Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Iatrogénie médicamenteuse : impact neurologique chez le sujet agé de plus de 65 ans. A Propos d’une enquête observationnelle réalisée au SSR Roger Duquesne

Résumé : Le vieillissement de la population entraîne de plus en plus de poly médications. La iatrogénie en population gériatrique est d’autant plus fréquente et grave qu’il existe des variations physiopathologiques, telles que l’insuffisance rénale ou une dénutrition. La fragilité cognitive issue des démences ou des séquelles d’AVC aggrave cette susceptibilité iatrogène en augmentant la perméabilité de la barrière hémato encéphalique et en diminuant les récepteurs cholinergiques. Nous avons réalisé une étude observationnelle au SSR Roger Duquesne à Aix en Provence afin d’objectiver un ressenti de fréquence d’évènements iatrogènes dans la pratique courante. Notre hypothèse est que la iatrogénie médicamenteuse est sous-estimée. Le but principal de notre étude est d’étudier la prévalence des patients de plus de 65 ans qui présentent un évènement iatrogène neurologique, puis d’étudier son impact en termes de gravité et d’imputabilité. Nous postulons que l’approche diagnostique et étiologique des effets indésirables neurologiques médicamenteux peut aboutir à travers la méthodologie de pharmaco vigilance (méthode de référence Bégaud). Dans notre étude, plus d’un tiers des patients âgés ont présenté un évènement indésirable. En effet, sur 63 patients, un évènement iatrogène neurologique est survenu chez 23 patients, ils étaient tous graves. La prévalence de la iatrogénie neurologique est donc de 36,5% dans notre étude. La majorité des patients ont présenté un épisode confusionnel. Parmi les 35 molécules incriminées, 60% appartiennent à la classe des psychotropes (majorité d’antiépileptiques et d’antiparkinsoniens). Concernant l’imputabilité, deux tiers des effets iatrogènes neurologiques retrouvés sont largement décrits dans la littérature scientifique. Parmi eux, nous avons retrouvé 43% d’imputabilité probable. Chez les patients ayant présentés un évènement indésirable neurologique, on constate qu’ils ont au moins 7 traitements dans leur ordonnance dont l’immense majorité passent la BHE. La grande majorité des patients de l’étude (65%) sont dénutris et plus de la moitié présentent une dénutrition sévère. Nous avons l’habitude d’adapter nos prescriptions selon la fonction rénale des patients, ou selon la fonction hépatique, mais nous n’avons pas de recommandations pour une éventuelle adaptation en fonction d’une baisse de la concentration en albumine et il n’existe à ce jour aucune étude bibliographique à ce sujet. Les symptômes iatrogènes neurologiques sont le plus souvent d’installation insidieuse et beaucoup de facteurs confondants sont présents, cela aboutit à la répétition de différents examens complémentaires et malheureusement trop souvent à une erreur de diagnostic. Cette erreur entraînera l’introduction d’un nouveau traitement, potentiellement pourvoyeur d’un autre évènement indésirable par la suite. On parle de « cercle vicieux iatrogène ». On note que les psychotropes sont bien trop prescrits dans la population gériatrique. Dans notre étude, 79% des patients ont au moins un psychotrope. Les encéphalopathies représentent une part importante de la iatrogénie neurologique médicamenteuse. La présentation clinique est variable et peut aller de simples troubles du comportement, confusion jusqu’au coma. Elle provient d’une accumulation d’une substance exogène (ici le médicament). Certaines classes médicamenteuses ont retenu notre attention, on peut citer les antiépileptiques, les antiparkinsoniens, les antibiotiques et les IPP, ceux-ci ont fait l’objet de cas typiques décrits en annexe. En conclusion, les traitements au long cours peuvent être longtemps tolérés chez un patient vieillissant avant d’entraîner un effet indésirable neurologique. La révision des ordonnances est indispensable lors de la prise en charge des patients en phase aiguë mais aussi lors de leur suivi. Il faut sensibiliser au « réflexe iatrogène » les différents prescripteurs. De plus, les prescripteurs n’ont pas le « réflexe de pharmacovigilance » car bien souvent les arrêts des traitements et leurs conséquences bénéfiques ne sont pas écrites. La rédaction de fiche d’évènements indésirables est pourtant obligatoire et indispensable pour une meilleure gestion de la iatrogénie médicamenteuse. Nous avons appris à prescrire des médicaments pour soigner des maladies et des symptômes, mais en gériatrie nous avons surtout appris à dé prescrire pour limiter les effets indésirables, notamment en retirant des traitements qui font partie de l’ordonnance du patient depuis plusieurs années.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03050890
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Thursday, December 10, 2020 - 10:33:11 AM
Last modification on : Tuesday, December 15, 2020 - 3:31:31 AM

File

The`se Astrion Marine.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03050890, version 1

Collections

Citation

Marine Astrion. Iatrogénie médicamenteuse : impact neurologique chez le sujet agé de plus de 65 ans. A Propos d’une enquête observationnelle réalisée au SSR Roger Duquesne. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03050890⟩

Share

Metrics

Record views

20

Files downloads

8