Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Quels sont les freins à la pratique de l'IVG médicamenteuse par les médecins généralistes du Vaucluse ?

Résumé : Objectif : depuis 2004, les médecins généralistes libéraux peuvent pratiquer l’interruption volontaire de grossesse (IVG) par méthode médicamenteuse en cabinet, jusqu’à 7 SA. En 2018, sur 224 300 IVG, 69% ont été réalisées par voie médicamenteuse, et seulement 24% hors secteur hospitalier. En PACA, 3ème région ayant le plus fort taux d’IVG, 1/3 des IVG a été réalisé hors secteur hospitalier. En cabinet libéral, cela représente seulement 4% de gynécologues et généralistes libéraux. Nous avons ainsi cherché à évaluer la pratique et les connaissances des médecins généralistes du Vaucluse en matière d'IVG ainsi que les barrières qui peuvent freiner sa pratique. Méthodologie : une étude quantitative descriptive a été réalisée grâce à un auto-questionnaire envoyé par mail à 106 médecins généralistes du Vaucluse, pratiquant ou non l’IVG, entre mai et juin 2020. Ce questionnaire évaluait le profil socio démographique des médecins, l’intérêt de l’IVG en médecine générale, les connaissances et modalités de pratique effectives de l’IVG par les généralistes, les motivations et freins potentiels ou avérés, et les perspectives de développement de cette activité. Résultats : 43 médecins ont répondu au questionnaire, soit un taux de réponse de 40.5%. Au sein de cet échantillon 23% des généralistes pratiquent l’IVG. 76% des praticiens qui ne la pratiquent pas considèrent qu’elle fait partie du champ d’action de la médecine générale, 24% estiment qu’elle implique cependant trop d’inconvénients. Les pratiques et les connaissances sur l’IVG sont hétérogènes et sont parfois obsolètes ou s’écartent des recommandations. Peu de médecins se sentent suffisamment informés sur l’IVG (15%). Cette activité représente cependant une source de motivation, principalement pour améliorer l’accès à l’IVG et diminuer les délais de prise en charge. Les généralistes qui la pratiquent, sont majoritairement freinés par la faible demande des patientes, son caractère contraignant et stressant et son manque de visibilité par le public. Ceux ne la pratiquant pas mentionnent principalement la bonne organisation du système de soins, son côté contraignant et stressant, son caractère chronophage, et le manque d’expérience. Plusieurs pistes de développement sont soulevées et semblent particulièrement importantes, parmi elles : l’amélioration de l’accès à la formation, de la visibilité du réseau de professionnels et des connaissances des généralistes sur le sujet. Conclusion : le système de soins dans le Vaucluse autour de l’IVG semble bien organisé, réduisant la nécessité pour les médecins de se former. L’évaluation du vécu des patientes sur ce point serait intéressante, et pourrait expliquer la faible sollicitation auprès de leur généraliste. Un travail sur la visibilité du réseau des professionnels par le public et par les praticiens, ainsi qu’une meilleure formation des médecins et une meilleure éducation du grand public semblent indispensables à la mobilisation des généralistes pour cette activité. Cela peut s’intégrer dans la mise en place d’un réseau dédié à l’IVG, à l’image de ce qui existe déjà dans d’autres régions (REVHO).
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03148411
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, February 22, 2021 - 11:17:47 AM
Last modification on : Tuesday, October 19, 2021 - 10:35:23 PM
Long-term archiving on: : Sunday, May 23, 2021 - 6:26:39 PM

File

The`se VERSION FINALE.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03148411, version 1

Collections

Citation

Adoris Guilbot. Quels sont les freins à la pratique de l'IVG médicamenteuse par les médecins généralistes du Vaucluse ?. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03148411⟩

Share

Metrics

Record views

85

Files downloads

144