Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Anaphylaxie alimentaire de l'enfant : reconnaissance et prescription d'adrénaline par des médecins généralistes

Résumé : CONTEXTE. La prévalence de l’allergie alimentaire est de 4 à 8% chez les enfants d’âge scolaire en France. Le médecin généraliste peut être confronté à cette problématique, y compris à ses manifestations graves, avant le bilan spécialisé. Il doit instaurer une conduite à tenir incluant la prescription d’un traitement médicamenteux en cas de nouvelle réaction, dont l’adrénaline pour les situations à risque. OBJECTIFS. L’objectif principal était de définir les pratiques de prescription de l’adrénaline en médecine générale, chez l’enfant ayant présenté une réaction allergique alimentaire. Les objectifs secondaires étaient d’objectiver fréquence et nature des freins à la prescription de l’adrénaline ; d’évaluer les pratiques basiques d’éducation thérapeutique ; de recueillir des souhaits de formation. MÉTHODE. Enquête quantitative de pratiques par questionnaire, portant sur un échantillon de médecins généralistes majoritairement du Puy-de-Dôme. RÉSULTATS. 69 questionnaires ont été exploités. La répartition des médecins était assez homogène en ancienneté et lieu d’exercice (par rapport à un service d’urgences/SMUR). Concernant la reconnaissance de l’anaphylaxie et la prescription adaptée d’adrénaline, 50% des répondants n’ont reconnu aucune situation, 10% les ont toutes reconnues. Une atteinte de la face ou cutanée avec oedème induisent une prescription d’adrénaline dans une proportion conséquente. Parmi les principales raisons de non prescription de stylo d’adrénaline : incertitude diagnostique, absence d’indication de prescription, réaction allergique habituellement légère. Il persiste pour la moitié des participants la crainte de troubles du rythme cardiaque secondaires à une injection d’adrénaline. En matière d’éducation thérapeutique, les circonstances d’utilisation de la trousse d’urgence et l’utilisation du stylo sont souvent expliquées et montrées. CONCLUSION. Les situations nécessitant une prescription de stylo d’adrénaline selon les dernières recommandations, n’ont pas été reconnues de façon optimale. L’incertitude diagnostique inhérente à la pratique de la médecine de premier recours est un des principaux freins à cette prescription. La prescription de traitements autres que l’adrénaline paraît hétérogène. La constitution de fiches synthétiques sur l’anaphylaxie et d’autres thèmes cités, à destination des médecins généralistes, pourrait être utile.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03218404
Contributor : Santé Uca Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, May 5, 2021 - 3:52:14 PM
Last modification on : Thursday, May 6, 2021 - 3:35:49 AM

File

Thèse BARRIERE Mélanie.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03218404, version 1

Collections

Citation

Mélanie Barriere. Anaphylaxie alimentaire de l'enfant : reconnaissance et prescription d'adrénaline par des médecins généralistes. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03218404⟩

Share

Metrics

Record views

73

Files downloads

64