Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Faisabilité d’un dépistage systématique des violences conjugales au sein d’un service d’accueil des urgences adultes. Identification des limites et des attentes à la réalisation d’un dépistage systématique des violences conjugales au sein d’un service d’accueil des urgences adultes

Résumé : Résumé : article I : faisabilité d’un dépistage systématique des violences conjugales au service d’accueil des urgences.
Introduction : les violences conjugales représentent un problème majeur de santé publique. La société a pris conscience de cette problématique et des engagements ont été pris afin de lutte contre ces violences. Si les outils de dépistage sont nombreux, il est recommandé d’utiliser la question orale et directe. Celle-ci est bien acceptée par les patients mais elle est rarement utilisée par les médecins généralistes. Les services d’accueil des urgences peuvent avoir un rôle majeur dans le dépistage et la prise en charge des victimes de violences conjugales.
Objectif : cette étude propose de vérifier la faisabilité par les médecins urgentistes de réaliser un dépistage systématique de la violence conjugale auprès de tous les patients consultant au service d’accueil des urgences du CHU de NICE.
Méthode : étude descriptive, transversale, observationnelle, monocentrique réalisée au sein du service d’accueil des urgences adultes du CHU de Nice du 30 mai 2019 au 27 juin 2019. Le dépistage était réalisé par l’ensemble des médecins auprès de tous les patients par l’intermédiaire d’une question directe : « avez-vous été victime de violence dans votre enfance, dans votre vie professionnelle ou personnelle ? »
Résultats : En un mois, la question a été posée à 37 personnes sur 6022 entrées. Les patients déclarant ne pas être victime de violence étaient en nombre de 31 et 6 disaient en être victimes. Parmi ceux-ci, deux étaient victimes de violences conjugales, trois de violences dans le cadre professionnel et une victime durant l’enfance. Les victimes de violence conjugale étaient uniquement des femmes alors que les autres types de violence concernaient les deux sexes. Pour les violences conjugales, les motifs de consultations étaient un abcès inguinal et un éthylisme aigu, et dans ces deux situations les patients avaient déjà consulté pour les mêmes motifs. Pour les violences dans un contexte professionnel, les motifs étaient diversifiés (douleur thoracique, sciatique hyperalgique, accident de la voie publique) et deux des patients avaient déjà consulté pour une raison similaire. Le motif de consultation du patient victime de violence dans l’enfance était un éthylisme aigu et c’était sa première venue au service d’accueil des urgences. Le taux de dépistage a été faible (0.6% des patients ont été interrogé), montrant une adhésion limitée de la part des médecins. Une étude complémentaire sera réalisée afin d’étudier les freins à la réalisation de ce dépistage.
Conclusion : la question systématique est un outil simple et efficace dans le dépistage des violences conjugales. La lutte contre ces violences est un enjeu de santé publique et les services d’accueil des urgences doivent jouer un rôle majeur dans la réalisation de ce dépistage. La formation des personnels s’avère indispensable afin de renforcer l’implication des professionnels de santé dans la pratique d’un dépistage systématique.
Résumé : partie II : identification des limites et des attentes à la réalisation d’un dépistage des violences conjugales au service d’accueil des urgences.
Introduction : les violences conjugales représentent un problème majeur de santé publique. Le dépistage systématique est un outil efficace que les professionnels de santé n’ont pas intégré dans le cadre de leur pratique professionnelle. En effet, un travail préliminaire a montré une faible participation des médecins urgentistes dans la réalisation de ce dépistage, alors que les services des urgences devraient avoir un rôle majeur dans le dépistage et la prise en charge des victimes de violence conjugale.
Objectif : cette étude propose d’identifier et d’évaluer les freins à la réalisation d’un dépistage par question orale et directe par les médecins urgentistes. Secondairement, l’objectif est d’étudier les attentes des praticiens vis-à-vis de cette problématique.
Méthode : étude monocentrique, prospective portant sur l’ensemble des médecins exerçant au sein du service d’accueil des urgences adultes du CHU de Nice. Cette étude a été réalisée du 1er au 31 juillet 2019 au travers d’un questionnaire standardisé adressé à tous les médecins.
Résultats : au total, 62 praticiens (16 internes, 16 assistants ou chef de clinique, 30 praticiens hospitaliers ou contractuels) ont répondu aux questionnaires sur un total de 76 praticiens (16 internes, 19 assistants ou chef de clinique, 41 praticiens hospitaliers ou contractuels) exerçant aux urgences adultes du CHU de Nice. La majorité des participants (71%) indiquaient n’avoir pas eu de formation particulière sur les formations conjugales. Parmi ceux ayant bénéficié d’une formation, 44% l’ont eu il y a moins de six mois. Les motifs principaux de la non-réalisation du dépistage étaient en lien avec le fait de ne pas y penser (84%), de manquer de temps (60%) ou de formation (31%). Les praticiens évoquaient des difficultés du fait d’une question « tabou » ou trop intrusive. De plus, ils se sentaient limités dans les conduites à tenir à proposer par rapport aux victimes dépistées. Les professionnels étaient en attente de formation, de recommandations claires avec un souhait d’un professionnel dédié afin d’adresser le patient.
Conclusion : la lutte contre les violences conjugale est un enjeu de santé publique. De plus, une réelle prise de conscience a lieu de la part de l’opinion publique et des instances officielles. Le médecin urgentiste est un élément indispensable dans la prévention, le dépistage et la prise en charge de ces violences. Si le dépistage n’est pas encore intégré dans notre culture du soin, la formation initiale et continue des praticiens permettront de lever les inquiétudes, les doutes et les aprioris vis-à-vis de ce dépistage et donc jouer un rôle majeur dans la lutte contre les violences conjugales.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02969299
Contributor : Bibliothèque Universitaire de Médecine Nice <>
Submitted on : Friday, October 16, 2020 - 3:07:26 PM
Last modification on : Wednesday, March 31, 2021 - 3:14:24 AM

File

2020NICEM019.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02969299, version 1

Citation

Damien Cagnard. Faisabilité d’un dépistage systématique des violences conjugales au sein d’un service d’accueil des urgences adultes. Identification des limites et des attentes à la réalisation d’un dépistage systématique des violences conjugales au sein d’un service d’accueil des urgences adultes. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-02969299⟩

Share

Metrics

Record views

72

Files downloads

49