Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Imagerie fonctionnelle et troubles neurocognitifs du VIH : évolution après intensification du traitement antirétroviral

Résumé : Introduction : en 2018, 36,9 millions de personnes vivent avec le VIH. Entre 50 et 70% des patients vont développer des troubles cognitifs associés au VIH (HAND). Nous avons décidé d’étudier l’évolution des fonctions cognitives après intensification du traitement ainsi que la corrélation entre l’imagerie et la gravité de l’atteinte au moment de l’inclusion puis d’évaluer l’évolution de l’imagerie selon l’évolution clinique, après intensification du traitement anti-rétroviral.
Patients et méthode : nous avons inclus 31 patients âges de 18 à 65 ans, infectés par le VIH et bien contrôlés sur le plan virologique. Les patients ont bénéficié d’une intensification « neurologique » (augmentation du score CPE) de leur traitement et d’un suivi régulier pendant 4 ans. Cliniquement les patients étaient évalués à S48 ET S96 grâce à l’échelle de Frascati et au GDS. Radiologiquement, les patients devaient passé une IRM au moment de l’inclusion et à S96. Avec le logiciel OLEA nous avons calculé l’ADC cérébral global au moment de l’inclusion et à S96. Nous avons ensuite comparé le delta ADC entre les patients améliorés et non améliorés.
Résultats : le score CPE a pu être amélioré de 6 [4-7] à 10 [9-11] après intensification. Le GDS a décru de 1.4 [0.8-2.2] à 1.0 [0.6-2.0] (p=0,009) et la classification de Frascati a été améliorées passant de 2HAD/22TNL/7ANI à 1HAD/8TNL/17ANI et 5 patients sans alterations neurocognitives (p=0,001). Les patients ont été séparés en groupe de patients améliorés et non améliorés. Il existe une baisse significative de L’ADC global (p=0,041) chez l’ensemble des patients. Bien que non statistiquement significatif on pouvait observer une relation entre l’ADC global initial et la sévérité de l’atteinte initiale : plus l’atteinte était sévère plus l’ADC était élevé. Les patients améliorés présentaient une baisse significative de l’ADC avec un ADC initial de 891,2+/-65,8et un ADC contrôle de 846,4+/-65,9 (p=0,031) et les patients non améliorés n’avaient pas de modification significative de leur ADC avec un ADC initial de 862,3+/-67,2 et un ADC contrôle de 842,8+/-64,7 (p=0,31).
Discussion : comme dans d’autres études nous avons trouvé une association entre sévérité des HAND et l’ADC. Pour la première fois, nous avons démontré une normalisation de l’ADC cérébral global chez les patients dont les troubles cognitifs ont été améliorés cliniquement, confortant les résultats cliniques de l’étude Neuro3+. Suggérant que les mécanismes physiopatholgiques des HAND sont réversibles. Ces résultats confortent également l’utilisation de la diffusion dans l’étude, l’évaluation et le suivi des HAND.
Conclusion : notre étude a permis de mettre en évidence une amélioration de l’ADC cérébral global après intensification à visée neurologique du traitement anti-rétroviral.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03184637
Contributor : Université Paris Descartes - Scd Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, March 29, 2021 - 4:33:25 PM
Last modification on : Friday, September 3, 2021 - 3:32:56 AM

File

ThExe_PEYRASSOU_David_DUMAS.pd...
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03184637, version 1

Citation

David Peyrassou. Imagerie fonctionnelle et troubles neurocognitifs du VIH : évolution après intensification du traitement antirétroviral. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨dumas-03184637⟩

Share

Metrics

Record views

7

Files downloads

8