Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Regards croisés entre les attentes et représentations du patient présentant une addiction aux produits psychoactifs et le futur pharmacien d’officine Grenoblois

Résumé : Introduction : Il existe un paradoxe entre la place centrale revendiquée par le pharmacien dans le suivi des maladies chroniques et le suivi de la maladie addictive. La maladie addictive est une pathologie chronique incluant des phénomènes de rechutes comme pour d’autres pathologies chroniques. La maladie addictive est à l’origine de nombreuses autres pathologies chroniques tels que les cancers, les pathologies cardiovasculaires, respiratoires, psychiatriques, digestives etc… De par son maillage territorial et son positionnement, le pharmacien d’officine occupe pourtant une place majeure dans la prise en charge des patients souffrant d’addictions et plus particulièrement d’addiction aux produits psychoactifs (benzodiazépines, opiacés licites et illicites, tabac, alcool, cannabis…), notamment en termes de repérage et d’orientation dans le parcours de soin, de prévention des complications, d’éducation thérapeutique etc… Les étudiants en pharmacie d’officine représentent la future génération de pharmaciens. Ils seront amenés à dispenser à ces patients des médicaments (benzodiazépines, TSO, opiacés, traitement de l’addiction à l’alcool, hypnotiques, anxiolytiques…) qui occupent une place majeure en termes de iatrogénie et de mortalité en France. Le pharmacien se doit donc d’être parfaitement formé afin de répondre aux besoins et attentes spécifiques des patients souffrant d’addiction aux produits psychoactifs en s’émancipant des stéréotypes qui pèsent sur cette patientèle. L’obtention de regards croisés de la part des étudiants et des patients addict permettra d’évaluer la place réelle du pharmacien d’officine dans la prise en charge des patients souffrant d’addiction. Méthode et analyse : Cette étude transversale déclarative a été menée en 2020 à Grenoble via la réalisation de deux questionnaires en ligne d’une dizaine de minute à destination des patients des 3 CSAPA Grenoblois et des étudiant en 5ème et 6ème année officine. Les étudiants volontaires répondaient directement au questionnaire sur la plateforme en ligne tandis que les patients volontaires répondaient aux questions posées par un investigateur unique qui retranscrivait alors les réponses (en présentiel en salle de consultation ou en distanciel par téléphone dans un second temps). De nombreuses questions étaient semblables entre le questionnaire patient et le questionnaire étudiant afin de pouvoir croiser les données de réponses. Une analyse descriptive sans calcul de puissance ni analyse en sous-groupe a ensuite été réalisée. Les données ont été exprimées en « nombre de personne ayant répondu à l’item » puis converti en « pourcentage de personne ayant répondu à l’item ». Résultats : Les patients souffrant d’addiction aux produits psychoactifs sont semblables à la population générale (caractéristiques socio-démographiques, niveau d’étude (39% avec niveau ≥ bac + 2), confiance (91.6%), fidélité (75.8%) et bonne relation (90.5%) avec la pharmacie…). Certaines fausses croyances persistent (violences régulières (6.3% en réalité), nomadisme médical et officinal (5.2% en réalité)…) en dépit de l’évolution épidémiologique laissant peser un sentiment de honte (27.4%) et de stigmatisation (42.1%) rapporté par les patients. En revanche, les patients souffrant d’addiction aux produits psychoactifs ont des attentes particulières envers la pharmacie et ces attentes ne sont pas toutes bien cernées par les étudiants. Les étudiants mesurent bien la difficulté pour ces patients de se confier au sujet de leur addiction, mais ils sont en difficulté en addictologie surtout concernant les traitements opiacés et du sevrage alcoolique, et n’adoptent pas la bonne posture (augmentation de la peur (+ 30%) et de la méfiance (+ 42%) et diminution de l’empathie (- 40%)) mais ils sont demandeurs (95.4%) de formation et de stages afin de pouvoir progresser. Conclusion : Les étudiants en pharmacie ont acquis beaucoup de connaissances mais cette étude tend à montrer qu’une majoration et une modification de la formation initiale du pharmacien d’officine en addictologie semble nécessaire (stages, cours pratiques, témoignages et intérêt des patients experts etc…). Ces modifications devront alors tenir compte des évolutions des addictions et des populations souffrant d’addiction étroitement liées aux évolutions sociétales afin de répondre aux mieux à l’exercice officinal.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03161860
Contributor : Jean-Hugues Morneau Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, March 8, 2021 - 10:13:21 AM
Last modification on : Friday, March 12, 2021 - 3:17:11 AM
Long-term archiving on: : Wednesday, June 9, 2021 - 6:21:32 PM

File

2021GRAL7002_vergnol_yoan_dif....
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03161860, version 1
`

Citation

Yoan Vergnol. Regards croisés entre les attentes et représentations du patient présentant une addiction aux produits psychoactifs et le futur pharmacien d’officine Grenoblois. Sciences pharmaceutiques. 2021. ⟨dumas-03161860⟩

Share

Metrics

Record views

74

Files downloads

62