint de la Fédération du Rhône, est caporal à l'hôpital municipal alsacien-lorrain

L. Dès-novembre-1915 and . Préfet-se-fixe-comme-objectif-d'obtenir-le-déplacement-de-calzan, alerté par les tracts pacifistes des deux professeurs, il fait dépêcher un inspecteur d'Académie auprès des deux militants pour « enquête ». En réalité, il s'agit surtout de prévenir les deux fonctionnaires du sort qui les attend s'ils persistent dans leur action. 331 Par la suite, le préfet n'a de cesse de signaler les actions des deux fonctionnaires à Malvy, le ministre de l'Intérieur, par exemple en décembre 1915. 332 Alors que le gouverneur militaire signale en juillet 1916 au préfet qu'il serait disposé à demander le déplacement de Calzan au gouvernement, 333 le préfet répond, vol.334

, En janvier 1917, le commissaire spécial de la préfecture rend un rapport intitulé ni plus ni moins qu'« agissements contre la Sûreté de l'État par trois membres de l

, Rhône », à propos des actions de Calzan, Cuminal et Lyotard depuis

, En mai 1917, le préfet se fait de plus en plus pressant auprès du ministre : 327-A.D.R. 1M150, Lettre envoyée de la sous-préfecture de Toulon au secrétaire général pour la police

A. D. 4m260, Minute de lettre du préfet du Rhône au gouverneur militaire de Lyon

A. D. 4m234,

A. D. 4m260, , 1917.

-. D. 4m243, Minute de lettre du secrétaire général pour la police au professeur Chorand, Lettre du commissaire de quartier de la Part-Dieu au secrétaire général pour la police, 10 février 1915, vol.17

, des écrits sont « glissés sous les portes de très bon matin par deux jeunes gens complètement inconnus dans la localité ; d'autres écrits du même genre ont été glissés le samedi en cachette, pendant le marché, dans les paniers de sorte qu'aucune indication sur les auteurs de cette distribution n'a pu être fournie ». 350 De même, vers juillet 1915, les tracts d'un Comité Féminin pour la Paix appellent à une manifestation sur la place des Terreaux le 1 er août, 351 et sont retrouvés dans plusieurs quartiers de Lyon, Les pacifistes adoptent des techniques pour éviter de se faire repérer lors des distributions : à Sain-Bel

, Comme avant-guerre, les pouvoirs renforcent la surveillance aux abords des casernes, par exemple à Perrache en janvier 1916. 354 En septembre 1916, le ministre de l'Intérieur renouvelle ses instructions : « J'appelle à nouveau votre attention sur la nécessité de surveiller de la façon la plus

, Union des Syndicats du Rhône ». Il est indispensable selon lui, de procéder, le cas échéant, à une perquisition au siège de l'Union. Le ministre de l'Intérieur ne partageant pas cet avis, il explique ne pouvoir arriver à un résultat concluant que s'il « possède toute liberté à cet effet ». 357 En mars, les autorités font finalement une perquisition au Nid Rouge, déjà évoquée plus tôt. 358 Mais la propagande continue : en mai, les papillons « La Paix sans annexions, sans conquêtes, sans indemnités » et « Assez d'hommes tués : la Paix », sont apposés dans les rues de Lyon. 359 Un distributeur, nommé Jacquemet, est arrêté et écope de trois mois de prison. 360 350-A.D.R. 4M243, Minute de lettre du secrétaire général pour la police au gouverneur militaire de Lyon, Le ministre insiste particulièrement sur la saisie des tracts dès que leur préparation est connue, avant distribution et expédition. 356 Le préfet répond alors qu'il a déjà signalé la distribution de tracts similaires à Lyon, émanant « de quelques anarchistes affiliés à l

A. D. 4m234, R. Du-service-de-la, and S. , Copie d'un télégramme-circulaire du ministère de l'Intérieur aux préfets de France et d'Algérie, 6 septembre 1916, vol.14, p.184

A. D. 4m243, Minute de note de service du secrétariat général pour la police, 23 mai 1917. 360-A.D.R. 4M268, Minute de lettre du secrétaire général pour la police au gouverneur militaire de Lyon, 1917.

, Les autorités nationales, confrontées à la révolution russe et aux mutineries du printemps 1917, se radicalisent

, rigoureusement l'impression et la distribution de tracts », de trouver « les imprimeries clandestines », de faire saisir toute brochure de propagande

. Bécirard, Union des Syndicats, pour tenter de trouver 400 numéros du journal Le

, Quelques jours plus tard, plusieurs exemplaires du Libertaire sont découverts par la gendarmerie locale, placardés dans les rues de cette ville : selon le lieutenant Foulon, l'édition spéciale porte en gras les mots « exigeons la paix ». Des articles intitulés « Notre paix » et « Femmes aidez-nous » contiendraient des outrages à l'adresse du président de la République, p.363

, En juillet 1917, le commissaire spécial pour la préfecture établit une liste des individus « antimilitaristes qui se livrent à la propagande pacifiste par distribution de tracts, journaux, On y retrouve Bécirard, les époux Chevenard, Berthet, Garin, Pechier, Poncet, etc. mots suivants : « Permissionnaires, vos femmes et vos enfants vous crient : ne repartez pas

, Rapport du lieutenant de gendarmerie commandant l'arrondissement de Vienne, 26 juillet 1917, vol.14, 1917.

-. D. 4m7, Rapport confidentiel du service de la Sûreté de Lyon sur l'organisation et la situation de la police lyonnaise en, 1914.

-. D. 4m268, Lettre du commissaire spécial de la gare de Perrache au secrétaire général pour la police, 7 octobre 1917. 368-A.D.R. 4M268, Note de service du secrétaire général pour la police, pp.12-1917

, Vial ou la tactique de la peur Les autorités, confrontées à ces échecs successifs, décident de faire un exemple, lorsqu'elles arrivent enfin à mettre la main sur des pacifistes

S. «-camarades, La seconde invite les soldats, si des troubles éclatent, à se ranger du côté du peuple : « Camarade soldat, écoute ta conscience ; ne tire pas sur tes père et mère, car, comme toi, ils réclament la paix. » La diffusion des manifestes est assez impressionnante : ils sont signalés à Charpennes, 378 à la Préfecture, 379 à Perrache dans les tramways, 380 dans la rue Henri IV, 381 à la Manufacture, 382 à Bellecour, 383 à l'Hôtel-de-Ville, 384 et même à Villeurbanne. 385 Le président du conseil général d'administration des hospices civils rapporte également que certains ont été glissés sous la porte de l'Hospice de la Charité. 386 Le commissaire spécial explique alors, 377 sont aussi signalées en janvier 1918. Elles sont reliées aux papillons par la mention « Exigeons La Paix », inscrite en en-tête

A. D. 4m243, «. Tract, ». Soldats, and N. Daté, Lettre du commissaire de quartier de Charpennes au secrétaire général pour la police, 19 janvier 1918. 379-A.D.R. 4M243, Rapport des gardiens de la paix du poste de la Préfecture, 1918.

A. D. 4m243, Lettre du commissaire de quartier de Bellecour au secrétaire général pour la police, vol.19

, se disant déserteurs qui, depuis 3 mois, ont assisté plusieurs fois aux réunions du "Nid Rouge" et du groupe "Ce Qu'il Faut Dire". Dans le courant d'octobre, ils ont proposé aux militants Bécirard, Chevenard, Poncet et autres, de se joindre à eux et de créer un Comité d'Action, « Les tracts révolutionnaires et pacifistes distribués au camp de Sathonay, sont l'oeuvre de trois individus

. Bécirard, . Leclair, and . Poncet, Ce Qu'il Faut Dire" se sont toujours refusé d'associer ces groupements aux manoeuvres et projets de ces individus, dont la sincérité leur avait paru douteuse pour des raisons diverses, notamment à cause d'un récit de désertion peu vraisemblable fait par l'un d'eux que l'on croit être le sieur Vial, vol.387

L. Seguin, . Prieur, M. Vallat, . Marguerite, . Brauer-louise et al., Job (Lucie) et Boisson à la disposition du gouverneur militaire, le 25 janvier 1918. 389 Seuls Vial, le chef de la bande, et un dénommé Grain, ont réussi à s'échapper. Le préfet constate la présence de déserteurs et de cambrioleurs dans les rangs des inculpés, et regrette que « l'affiliation du groupe lyonnais qui s'intitule "Comité d'Action Révolutionnaire d'ouvriers et de soldats, p.390

, Les membres de l'Union des Syndicats sont inquiets d'être associés aux inculpés. À une réunion

A. D. 4m243,

A. D. 4m243, , 0208.

, Ils ne sont finalement pas impliqués. Certains militants

, Elle rédige un texte à envoyer aux journaux, avec prière de l'insérer, le jour de l'ouverture du conseil de guerre, le 9 avril : « Aujourd'hui s'ouvrent devant le Conseil de Guerre les débats relatifs à une grave affaire intéressant la Défense Nationale, et dont la Presse n'a pu parler jusqu'à ce jour qu'en termes voilés de guerre. Globalement, les accusés se défaussent sur Vial qui n'est pas là pour se défendre

. Marion,

. Boisson, 5 ans de prison, 2 000 francs d'amende

. Mongenot, 2 ans de prison. Aucun sursis n'est accordé, p.394

. Le and . Intérieur, Lettre du commissaire chef de la Sûreté au secrétaire général pour la police, 15 mars 1918. 393-A.D.R. 4M243, Article rédigé par la préfecture pour envoi aux journaux, vers début avril 1918

, Jeanne Chevenard fait simplement circuler une pétition de la « Ligue féminine d'Action syndicale » contre la condamnation prononcée contre Marion, Job, Metais et Boisson. 396 « L'effet moral » du conseil de guerre sur les pacifistes semble assez lourd. En mars 1918, le commissaire spécial de la préfecture note que « les réunions hebdomadaires du "Nid Rouge" qui ont lieu le samedi soir ne donnent lieu à aucune remarque, les militants ayant, La répression semble avoir provoqué l'effet escompté : les protestations des pacifistes sont assez timides

, Les tracts signalés par la suite en 1918 sont des tracts provenant d'autres villes que Lyon, par exemple deux manifestes nommés « Citoyens

M. Vernet, Socialiste et du secrétariat de l'Union des Syndicats, ainsi que le domicile de Jeanne Chevenard : « Il a été trouvé, et saisi, aux trois adresses sus indiquées

, D'après les explications des intéressés, ces documents proviennent de l'inculpée Madeleine

. Vernet, , vol.400

, Aucune autre mention de tracts pacifistes d'origine lyonnaise n'est présente dans les sources

-. D. 4m243, Minute de lettre du préfet du Rhône au ministère de l'Intérieur et à la direction de la Sûreté Générale. 396-A.D.R. 4M243, Note du commissaire chef de la Sûreté au secrétaire général pour la police

A. D. 4m453, Télégramme du ministère de l'Intérieur aux préfets de France

, Grâce à l'état de siège, l'autorité militaire a le pouvoir d'interdire toute réunion publique : le régime d'autorisation des réunions a déjà été abordé au début du chapitre. 401 Mais avec l'apparition du pacifisme, les pouvoirs publics cherchent aussi à éloigner les militaires des assemblées syndicales

, Union des Syndicats, cherchent plusieurs fois à organiser sous l'apparence de réunions corporatives des réunions contre la guerre. Les autorités réagissent : dès mars 1916, l'Intérieur demande de surveiller Merrheim et Bourderon pour les mettre dans, Les réunions pacifistes sous couverture syndicaliste Les pacifistes

, Il précise : « [?] Je vous ai invité à vous concerter avec l'autorité militaire pour interdire toute réunion

-. D. 4m268 and C. De, Intérieur et de la direction de la Sûreté Générale aux préfets de France, 28 mars 1916. 403-A.D.R. 1M147, Rapport du commissariat spécial de la préfecture

, En juillet 1916, le préfet interdit une réunion de Calzan et Pechier avec Bourderon. 406 Raffinsans annonce dans la Presse, et par convocations individuelles, comme avec Merrheim en août 1916, 408 amène les pouvoirs publics à réagir. Le ministère fait de moins en moins confiance aux organisations ouvrières. En janvier 1917

, Les pouvoirs publics cherchent à isoler complètement les soldats du milieu syndical. À la fin de 1916, une première circulaire dans ce sens est envoyée par le ministre de la Guerre : « Mon attention vient d'être appelée par Monsieur le Ministre de l'Intérieur sur la présence de nombreux Officiers et soldats en tenue dans les réunions organisées par certaines associations qui, sous couleur de défense d'intérêts syndicalistes, Toutefois, l'évolution la plus marquante vient après la révolution russe et les mutineries du printemps 1917

, Minute de lettre du préfet du Rhône au ministère de l'Intérieur et à la direction de la Sûreté Générale, 25 juillet 1916. 407-A.D.R. 4M268, Télégramme du ministère de l'Intérieur aux préfets de France et d'Algérie, Dans les cas où vous seriez amené à penser que l'ordre du jour annoncé pourra être modifié et qu'une manifestation pacifiste sera vraisemblablement introduite, vous devez interdire l'entrée de cette réunion à tous les Officiers et hommes et m'en rendre compte aussitôt, vol.410, p.406, 1917.

A. D. 4m243, Copie conforme d'une circulaire du 25 décembre 1916 du ministère de la Guerre adressée aux généraux gouverneurs militaires de Paris et de Lyon, au général commandant la région du nord, et aux généraux « Il m'a été signalé que des officiers et des hommes de troupe prenaient part à des réunions politiques ou syndicalistes

, Quatre jours plus tard, il précise qu'une organisation qui contreviendrait à ces prescriptions se 18, vol.9, 1917.

, Circulaire du ministère de la Guerre adressée aux gouverneurs militaires de Paris et Lyon, au général commandant la région du Nord, aux généraux commandant les régions 3 à 18, 20 et 21, et au général commandant les troupes françaises de l'Afrique du Nord, 25 juin 1917. 415-A.D.R. 4M268, Circulaire du ministère de la Guerre et du ministère de l'Intérieur adressée aux gouverneurs militaires de Paris et Lyon, au général commandant la région du Nord, aux généraux commandant les régions 3 à 18, 20 et 21, 1917.

, Malgré les instructions, le 29 juillet 1917, cent militaires assistent à une réunion des socialistes la préfecture : « Il vous appartient de me mettre en mesure de satisfaire à ces nouvelles dispositions et de

P. S. , Je vous signale que parmi les militaires contrevenant aux ordres de M. le Général Gouverneur de Lyon, il peut s'en trouver qui, de très bonne foi

, La dernière modification apportée aux régimes des réunions a lieu en 1917 : le ministre de la

, Guerre exige que les demandes d'autorisation des réunions corporatives des agents des compagnies de chemins de fer lui soient transmises directement, p.419

, Pendant la guerre, au prix de ces dispositions contraignantes, les autorités auront ainsi pu maintenir une certaine liberté syndicale, sans pour autant pemettre de rapprochement entre pacifistes et soldats, Les organisations syndicales lyonnaises semblent avoir globalement respecté les dispositions relatives à la présence de militaires aux réunions, comme en attestent les nombreuses demandes d'autorisations et rapports conservés dans les dossiers 4M504, 4M505 et 4M506 des archives départementales

, Intérieur et à la direction de la Sûreté Générale, 30 juillet 1917. 418-A.D.R. 4M268, Minute de lettre du secrétaire général pour la police au commissaire spécial de la préfecture

A. D. 4m234 and L. Populaire, Titre manquant, pp.27-1918

É. Rhône and . En, Marc du Pouget, Philippe Paillard, et publié sous la direction de Philippe Rosset, conservateur général et directeur des Archives. Des ajustements ont été, 1995.

M. Série, Sous-série 1M : documents du cabinet du préfet du Rhône Correspondance du cabinet du Préfet et affaires réservées 1M143 (août-décembre, 1914.

. Suisse, Rapport du commissaire spécial de Lyon sur l'attitude de la SFIO du Rhône après l'assassinat de Jaurès

, Rapports du commissariat spécial : conférence d'Alphonse Merrheim pour l'Union des syndicats du Rhône, ordre du jour en faveur de la tendance pacifiste ; ordre du jour de l'Union départementale de la CGT en faveur de la tendance Merrheim

, Rumeur d'une tentative d'assassinat contre Poincaré à Lyon. Manifeste des instituteurs et institutrices CGT. Réunion des ouvriers métallurgistes, des blanchisseuses

, Comptes rendus des réunions du syndicat ouvrier de la métallurgie

, Photographie d'une lettre du député socialiste de l'Isère Raffin-Dugens à un officier, contenant des propos pacifistes. Réunion de la fédération SFIO du Rhône : discussion sur la participation socialiste au gouvernement et le vote des députés du Rhône, 1916.

, Réunion de l'union des syndicats ouvriers du Rhône, attitudes pacifistes de Merrheim et de Bécirard, Comptes rendus de réunions de la SFIO. Création d'un comité pour la reprise des relations internationales (SFIO et CGT)

, Comptes rendus de réunions ouvrières, grèves et revendications, 1917.

, Ce qu'il faut dire". Passage à Lyon d'une délégation soviétique. Protestation du consul général britannique contre un article anti-anglais paru dans le Progrès, Les

, Comptes rendus de réunions de la fédération socialiste unifiée (hommage à Francis de Pressensé), de divers syndicats, Rapports et coupures de presse relatives à l'affaire Malvy, liste des pièces à joindre à la déposition du préfet devant la Haute Cour, 1918.

, Voyage d'Émile Loubet à Lyon pour l'inauguration du monument Carnot (4 novembre). Passage à Lyon de P. Kruger, Fêtes et voyages officiels 1M178, 1900.

, Inauguration à Fontaines-sur-Saône d'une école et d'un quai, fête de gymnastique (26-27 mai). Fête nationale : manifestations révolutionnaires et nationalistes (14 juillet). Voyage ministériel à Saint-Etienne, séjour à Lyon (10 janvier 1902). Voyage à Lyon du ministre de l'Instruction publique

, Inauguration de la mairie d'Oullins, séjour à Lyon de, Revue du 14 juillet, pp.1-180

C. Pelletan and . Marine,

, Voyages à Lyon du ministre de l'Agriculture (10 juin 1905), à Givors du ministre des Travaux publics (9-10 juillet). Voyage à Lyon du président de la République Armand Fallières, pp.1905-1907, 1907.

, Passage de personnalités, télégrammes, pp.1908-1918, 1910.

, Voyage du président de la République R. Poincaré (22-24 mai 1914), Minutes de discours du préfet, pp.1911-1913

, États des journaux politiques du département, pp.1917-1918

. Réunions, Surveillance de la « Ligue antimilitariste, 1901.

, Demandes et autorisations de réunions pendant la guerre, 4M504, 1916.

, Demandes et autorisations de réunions pendant la guerre, pp.4-505, 1917.

, Demandes et autorisations de réunions pendant la guerre, pp.4-506, 1918.

4. Associations, Rapports sur diverses associations syndicales, pp.1894-1945, 1904.

, Rapports sur diverses associations politiques, pp.1891-1913

I. Bibliographie, -. De-la-première-guerre-mondiale, . Stéphane, L. G. Becker-annette, and . Guerre, , vol.2, pp.1914-1918, 2013.

-. , K. Gerd, and . Jay, 14-18 : la très grande guerre, vol.278, 1994.

-. and L. G. Guerre, , vol.127, 2013.

A. -becker-annette and . Stéphane, , vol.272, pp.14-18, 2000.

. -cazals-rémi and . Rousseau-frédéric, Le cri d'une génération, COCHET François, La Première guerre mondiale, vol.160, pp.14-18, 2001.

-. , La Première Guerre mondiale, trad. par Noëlle Keruzoré, vol.553, 2000.

. -loez-andré, L. G. Nicolas, and . Guerre, , vol.255, 2013.

-. Pierre, La Première guerre mondiale, vol.127, 1998.

-. Jay, La Crise européenne et la Première Guerre mondiale, vol.780, 1904.

. Ii--histoire, opinion publique française pendant la Première guerre mondiale -BECKER Jean-Jacques, 1914 : comment les Français sont entrés dans la guerre : contribution à l'étude de l'opinion publique, printemps-été 1914, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, vol.637, 1977.

-. , L. F. Dans-la-grande-guerre, P. , and R. Laffont, , vol.317, 1914.

. Le-naour-jean-yves, -1918 : l'intégrale, vol.1600, 1914.

-. Pierre, L. Grande, and . Au-jour-le-jour, , vol.469, 2014.

-. Guy, PERNOT François, 1914 : la fin d'un monde, vol.328, 1967.

-. Jay, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, Les anciens combattants et la société française, vol.261, 1914.

. Iii--histoire-de-l'anarchisme and . Marc, Antimilitarisme: idéologie et utopie, vol.141, 2003.

. -barzman-john, .. ). Jean-pierre-(dir, and J. Durand, Un crime social et judiciaire, vol.206, 2015.

-. Gilles, Histoire des gauches en France, vol.2, 2005.

-. Jacques and L. , Idée antimilitariste dans les milieux anarchistes et syndicalistes en France de 1919 à 1924, vol.448, 1971.

-. Vivien, Les Anarchistes contre la République. Contribution à l'histoire des réseaux, 1880.

. -brossat-alain, ;. Jean-yves, ;. Guillaume, L. Paris, . 'insomniaque et al., Union Générale d'Éditions, Antimilitarisme et révolution, Anthologie de l'antimilitarisme révolutionnaire, vol.447, 1909.

N. -faucier, Pacifisme et antimilitarisme dans l'entre-deux-guerres : 1919-1939, vol.206, 1983.

-. Gilles and G. Hervé, Itinéraire d'un provocateur, de l'antipatriotisme au pétainisme, pp.364-247, 1997.

-. Jean, Dictionnaire des parlementaires français ; notices biographiques sur les ministres, députés et sénateurs français de 1889 à 1940, Mouton, vol.8, p.p, 1960.

H. -maitron-jean, ;. Du-mouvement-anarchiste-en-france, and . Gaetano, Anarchisme et changement social : Insurrectionnalisme, syndicalisme, éducationnisme-réalisateur, Lyon, Atelier de création libertaire, vol.744, pp.1880-1914, 1951.

L. -rabaut-jean, ;. 'antimilitarisme-en-france, and . Michelle, Les Luttes et les rêves, une histoire populaire de la France, de 1685 à nos jours, vol.256, pp.1810-1975, 1975.

, IV -Histoire du refus de la guerre et du refus du service militaire -AUVRAY Michel, Objecteurs, insoumis, déserteurs: histoire des réfractaires en France, vol.438, 1983.

-. André, Fusillés pour l'exemple, vol.617, 1914.

D. -kalifa, les mutins de la République : la révolte du Midi viticole, vol.344, 1907.

. Meyer-spiegler-madeleine, Antimilitarisme et refus de service militaire dans la France contemporaine, Fondation nationale des sciences politiques, vol.864, pp.1945-1962, 1969.

. -pelletier-robert and . Serge, Le mouvement des soldats. Les comités de soldats et l'antimilitarisme révolutionnaire, vol.199, 1976.

-. Denis, La Grève des tranchées. Les mutineries de 1917, p.331, 2005.

V. Farid, Pacifistes : les combattants de la paix au XXe siècle, p.248, 0191.

-. Carl, L. Citoyen, C. Sylvie, . Rémy, and N. Offenstadt, le rêve d'une paix durable au lendemain de la Grande guerre, en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis, vol.270, p.p, 2006.

-. Jean and L. Pacifisme, Empêcher la guerre : le pacifisme du début du XIXe siècle à la veille de la Seconde guerre mondiale, vol.248, 1983.

. -fabre-rémi, GROSSI Verdiana, Le pacifisme européen, vol.445, pp.1889-1914, 1994.

-. Sophie, Des pacifistes français et allemands, pionniers de l'entente franco-allemande : 1871-1925, vol.297, 1999.

. -rémond-rené and . Le-pacifisme-en-france-au-xxe-siècle, Autres Temps, vol.1, pp.7-19, 1984.

Y. -santamaria and L. Pacifisme, , vol.350, 2005.

. -vaïsse-maurice, . Le, and . Insupportable, Vingtième Siècle, Revue d'histoire, vol.3, pp.27-40, 1914.

-. Michel, Le pacifisme à la française (1789-1991) », L'Histoire, vol.144, pp.34-45, 1991.

, IX -Histoire des pouvoirs publics et de la police -AUBERT Jacques et al. (dir.), L'État et sa police en France, vol.213, pp.1789-1914, 1979.

-. , Le carnet B; les pouvoirs publics et l'antimilitarisme avant la guerre de 1914, vol.226, 1973.

-. , L'institution policière sous la III e République, vol.3, pp.1875-1914, 1991.

-. , Le monde des polices en France, XIXe-XXe siècles, vol.275, 1996.

-. , Métiers de police, vol.560, 2008.

-. and «. Histoire-de-la-police, Quelques réflexions sur l'historiographie française », Criminocorpus, Les pouvoirs de police : attributs du pouvoir municipal ou de l'État ? », Criminocorpus

-. Lévy-rené and ;. Blanc-chaleard-marie-claude, Histoire des polices en France : de l'Ancien Régime à nos jours, Police et migrants. France 1667-1939, Presses universitaires de Rennes, vol.863, 2001.

-. Xavier, L. 'armée, . Église, and . La-république, Une histoire des gardiens de la paix, CHEVANDIER Christian, Policiers dans la ville, vol.1004, p.183, 2012.

-. and C. , Circulations policières 1750-1914

, Septentrion, vol.208, 2012.

-. Laurent and . Jean-noël, Nouvelles histoires de gendarmes et de policiers aux XIX e et XX e siècles. Regards sur l'historiographie récente des forces de l'ordre ». Histoire, économie et société, 4, pp.3-19, 2013.

-. , Histoire des gendarmes, de la maréchaussée à nos jours, vol.447, 2016.

-. Vincent, Histoire des polices : l'ouverture d'un moment historiographique », Revue d'histoire moderne et contemporaine, pp.162-177, 2007.

N. -napoli-paolo, L. Paris, and . Découverte, TARTAKOWSKY Danielle, « La grève des viticulteurs », Histoire par l'image, i=470 -VIGIER Philippe (dir.), Maintien de l'ordre et polices en France et en Europe au XIXe siècle, vol.307, 1987.

-. Vogel-marie-thérèse, Les polices des villes entre local et national : l'administration des polices urbaines sous la III e République, vol.3, 1993.

X. Claire, Mémoires libertaires, vol.428, 1919.

C. -borjon, La police de l'agglomération lyonnaise, pp.1800-1908

O. Faure, , vol.181, 1993.

A. -duriau, Alfred Vanderpol : son oeuvre et son activité en faveur du pacifisme catholique, Mémoire de maîtrise dirigé par Jacques Gadille, vol.3, 1970.

-. and A. , Mémoire de maîtrise dirigé par Olivier Faure, La police de sûreté lyonnaise, vol.309, 2004.

A. -gaillard-annick and . Dans-le-mouvement-ouvrier-lyonnais, Mémoire de maîtrise dirigé par Yves Lequin, vol.54, p.p

-. Pierre, Trente ans de police lyonnaise, vol.174, pp.1884-1914, 1998.

. -helbert-erwan, Surveiller la ville en temps de guerre : Lyon en 1917, Mémoire de maîtrise sous la direction de Christian Sorrel, vol.144, 2017.

-. Gaetano, Une approche quantitative : le cas des régions, pp.1892-1912

L. -marigot-michèle, ;. 'anarcho-syndicalisme-À-lyon, . Marcel, and . Laurent, Histoire du Mouvement anarchiste à Lyon, 1880-1894, suivi de Aspects de la vie quotidienne des anarchistes à Lyon à la fin du XIX e siècle, vol.144, pp.1880-1914, 2016.

-. , Origines et débuts du communisme à Lyon, vol.371, 1918.

. -prieur-florent and . Le-maintien-de-l'ordre-À-lyon, Mémoire de maîtrise dirigé par Olivier Faron, vol.316, pp.1800-1890, 2002.

. -prieur-florent, Dompter une ville en colère : Genèse, conception et mise en oeuvre de la police d'État de Lyon 1800-1870, Thèse de doctorat dirigée par Jean-Luc Pinol, vol.879, 2013.

-. Roland and L. , , p.251, 0192.

. -raffin-rené and . Xavier, , vol.194, pp.14-18, 2014.

A. -valion, Mémoire de maîtrise dirigé par Olivier Faure, Les gardiens de la paix et de la police d'état de Lyon, vol.3, 1908.

. -zurdo-fabienne, Tracts et menées pacifistes à Lyon pendant la Première Guerre mondiale, Mémoire de maîtrise dirigé par Benoit Bruno, Institut d'études politiques de Lyon, vol.117, 1994.

. .. Remerciements,

. .. Sommaire,

I. .. Chapitre, , vol.16, pp.1900-1904

.. .. I--une-police-conçue, 17 A) Une organisation policière antirévolutionnaire au service de l'État

, La préfecture de police de l'agglomération lyonnaise

.. .. Le,

.. .. Le,

.. .. B-)-une,

, Empêcher les anarchistes de circuler pour protéger les chefs d'État

». .. Le,

, C ) Un arsenal de mesures dirigées contre les révolutionnaires et les anarchistes

.. .. , 30 b) La surveillance des réunions privées, La surveillance des anarchistes, révolutionnaires, libertaires

.. .. De,

. .. Ii--les, .35 A) « Le goupillon plus que le sabre » chez les socialistes

L. and ». .. ,

L. ,

.. .. L'antimilitarisme,

.. .. B)-le-socialisme-blanquiste,

U. , 41 a) Les ambiguïtés du blanquisme lyonnais, proche des nationalistes et partisan de l'action « coup de poing

. De and . .. Au-déclin, 43 b) Le déclin et la dissolution du mouvement

C. and .. .. ,

L. and .. .. , 47 a) Une sensibilité à la question des bagnes militaires

U. and .. .. ,

L. .. , 50 b) 1903 : l'unification des anarchistes et révolutionnaires lyonnais autour de l'antimilitarisme

.. .. , .56 A) Le profil idéologique des pouvoirs publics lyonnais, III -Les difficultés d'adaptation des pouvoirs publics face à l'antimilitarisme

, 56 b) Des agents de terrain au passé majoritairement militaire

.. .. Le,

, B) L'inquiétude face à l'extension de la « secte, p.61

, 61 2) Éviter les manifestations publiques d'antimilitarisme

, 69 C) Le dilemme antimilitariste : improviser ou laisser faire ?

, Des mesures peu orthodoxes pour réduire les audiences

U. and ». .. ,

. .. Résumé-du-chapitre,

I. .. Chapitre, L'antimilitarisme anarcho-syndicaliste et la préservation de la caserne, vol.79, pp.1905-1914

.. .. I---;-l'émergence-d'un-antimilitarisme-socialiste-réformiste, 80 A) La recomposition de la gauche lyonnaise, 1905.

, Union des Syndicats du Rhône : la prise de pouvoirs des « révolutionnaires » dans le milieu syndicaliste lyonnais

.. .. Le,

, B) Des politiques publiques de surveillance entre continuité et rupture

L. and .. .. ,

.. .. L'intensification-de-la-répression-de-l'antimilitarisme,

, La modification du carnet B en 1909 : vers une surveillance politique de l'antimilitarisme97

, II -1910-1914 : la lutte d'influence entre l'anarcho-syndicalisme et le socialisme lyonnais

, 101 2) ? puis une affaire d'anarcho-syndicalistes

, La libération de Rousset, un enjeu de légitimité entre anarcho-syndicalistes et socialistes105

, La grève générale contre la guerre et la contestation de la « loi des 3 ans » : le triomphe des anarcho-syndicalistes

, La grève générale de 24 heures de décembre 1912

, La contestation de la « loi des 3 ans » ou l'apogée de l'anarcho-syndicalisme lyonnais, p.111

L. and .. .. , 115 1) La part de l'anarchisme dans l'anarcho-syndicalisme

, Une action antimilitariste de plus en plus révolutionnaire

, L'orientation progressive du socialisme lyonnais vers le pacifisme

. .. Mobiliser, .122 A) Séparer le bon grain de l'ivraie, III -La nouvelle approche des pouvoirs publics : diviser pour mieux

. .. Favoriser, 123 b) Diminuer les succès des révolutionnaires : la libération de Rousset

, 126 a) La surveillance des réunions publiques et des propos subversifs

». .. B)-préserver-la-«-caserne,

.. .. L'importance-croissante-de-l'armée-dans-le-maintien-de-l'ordre-À-lyon,

L. .. , 132 a) Éviter les contacts avec les antimilitaristes

. .. Réprimer-les-mutins,

C. La-mobilisation and .. .. ,

, 138 b) Des inscriptions réservées aux « leaders » antimilitaristes, Les modifications du carnet B : décapiter le mouvement antimilitariste en cas de guerre

. Le-projet-de-garde-civile, une police semi-militaire en temps de guerre

. .. Résumé-du-chapitre,

I. .. Chapitre, 147 I -Août 1914 : l'état de siège et la suspension des libertés, vol.147, pp.1914-1918

.. .. A)-l'échec-de-la-contestation-de-la-mobilisation,

, Le ralliement rapide des socialistes lyonnais à l'Union sacrée

L. and .. .. ,

. .. Sacrée, 150 b) Un carnet B mis de côté

.. .. B)-une-ville-militarisée,

, Un transfert du maintien de l'ordre à l'armée ?

, La militarisation du personnel de police

L. and .. .. ,

, C) Les conséquences de l'état de siège sur l'action antimilitariste et pacifiste

.. .. Une-liberté-de-réunion-fortement-limitée,

L. and .. .. ,

, Les modifications apportées à la liberté de circuler

.. .. Ii--le-mouvement-pacifiste-À-lyon-pendant-la-première-guerre-mondiale, 163 A) Le pacifisme de l'Union

C. G. La-lutte-de-l'union-contre-les-«-jusqu'au-boutistes-»-de-la, 165 b) Une action minoritaire limitée par les pouvoirs publics

. .. Le, 169 d) La fin de la guerre et l'échec final des syndicalistes pacifistes lyonnais

.. .. B)-le,

, La remise en question de l'Union sacrée

». .. Le,

, Un tournant révolutionnaire après la révolution russe ?

.. .. Une-victoire-finale-en-demi-teinte,

, Le rapprochement des pacifistes anarcho-syndicalistes et socialistes lyonnais

«. Le and . Comité,

, Les anarchistes du Nid Rouge et de Ce Qu'il Faut Dire

. .. Iii--l'action, 188 1) 1915-1916 : le pacifisme « boiteux »

«. La and ». .. ,

«. Une and ?. .. , 190 2) 1917-1918 : le pacifisme, une importation russe et allemande

.. .. B)-empêcher-les-pacifistes-d'échanger,

.. .. Le,

L. .. , 196 b) Des mouchards à l'Union des Syndicats ?

, La mobilisation et le service auxiliaire

L. and .. .. ,

L. .. , 204 b) L'affaire Vial ou la tactique de la peur

, 211 a) Les réunions pacifistes sous couverture syndicaliste

. .. Résumé-du-chapitre,

. .. Conclusion,

. .. Annexes,

. .. Sources,

. .. Bibliographie,