Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Thérapie d'exposition en réalité virtuelle dans la prise en charge de l'alcoolodépendance : étude de faisabilité

Résumé : Introduction : de nombreuses études ont évalué le rôle de la thérapie d’exposition en réalité virtuelle (TERV) dans le déclenchement du craving en prise en charge ambulatoire et en soins de suite. À notre connaissance, aucune étude n’a évalué son acceptabilité, sa tolérance et son intérêt chez une population de patients présentant un trouble lié à l’usage d’alcool sévère hospitalisés en sevrage résidentiel. Cette étude avait pour but d’évaluer la tolérance d’un protocole de trois séances d’expositions en réalité virtuelle chez des patients hospitalisés en sevrage résidentiel d’un mois. L’objectif principal était d’évaluer la faisabilité et la tolérance du protocole TERV. Les objectifs secondaires étaient de vérifier la validité écologique des environnements, évaluer l’efficacité clinique en fin de protocole sur le craving et évaluer l’acceptabilité de la TERV par un questionnaire de sous dimensions d’acceptabilité. Patients et méthode : nous avons inclus des patients présentant un trouble lié à l’usage d’alcool hospitalisés en sevrage résidentiel d’un mois. Le protocole comprenait une séance d’évaluation initiale en première semaine, suivi de trois séances d’exposition en réalité virtuelle (en semaine 2, semaine 3 et semaine 4). Le craving et l’appétence pour l’alcool ont été évalués à l’aide de l’échelle visuelle analogique (EVA) du craving, de l’Obsessive Compulsive Drinking Scale (OCDS) et du Desires for Alcohol Questionnaire (DAQ). Les symptômes de cyber-malaise ont été évalués à l’aide du Simulator Sickness Questionnaire (SSQ). Résultats : dix des onze patients (91%) inclus dans le protocole TERV ont terminé l’étude. Le score moyen de SSQ, évaluant les symptômes de cyber-malaise après l’exposition, était de 4,9±2,7 en S2, de 4,4±7,6 en S3 et de 2,6±1,3 en S4. Il n’y avait pas de différence significative (test Mann-Whitney) entre les scores de DAQ avant séance et après séance de TERV. L’EVA moyenne était de 4,4±3 en S2, de 3,6±2,6 en S3 et de 2,1±2,2 en S4. Le score composite moyen du questionnaire de sous dimensions d’acceptabilité était de 4,5±0,6. Conclusion : cette étude de faisabilité a montré des résultats prometteurs dans l’usage de la TERV couplée aux autres outils psychothérapeutiques dans la prise en charge du trouble lié à l’usage d’alcool lors d’une hospitalisation en sevrage résidentiel notamment sur sa bonne tolérance et capacité à déclencher le craving dans un environnement sécure dès la 2ème semaine d’hospitalisation. La réplication de ces résultats avec un plus grand nombre de patients pourrait indiquer l’usage de la TERV comme outil thérapeutique important dans la prise en charge de l’aide au maintien à l’abstinence en offrant la possibilité de travailler autour de la problématique du craving en intra-hospitalier.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03116150
Contributor : Sabine Longuein Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, January 20, 2021 - 10:16:08 AM
Last modification on : Friday, October 8, 2021 - 4:28:16 PM

File

Allart Jean-Charles. Thèse d'...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03116150, version 1

Collections

Citation

Jean-Charles Allart‎. Thérapie d'exposition en réalité virtuelle dans la prise en charge de l'alcoolodépendance : étude de faisabilité. Psychiatrie et santé mentale. 2020. ⟨dumas-03116150⟩

Share

Metrics

Record views

13

Files downloads

26