Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Compatibilité psychiatrique avec la garde à vue : regard croisé des psychiatres et des médecins légistes

Résumé : Contexte : tout psychiatre peut être amené au cours de son exercice à intervenir auprès d’une personne gardée à vue. Les données épidémiologiques mettent en évidence un taux élevé de troubles psychiatriques chez les personnes gardées à vue. Cependant, peu de publications se rapportent à l’intervention du psychiatre au cours de la GAV et à la compatibilité psychique. Objectif : l’objectif principal est de décrire la perception des médecins de la compatibilité psychiatrique avec la GAV à travers leurs définitions de cette compatibilité et les éléments qui la déterminent. L'objectif secondaire est de rapporter les difficultés rencontrées par les médecins lors de la pratique de l’examen psychiatrique d’une personne gardée à vue. Méthode : nous avons réalisé une enquête auprès des médecins légistes et des psychiatres intervenant dans l’examen des personnes gardées à vue à Marseille, à l’aide d’un questionnaire semi directif. Résultats : les médecins considèrent trois ensembles de critères pour se prononcer sur la compatibilité de l’état psychique avec la GAV : « le soin », « le trouble ou la pathologie » et « le contexte spécifique de la GAV ». L’absence de trouble est le critère majoritaire pour les psychiatres (81.4%) et les médecins légistes (88.2%). Le contexte de la GAV n’est pris en compte que par 35.3% des médecins légistes et 41.9% des psychiatres. L’analyse statistique montre une différence significative concernant 3 déterminants de la compatibilité psychique: le risque suicidaire (93.0% des psychiatres Vs70.6% des médecins légistes) ; la symptomatologie délirante (58.1% des psychiatres Vs88.2% des médecins légistes); et le diagnostic psychiatrique (23.5% des médecins légistes Vs 4.7% des psychiatres).81.4% des psychiatres interrogés ont un vécu négatif par rapport à leur intervention en GAV. Des difficultés ont été rapportés par 64.7% des médecins légistes et 67.4% des psychiatres. Conclusion : l’évaluation psychiatrique d’une personne gardée à vue, représente une première étape de l’articulation psychiatrie-justice. Or elle met en difficulté la majorité des psychiatres. Une réflexion institutionnelle au sujet de cette pratique et de la formation médicolégale des psychiatres nous parait nécessaire.
Complete list of metadata

Cited literature [124 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02968804
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Friday, October 16, 2020 - 10:03:46 AM
Last modification on : Tuesday, October 20, 2020 - 3:28:06 AM

File

HOUCINAT Thèse d'excercice ps...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02968804, version 1

Collections

Citation

Mouna Houcinat. Compatibilité psychiatrique avec la garde à vue : regard croisé des psychiatres et des médecins légistes. Sciences du Vivant [q-bio]. 2017. ⟨dumas-02968804⟩

Share

Metrics

Record views

95

Files downloads

34