Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Intérêt du dosage bronchique de l'alpha-amylase dans le diagnostic précoce de pneumopathie d'inhalation chez les patients admis en réanimation après un arrêt cardiaque récupéré

Résumé : Introduction : la pneumopathie d’inhalation constitue une complication fréquente dans les suites d’un arrêt cardiaque extrahospitalier (ACEH). La présence d’alpha-amylase (α-amylase) au niveau des sécrétions respiratoires est un marqueur potentiel d’inhalation. L’objectif principal de cette étude était d’évaluer l’intérêt du dosage bronchique de l’α-amylase dans le diagnostic précoce de pneumopathie d’inhalation, chez les patients admis en réanimation après un ACEH. Méthode : nous avons réalisé une étude prospective monocentrique, sur une période de 5 ans (Juillet 2015 à septembre 2020), incluant des patients admis en réanimation pour un ACEH. Un prélèvement distal protégé, avec mini lavage broncho-alvéolaire (mini-LBA) était réalisé dans les 6 heures suivant l’admission. Un dosage de l’α-amylase au niveau bronchique était effectué, ainsi qu’une analyse bactériologique standard. Le diagnostic de pneumopathie était confirmé par les investigateurs sur des critères cliniques, radiologiques et microbiologiques. Un contrôle ciblé de la température était réalisé chez tous les patients. Résultats : 88 patients ayant présenté un ACEH ont été inclus. 34% (30 patients) ont présenté une pneumopathie d’inhalation dans les 5 jours suivant l’admission. 22 (73%) de ces pneumopathies survenaient dans les 48 premières heures. 57% des patients recevaient une antibiothérapie probabiliste à leur admission. La mortalité en réanimation était de 50%. La valeur médiane [interquartile] d’α-amylase retrouvée dans les prélèvements bronchiques n’était pas différente entre les patients présentant une pneumopathie d’inhalation (15 [0-130]) et les autres (3 [0-68]) , p= 0,157). Une différence significative était retrouvée lorsque l’on ne considérait que les pneumopathies très précoces (≤ 48 heures) (19 [3-280] ;p= 0,028). Lorsqu’un ou plusieurs germes étaient identifiés dans le mini-LBA réalisé à l’admission, la valeur médiane d’ α-amylase mesurée (25 [2-230]) était significativement plus élevée que lorsque le prélèvement était rendu stérile (2 [0-43], p= 0,007). En utilisant un seuil de 8,5 UI/L, La sensibilité et la spécificité de l’α-amylase pour prédire une pneumopathie d’inhalation dans les 2 jours étaient respectivement de 74% et 62% ; Les valeurs prédictives positives et négatives étaient respectivement de 44 et 86% ; l’aire sous la courbe ROC était de 0,654 (IC 95% ; 0,524- 0,785). La durée de ventilation mécanique, la durée de séjour en réanimation et la mortalité étaient similaires dans les 2 groupes. Conclusion : dans notre étude, le dosage de l’α-amylase au niveau bronchique ne permettait pas de prédire avec efficacité la survenue d’une pneumopathie d’inhalation dans les 5 jours suivant l’admission en réanimation après un ACEH. Les performances étaient modérées pour prédire les pneumopathies très précoces.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03279426
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, July 6, 2021 - 2:49:57 PM
Last modification on : Tuesday, October 19, 2021 - 10:35:22 PM
Long-term archiving on: : Thursday, October 7, 2021 - 6:46:56 PM

File

THESE MOUSALLI VERSION FINAL.p...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03279426, version 1

Collections

Citation

Anis Mousalli. Intérêt du dosage bronchique de l'alpha-amylase dans le diagnostic précoce de pneumopathie d'inhalation chez les patients admis en réanimation après un arrêt cardiaque récupéré. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03279426⟩

Share

Metrics

Record views

17

Files downloads

21