Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Mode de vie actif : freins et motivations en population générale et pistes d'amélioration pour le médecin traitant

Résumé : Introduction : les effets bénéfiques de l’activité physique (AP) tant sur la santé physique que mentale d’un individu ne sont plus à prouver, tout comme les effets délétères de l’inactivité physique et de la sédentarité. Pourtant un tiers des français ont une activité physique insuffisante au regard des recommandations. L’objectif principal de l’étude était d’identifier les freins et les motivations de la population générale, à la pratique de l’activité physique. L’objectif secondaire était de comprendre, à travers les attentes du patient, quel serait le rôle du médecin généraliste dans la promotion de l’activité physique. Matériel et méthode : étude qualitative réalisée à partir de 14 entretiens semi dirigés, auprès de sujets issus de la population générale, à Marseille et dans ses environs, de mai à décembre 2019. Ces entretiens exploraient la représentation et le ressenti de l’activité physique, les freins et les motivations à la pratique d’une activité physique et les attentes des patients envers leur médecin sur ce sujet. Ils ont fait l’objet d’une analyse de contenu inductive. La triangulation de l’analyse a été permanente. Résultats : la façon, dont les individus s’imaginent l’activité physique, à la fois sa définition et ses effets, correspond à leurs représentations. Une représentation erronée de la définition de l’AP peut entrainer une mauvaise perception du niveau d’AP par l’individu contribuant à une pratique insuffisante. Les représentations des effets de l’AP sont influencées au cours de la vie : l’AP vécue comme un plaisir dans l’enfance influençait positivement la pratique d’une activité physique à l’âge adulte et la conscience relative aux bienfaits sur la santé augmentait avec l’âge. Ces représentations de l’AP peuvent donner du sens à la pratique, qui devient une façon d’améliorer la confiance en soi, le bien-être, d’augmenter le sentiment d’appartenance à un groupe et d’accéder ou développer certains besoins comme la passion et le mouvement. L’environnement de l’individu à la fois physique et social influence la pratique de l’individu. La pratique d’une activité physique pouvait être vécue comme une injonction sociale. La troisième influence serait le système de soin : à la fois par la prévention de masse (politiques de santé) et par la prévention ciblée du médecin traitant. Cependant le rôle de prévention de ce dernier n’était pas une évidence pour tous les patients. Conclusion : l’éducation de la population générale à l’activité physique est déterminante pour promouvoir un mode de vie actif. Il existe un certain nombre de freins et de leviers à la pratique de l’activité physique sur lequel le médecin peut agir. Il s’agit d’aider et d’accompagner le patient notamment via l’entretien motivationnel à changer son regard sur l’activité physique, et à désacraliser le « sport-compétition » pour une approche plus libre et personnalisée de « sport bien-être ».
Complete list of metadatas

Cited literature [93 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02922345
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Wednesday, August 26, 2020 - 10:04:15 AM
Last modification on : Thursday, August 27, 2020 - 3:22:23 AM

File

Manuscrit thèse pdf LADAIQUE....
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02922345, version 1

Collections

Citation

Manon Ladaique, Kinga-Charlotte Battut. Mode de vie actif : freins et motivations en population générale et pistes d'amélioration pour le médecin traitant. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-02922345⟩

Share

Metrics

Record views

27

Files downloads

10