Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Prévalence et suivi à 6 mois des patients anticoagulés au long cours admis aux urgences sous un traitement possiblement inapproprié associant un anticoagulant et un antiplaquettaire

Résumé : Introduction : La prise en charge de patients sous antithrombotique est courante aux urgences. Chez les patients anticoagulés au long cours, la prescription concomitante d’antiagrégant plaquettaire (AP) est fréquente. Cette association expose à une augmentation du risque hémorragique surpassant le bénéfice ischémique chez les patients ayant une maladie vasculaire stable et n’est plus préconisée chez ces patients selon les dernières recommandations de la société européenne de cardiologie (ESC). Objectif : L’objectif de notre étude était d’évaluer la conformité des pratiques avec les directives concernant la prescription d’AP chez des patients anticoagulés au long cours et de déterminer le nombre de patients pour lesquels l’AP était arrêté à 6 mois. Matériel et Méthode : Nous avons réalisé une étude de cohorte rétrospective monocentrique, basée sur le registre RATED (NCT02706080). Nous avons inclus des patients admis aux urgences du CHU de Clermont-Ferrand du 1er mars 2019 au 29 février 2020, bénéficiant d’un anticoagulant (AC) au long cours pour une FA, une MTEV ou une VM, associée à un traitement AP. Les patients étaient répartis en deux groupes selon les directives ESC : - Groupe 1 : combinaison appropriée/en accord avec les recommandations, et - Groupe 2 : combinaison possiblement inappropriée/en désaccord avec les recommandations. Un suivi à 6 mois était effectué pour les deux groupes. Le critère de jugement principal était la prévalence de patients anticoagulés au long cours chez qui la prescription d’un traitement AP paraissait inappropriée à l’admission et le nombre de patients ayant bénéficié d’un arrêt de l’AP à 6 mois. Résultats : Sur les 239 patients inclus sous AC+AP, 179 (74.9%) combinaisons étaient jugées possiblement inappropriées, et 60 (25.1%) appropriées. Sur les 179 inappropriés, 19.5% (n=35) n’avaient aucun motif clair à un AP (pas de CAD ni PAD ni VM), et 16.7% (n=30) ne présentaient ni athérosclérose ni maladie cérébrovasculaire. À 6 mois, 53 patients inappropriés à l’admission étaient sous AC seul, tandis que 74 restaient sous combinaison inappropriée et 15 sous combinaison appropriée. Conclusion : Chez 74.9% des patients sous AC+AP, l’AP aurait pu être arrêté. À 6 mois un nombre important de patients restaient sous AC+AP possiblement inappropriée. Ces résultats soulignent l’importance de l’identification de ces combinaisons aux urgences et de la réévaluation des prescriptions d’associations antithrombotiques car elles participent à la polymédication et à l’augmentation du risque hémorragique.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03290988
Contributor : Santé Uca Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, July 19, 2021 - 3:52:13 PM
Last modification on : Wednesday, July 21, 2021 - 3:50:21 AM

File

These DURIF Romain.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03290988, version 1

Collections

Citation

Romain Durif. Prévalence et suivi à 6 mois des patients anticoagulés au long cours admis aux urgences sous un traitement possiblement inapproprié associant un anticoagulant et un antiplaquettaire. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03290988⟩

Share

Metrics

Record views

38

Files downloads

13