Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

De l'embryologie méningée à la formation des méningiomes : étude d’une cohorte de 120 méningiomes et évaluation de l’apport des marqueurs immunohistochimiques Prostaglandine D2 synthase, Aquaporine 1 et Claudine 11

Résumé : Les méningiomes sont les tumeurs primitives les plus fréquentes du système nerveux central chez l’adulte. Bien que les évènements génétiques à l’origine de leur formation commencent à être bien caractérisés, la temporalité de leur apparition reste inconnue. Des hypothèses récentes suggèrent la possibilité d’une dérégulation dès la période prénatale. Il apparaît donc fondamental d’étudier plus précisément les liens entre l’embryologie des méninges et la tumorigénèse méningée. Méthodes : nous avons étudié une série rétrospective de 120 méningiomes de grades I (méningothéliaux, fibroblastiques et transitionnels) et II de l’OMS. Leurs caractéristiques phénotypiques (démographiques, radiologiques, anatomo-pathologiques et pronostiques) ont été revues et corrélées à leur origine embryologique. L’expression de trois marqueurs immunohistochimiques de la méninge embryonnaire (Prostaglandine D2 Synthase (PGDS), Aquaporine 1 (AQP-1) et Claudine 11 (Cl-11)) a été caractérisée sur la cohorte de méningiomes, afin de déterminer la fréquence d’expression et le lien éventuel avec des caractéristiques phénotypiques. Résultats : les méningiomes ont été classés en fonction de leur origine embryologique, à partir de leur topographie selon les données validées de la littérature. Le tissu embryologique d’origine (cellules des crêtes neurales ou cellules du mésoderme) détermine à la fois le sous-type histologique et la topographie des méningiomes. L’origine mésodermique était corrélée à la topographie base du crâne (OR=46.1 [13.5 ; 212], p<0.001) et au sous-type histologique méningothélial (OR=7.05 [2.4 ; 24.2], p<0.001). L’origine crête neurale était associée à la topographie convexité et aux méningiomes fibroblastiques (OR=5.47 [1.44 ; 35.8], p=0.02). Les marqueurs PGDS, AQP-1 et Cl-11 ont été mis au point et étudiés sur la série de méningiomes. Une positivité avec PGDS, AQP-1 et Cl-11 était retrouvée dans 75%, 44% et 18% des cas respectivement. PGDS était significativement associée à la topographie base du crâne (p=0.035) indépendamment du sous-type histologique. Cl-11 était significativement associée aux méningiomes de grade II et à la survenue d’une récidive (p=0.043). Conclusion : la confirmation de l’expression de marqueurs de la méninge embryonnaire au sein des méningiomes ouvre de nouvelles perspectives sur la compréhension de ces tumeurs et sur le développement de modèles précliniques in vivo, nécessaires pour le développement de traitements médicaux dans cette pathologie.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03095974
Contributor : Scd Université de Montpellier <>
Submitted on : Monday, January 4, 2021 - 6:22:18 PM
Last modification on : Saturday, July 3, 2021 - 3:16:30 AM

File

 Restricted access
To satisfy the distribution rights of the publisher, the document is embargoed until : 2031-01-04

Please log in to resquest access to the document

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03095974, version 1

Collections

Citation

Élise Damman. De l'embryologie méningée à la formation des méningiomes : étude d’une cohorte de 120 méningiomes et évaluation de l’apport des marqueurs immunohistochimiques Prostaglandine D2 synthase, Aquaporine 1 et Claudine 11. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03095974⟩

Share

Metrics

Record views

12