Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Recul à 6 ans des biomarqueurs et nomogrammes pour le dépistage du cancer de la prostate chez plus de 500 patients

Résumé : Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent des hommes en France. Son dépistage est un problème de santé publique avec un équilibre à trouver entre un diagnostic suffisamment tôt et un diagnostic de cancer non significatif parfois qualifié de sur-diagnostic. Il a été développé de nombreux biomarqueurs et nomogrammes afin de prédire au mieux les patients à dépister et donc à biopsier. Méthode : une étude rétrospective monocentrique incluant l’ensemble des patients vus en consultation d’urologie pour suspicion de cancer de la prostate (PSA > 4ng/ml, ou toucher rectal suspect) se sont vu doser à l’inclusion le PSA, le PSA libre, l’index PHI, le score PCA3, et le T2erg score. Les patients ont reçu une prise en charge et un suivi urologique standard. La capacité des biomarqueurs et des nomogrammes PCPT, ERSPC et ERSPC+PHI à prédire la présence d’un cancer de prostate significatif (≥ISUP2) détecté dans les 6 années après l’inclusion a été étudiée. Résultats : ont été inclus 506 patients entre 2010 et 2013 avec un suivi moyen de 72,3 mois dont 320 (63.7%) patients qui avaient un antécédent de biopsie prostatique négatif. On retrouve à 6 ans, 154 (30.4%) cancers de prostate et 79 (15.6%) cancers de prostate significatifs. Le PSA moyen était de 8.77ng/ml. On retrouve pour la prédiction d’un cancer de prostate significatif une AUC moyenne maximale pour l’index PHI (0.807 (IC95% : 0.752-0.862), puis pour le Rapport PSA Libre/total (0.7707 (IC95% : 0.7097-0.8318), puis la densité de PHI (0.7543 (IC95 % : 0.6721-0.8365), le PCA 3 (0.7193 IC95% : 0.6545-0.7842), la Densité de PSA (0.7006 IC95% : 0.6129-0.7882), le T2erg score (0.6486 IC95% : 0.5760-0.7211) et le PSA (0.6127 IC95% : 0.5442-0.6813). Les nomogrammes ont à 6 ans des résultats faibles avec une AUC inférieure à celle du PSA, pour le PCPT, ERSPC ou ERSPC+PHI. Conclusion : la prédiction du cancer de prostate significatif par les biomarqueurs avec 6 années de recul n’est pas meilleure que précocement. Il n’y a pas lieu de renouveler le dosage de ces derniers dans le suivi des patients suspect de cancer de la prostate. Il reste à déterminer la place de ces biomarqueurs dans la prise en charge, notamment vis-à-vis de l’IRM.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03118334
Contributor : Faculté de Médecine Um Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Friday, January 22, 2021 - 10:13:51 AM
Last modification on : Wednesday, November 3, 2021 - 7:52:29 AM

File

DIMIER Jean-Philippe_thèse.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03118334, version 1

Collections

Citation

Jean-Philippe Dimier. Recul à 6 ans des biomarqueurs et nomogrammes pour le dépistage du cancer de la prostate chez plus de 500 patients. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03118334⟩

Share

Metrics

Record views

18

Files downloads

172