Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Les personnes placées sous main de justice, suivies en injonction de soins, présentent-elles un trouble psychiatrique ? Étude quantitative et qualitative des mesures d’injonction de soins prononcées en avril 2017 en Languedoc-Roussillon

Résumé : Contexte : l’injonction de soins a été créée par la loi du 17 juin 1998, relative à la prévention de la récidive sexuelle et à la protection des mineurs. Cependant, presque vingt ans après, ce dispositif n’a quasiment jamais été évalué. Un rapport d’évaluation du ministère de la Justice réalisé en 2011 insistait sur la nécessité d’obtenir davantage de données chiffrées via des études. Objectif : notre premier objectif est de réaliser un état des lieux descriptif quantitatif du dispositif d’injonction de soins sur le plan national et en région Languedoc-Roussillon. Notre second objectif est d’évaluer si les personnes placées sous main de justice suivies en injonction en soins présentent un trouble psychiatrique selon les critères du DSM-5 lors de l’expertise psychiatrique. Méthodologie : pour ce faire, nous avons créé une étude avec un volet quantitatif via l’étude ELIS (Etat des lieux de l’injonction de soins) collectant des données recueillies dans les dossiers d’injonctions de soins en cours en avril 2017, mis à disposition dans les SPIP. Nous avons également réalisé un volet qualitatif avec la création de deux questionnaires : un à destination des magistrats et l’autre à destination des experts psychiatres afin qu’ils nous apportent leur éclairage dans ce domaine. Résultats : le volet quantitatif de notre étude montre que parmi les personnes suivies en injonction de soins en Languedoc-Roussillon, selon l’expertise psychiatrique : 53%, soit la majorité, ne présentent pas de trouble psychiatrique selon les critères du DSM-5, 28% présentent un trouble psychiatrique de l’axe 1 et 19% présentent un trouble de la personnalité. Sur le plan qualitatif, il ressort que les experts psychiatres et les magistrats s’accordent sur le fait que la présence d’un trouble psychiatrique selon le DSM-5 n’est pas nécessaire pour qu’une PPSMJ soit suivie en injonction de soins. Discussion/conclusion : il semble que la majorité des personnes placées sous main de justice ne souffre pas de pathologie psychiatrique. Ceci interroge sur un potentiel glissement du rôle du psychiatre vers celui d’un auxiliaire de justice.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02967181
Contributor : Scd Université de Montpellier <>
Submitted on : Wednesday, October 14, 2020 - 5:16:43 PM
Last modification on : Monday, February 15, 2021 - 3:22:24 AM

File

ThEx_Montpellier_UM_Med_2018_F...
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02967181, version 1

Citation

Mathilde Ferra. Les personnes placées sous main de justice, suivies en injonction de soins, présentent-elles un trouble psychiatrique ? Étude quantitative et qualitative des mesures d’injonction de soins prononcées en avril 2017 en Languedoc-Roussillon. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨dumas-02967181⟩

Share

Metrics

Record views

8

Files downloads

3