Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Parasite de Bong Joon-ho ou le film en mouvements : Verticalité, porosité, circularité

Résumé : Fondée sur l’argument de l’invasion d’un lieu privilégié par une famille pauvre de Séoul, la narration de Parasite, septième long-métrage de Bong Joon-ho, fait naturellement de la question de l’espace l’un des moteurs du récit. Si l’on envisage Parasite selon l’idée d’André Gardies que tout film « raconte l'histoire de l'homme dans ses rapports à l'espace », il serait intéressant d’étudier comment celui de Bong Joon-ho élabore sa propre stratégie narrative sur le traitement de l’espace et des déplacements entre les lieux de la diégèse et à l’intérieur de ceux-ci. Plus particulièrement, l’originalité de l’œuvre nous semble résider dans un emploi spécifique des dynamiques spatiales, récurrentes d’ailleurs dans la filmographie de Bong Joon-ho. Nous en avons ainsi identifié trois qui dessinent comme des mouvements filmiques structurant visuellement tout le film : la verticalité, la porosité et la circularité. Mais c’est dans la mise en scène des lignes qui isolent à l’intérieur du décor les personnages selon leur rang social que se joue le second mouvement du film. La circulation des personnages devient alors une appropriation de l’espace. Mais c’est également par l’usage du montage que Bong Joon-ho parvient à restituer la porosité des espaces. Invasifs, intrusifs sous l’effet de ce montage, les espaces et les lieux se rencontrent et se parasitent par le jeu des correspondances entre les motifs qui les constituent et les êtres qui les habitent. Un mouvement circulaire est, en effet, à l’œuvre dans l’ensemble du film, sous la forme la plus manifeste d’abord de l’inclusion narrative, ou récit en boucle, figure qu’il nous faudra définir dans sa valeur spatiale. Il conviendra de reconnaître dans cette mise en scène des échos qui résonnent d’un espace à l’autre du film, la leçon finale de l’œuvre, dont la figure du fantôme, métaphore sociale telle que la formule Pierre Bourdieu de l’individu « enchaîné à un lieu », est peut-être une clef de lecture.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03287140
Contributor : Patricia Bourgoint Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, July 15, 2021 - 2:19:42 PM
Last modification on : Tuesday, November 2, 2021 - 3:46:48 AM

File

2021-ROUSSET Parasite.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03287140, version 1

Citation

Mikaël Rousset. Parasite de Bong Joon-ho ou le film en mouvements : Verticalité, porosité, circularité. Art et histoire de l'art. 2021. ⟨dumas-03287140⟩

Share

Metrics

Record views

13

Files downloads

5