État de stress post-traumatique maternel à 8 semaines d’un accouchement par voie basse : fréquence et facteurs de risque - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Post-traumatic stress disorder 8 weeks following vaginal delivery: prevalence and risk factors

État de stress post-traumatique maternel à 8 semaines d’un accouchement par voie basse : fréquence et facteurs de risque

Abstract

Introduction: The prevalence of post-traumatic stress disorder (PTSD) following vaginal delivery and its risk factors are uncertain in standard obstetrical risk population. The aims of our study were to determine the prevalence and identify characteristics associated with a PTSD 8 weeks after vaginal delivery in a standard obstetrical risk population. Methods : Ancillary cohort study of the TRAAP1 randomized controlled trial, conducted in fifteen French maternity units between 2015 and 2016. Women older than 18 years old and who underwent vaginal delivery after 35 weeks of gestation were enrolled. PTSD symptoms and PTSD diagnostic were assessed 8 weeks after childbirth by two validated self-report questionnaires (IES-R and TES). The associations between potential risk factors and PTSD were analyzed by multivariate logistic or linear modelling depending on the nature of the dependent variable, after multiple imputation for missing data. Results: Prevalences of PTSD symptoms and PTSD diagnosis were respectively 4.3% (119/2740) and 1.6% (44/2740) with the IES-R, and 4.9% (137/2785) and 0.4% (9/2080) with the TES. Characteristics associated with higher risk of PTSD were vulnerability factors (notably young age, North African country and psychiatric comorbidities) and obstetric risk factors (notably induction of labor (aOR 1.49 95%CI 1.00-2.23), postpartum hemorrhage ≥ 1000mL (aOR 2.02 95%CI 1.02-4.24) and bad memories of delivery at day 2 postpartum (aOR 4.45 95%CI 2.38-8.33) with the IES-R). These results were close with the TES scale. Conclusion: PTSD following childbirth is not rare after vaginal delivery in a standard obstetrical risk population. Presence of obstetric risk factors and bad memories following childbirth may help to detect women with high risk of PTSD in order to propose immediate intervention.
Introduction : La prévalence de l’état de stress post-traumatique (ESPT) après un accouchement par voie basse et ses facteurs de risques, notamment obstétricaux, sont incertains dans une population à risque obstétrical standard. Les objectifs de notre étude étaient d’estimer la prévalence et d’identifier les facteurs de risque de l’ESPT à 8 semaines après un accouchement par voie basse dans une population à risque obstétrical standard. Matériels et Méthode : Étude de cohorte ancillaire de l’essai randomisé contrôlé TRAAP1 conduit dans 15 maternités universitaires françaises entre 2015 et 2016. Les femmes incluses étaient âgées de plus de 18 ans, avec grossesse monofoetale et ayant accouché par voie basse après 35 semaines d’aménorrhée. La présence de symptômes d’ESPT et le diagnostic d’ESPT étaient évalués successivement par deux auto-questionnaires validés (l’IES-R et la TES) envoyés à 8 semaines du post-partum. Les associations entre les facteurs de risque potentiels et l’ESPT ont été analysée par modélisation multivariée logistique ou linéaire selon la nature de la variable dépendante, après imputation multiple des données manquantes. Résultats : Les prévalences de symptômes d’ESPT et de diagnostic d’ESPT étaient respectivement de 4,3% (119/2740) et 1,6% (44/2740) avec l’IES-R, et de 4,9% (137/2785) et 0,4% (9/2080) avec la TES. Le risque d’ESPT était significativement majoré chez des femmes présentant certains facteurs de vulnérabilité (notamment l’âge jeune, l’origine géographique d’Afrique du Nord et les comorbidités psychiatriques) et ceux liés au déroulement de la grossesse et de l’accouchement (notamment le déclenchement du travail (ORa 1,49 IC95% 1,00 ; 2,23), l’hémorragie du post-partum ≥ 1000mL (ORa 2,02 IC95% 1,02 ; 4,24) et le mauvais vécu de l’accouchement à J2 du post-partum (ORa 4,45 IC95% 2,38 ; 8,33)) avec l’IES-R. Ces associations étaient globalement similaires avec la TES. Conclusion : La prévalence de l’ESPT n’est pas rare après un accouchement par voie basse dans une population à risque obstétrical standard. La présence de certains facteurs de risque obstétricaux et le mauvais vécu immédiat de l’accouchement pourraient permettre de détecter précocement en suite de couche les femmes à risque d’ESPT afin de proposer une prise en charge.
Fichier principal
Vignette du fichier
M2EPI_2020_FROELIGER.pdf (2.69 Mo) Télécharger le fichier

Dates and versions

dumas-03153698 , version 1 (26-02-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03153698 , version 1

Cite

Alizée Froeliger. État de stress post-traumatique maternel à 8 semaines d’un accouchement par voie basse : fréquence et facteurs de risque. Santé publique et épidémiologie. 2020. ⟨dumas-03153698⟩
332 View
579 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More