Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Valeur diagnostique de l'évaluation olfactive subjective et semi-objective dans la COVID-19

Résumé : Au cours de la pandémie à SARS-CoV-2 (COVID-19), les patients pauci ou asymptomatiques sont une source reconnue et redoutée de propagation virale. Bien que basées sur des données déclaratives non comparatives de malades atteints de COVID-19, de nombreuses études suggèrent que des troubles olfactifs et gustatifs pourraient être des signes révélateurs et fréquents de la maladie. L’objectif de cette étude est de mesurer la prévalence de ces troubles chimiosensoriels et de comparer la valeur diagnostique de l’évaluation olfactive déclarative (auto-évaluation subjective) à celle d’un test olfactif psychophysique (évaluation semi-objective), chez des patients bénéficiant d’un test virologique. Matériel et méthodes : il s’agit d’une étude diagnostique à inclusion prospective et consécutive, menée au Centre de Dépistage de la COVID-19 du CHU de Montpellier. Les professionnels de santé et les patients ambulatoires, montrant des symptômes évocateurs de COVID-19 et/ou déclarant un contact rapproché avec un cas index, ont été évalués. Ils étaient soumis à un questionnaire général de santé et à un test olfactif ad hoc standardisé (CODA, clinical olfactory dysfunction assessment). Il s’agit d’un test psychophysique simple et rapide, spécifiquement conçu en réponse aux exigences d’hygiène et de facilité d’approvisionnement. Il mesure les capacités d’identification olfactive et l’intensité ressentie de 3 huiles essentielles odorantes, pour un score de 0 à 6. Enfin le statut COVID-19 était établi par RT-qPCR SARS-CoV-2 sur écouvillon nasopharyngé. Résultats : parmi 809 participants, 58 (7,2%) ont été testés positifs pour le SARS-CoV-2. La prévalence des troubles olfactifs et gustatifs rapportés à l’interrogatoire était de 34,5% pour les cas confirmés de COVID-19, contre 3,9% pour les participants négatifs (p<0,001). Les troubles olfactifs rapportés à l’interrogatoire et objectivés par la CODA (score ≤3) montraient une sensibilité similaire de 0,31 [IC 95% 0,20 ; 0,45] et 0,34 [IC 95% 0,22 ; 0,48], et une spécificité de 0,97 [IC 95% 0,96 ; 0,98] et 0,98 [IC 95% 0,96 ; 0,99] respectivement pour le diagnostic de COVID-19. La concordance était élevée entre l’interrogatoire et la CODA, AC1=0,95 [IC 95% 0,93 ; 0,97]. Au cours du suivi, la prévalence des troubles olfactifs et gustatifs a été réévaluée à 55,2%. Si tous les participants rapportaient une amélioration de leur odorat, seuls 23 (74,2%) participants bénéficiaient d’une récupération totale, avec un délai moyen de 17,3±17,5 jours (médiane 10 jours, IQR 11). Conclusion : dans cette étude prospective portant sur des participants ambulatoires pauci ou asymptomatiques, les troubles olfactifs étaient très spécifiques mais peu sensibles pour détecter une COVID-19. Leur présence, fréquente, doit faire suspecter le diagnostic de COVID-19, en particulier si un test psychophysique confirme l’anamnèse.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03156198
Contributor : Scd Université de Montpellier Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, March 2, 2021 - 12:07:47 PM
Last modification on : Monday, October 11, 2021 - 1:25:03 PM
Long-term archiving on: : Monday, May 31, 2021 - 6:42:14 PM

File

 Restricted access
To satisfy the distribution rights of the publisher, the document is embargoed until : 2031-03-02

Please log in to resquest access to the document

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03156198, version 1

Collections

`

Citation

Charles Villerabel. Valeur diagnostique de l'évaluation olfactive subjective et semi-objective dans la COVID-19. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03156198⟩

Share

Metrics

Record views

24