Comment aborder la santé des adolescents de 11 à 16 ans dans un auto-questionnaire en vue d’une consultation chez le médecin généraliste ? - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

How to approach the health of adolescents from 11 to 16 years old in a self-administered questionnaire for a consultation with the general practitioner?

Comment aborder la santé des adolescents de 11 à 16 ans dans un auto-questionnaire en vue d’une consultation chez le médecin généraliste ?

Abstract

Introduction: monitoring adolescents is complex in general medicine (GP). This work aimed to define which themes should be addressed in a self-administered questionnaire to explore the health of adolescents aged 11 to 16. Method: a qualitative study was carried out by focus group and by semi-structured individual interviews with 73 adolescents. Subjects were volunteers with written parental consent. The transcription of the verbatim was performed after anonymization of the data and then double coded using RQDA software and analyzed by grounded theory. This study is part of the Qjeunes project aimed at creating a self-administered questionnaire that meets the expectations of adolescents, parents and doctors. Results: the results show that most adolescents say they consider it useful to approach their health through different themes in GP consultation (stress, sleep, addictions, school and family violence, sexuality and self-image). Some themes are easier to talk about than others, depending on age and gender. The age of adolescents is to be taken into account for certain themes such as sexuality, gender identity or cyberstalking. Some say that the GP is not a privileged interlocutor, and say they prefer to speak to specialists. The presence of parents is a barrier to discussing these different themes, according to most adolescents. Respect for medical confidentiality is considered important. Most teens say that the self-administered questionnaire is a good tool to address these themes because writing helps them engage better. Most say they want to review their answers the same day in consultation. For adolescents, the subject should be introduced gradually into the self-administered questionnaire and then explored in depth face to face. Direct questions should be avoided. Finally, most would like more school intervention concerning bullying and sexual health, making it easier, with the self-questionnaire, to approach these themes in consultation. Conclusion: the self-administered questionnaire would be a useful and accepted tool for adolescents. It would gradually tackle sensitive themes which could then be explored in greater depth during the consultation depending on the responses. These first results will allow the development of a self-questionnaire which will be validated in future work.
Introduction : le suivi de l’adolescent est complexe en médecine générale (MG). Ce travail visait à définir quels thèmes devraient être abordés dans un auto-questionnaire pour explorer la santé des adolescents de 11 à 16 ans. Méthode : une étude qualitative a été réalisée par focus group et par entretiens individuels semi-dirigés auprès de 73 adolescents. Les sujets étaient volontaires avec accord parental écrit. La retranscription du verbatim a été réalisée après anonymisation des données puis double codée à l’aide du logiciel RQDA et analysée par théorie ancrée. Cette étude s’inscrit dans le projet Qjeunes visant à créer un auto-questionnaire répondant aux attentes des adolescents, des parents et des médecins. Résultats : les résultats montrent que la plupart des adolescents disent jugés utile d’aborder leur santé via différents thèmes en consultation de MG (stress, sommeil, addictions, violences scolaires et familiales, sexualité et image de soi). Certains thèmes sont plus faciles à aborder que d’autres, en fonction de l’âge et du genre. L’âge des adolescents est à prendre en compte pour certains thèmes comme la sexualité, l’identité du genre ou le cyberharcèlement. Certains disent que le MG n’est pas un interlocuteur privilégié, et disent préférer s’adresser à des spécialistes. La présence des parents est un frein pour aborder ces différents thèmes, d’après la plupart des adolescents. Le respect du secret médical est jugé important. La plupart des adolescents disent que l’auto-questionnaire est un bon outil pour aborder ces thèmes car l’écrit permet de mieux se livrer. La plupart disent vouloir revenir sur leurs réponses le jour -même en consultation. Pour les adolescents, le thème doit être amené progressivement dans l’auto-questionnaire puis approfondi en face à face. Les questions directes sont à éviter. Enfin la plupart souhaite plus d’intervention scolaire concernant le harcèlement et la santé sexuelle, facilitant, avec l’auto-questionnaire, l’abord de ces thèmes en consultation. Conclusion : l’auto-questionnaire serait un outil utile et accepté par les adolescents. Il permettrait d’aborder progressivement des thèmes délicats qui pourraient ensuite être approfondis lors de la consultation en fonction des réponses. Ces premiers résultats permettront l’élaboration d’un auto-questionnaire qui sera validé dans un travail futur.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_generale_2020_Aubessard_Dominguez_Corlouer.pdf (2.53 Mo) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03006368 , version 1 (15-11-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03006368 , version 1

Cite

Mathilde Aubessard, Marie Corlouer, Atalante Dominguez. Comment aborder la santé des adolescents de 11 à 16 ans dans un auto-questionnaire en vue d’une consultation chez le médecin généraliste ?. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03006368⟩
437 View
551 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More