Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Risque infectieux chez les patients atteints de MICI de plus de 65 ans traités par biothérapie : recueil prospectif d’un an

Résumé : Introduction : le développement des biothérapies a nettement amélioré la prise en charge des patients atteints de Maladies Inflammatoires Chroniques Intestinales (MICI), mais pourrait augmenter le risque infectieux. Leur utilisation chez les patients âgés est un challenge, malheureusement cette population est souvent exclue des études. Les anti-TNF chez les patients âgés augmentent le risque d’infection opportuniste ou d’infection sévère. Le vedolizumab n’apparait pas augmenter ce risque, comparé aux anti-TNF, et il n’existe pas de données sur l’ustekinumab. Nous avons mené une étude multicentrique prospective comparant le risque infectieux des anti-TNF et nouvelles biothérapies (vedolizumab et ustekinumab) chez les patients âgés de plus de 65 ans atteints de MICI. Méthodes : les patients atteints de MICI âgés de plus de 65 ans sous anti-TNF, vedolizumab ou ustekinumab ont été inclus dans six centres hospitaliers français et deux cabinets libéraux. Les patients étaient séparés en 2 groupes en fonction du traitement reçu : groupe anti-TNF, et groupe nouvelles biothérapies (vedolizumab ou ustekinumab). Le critère de jugement principal était la survenue d’une infection. Étaient recueillis également le type d’infection, l’utilisation d’antibiotiques, le recours à une hospitalisation, ainsi que la survenue d’une poussée, le recours à une corticothérapie, la modification du traitement de fond. Résultats : 113 patients sous anti-TNF et 94 patients sous vedolizumab ou ustekinumab ont été inclus. L'âge moyen était de 72 (± 5) ans. Le risque infectieux était comparable entre le groupe anti-TNF et le groupe des nouvelles biothérapies, avec respectivement 29 % et 28 % de risque infectieux (p = 0,81). Il n'y avait pas de différence en termes de type d'infection, d'hospitalisation liée à l'infection (7 % vs 6,4 %), d'utilisation d'antibiotiques et de profil d'efficacité entre les deux groupes. Concernant les patients de plus de 75 ans, le risque infectieux était comparable entre les deux groupes, avec un taux d'hospitalisation liée à l'infection (14 %) plus élevé que chez les patients < 75 ans, mais avec un risque similaire d'hospitalisation en réanimation. Conclusion : chez les patients de plus de 65 ans atteints de MICI, le risque infectieux est comparable entre les anti TNF et les nouvelles biothérapies (vedolizumab ou ustekinumab). Ces biothérapies apparaissent comme efficaces et sûres dans cette population.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03324810
Contributor : Scd Université de Montpellier Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, August 24, 2021 - 9:16:02 AM
Last modification on : Monday, October 11, 2021 - 1:25:04 PM
Long-term archiving on: : Friday, November 26, 2021 - 9:22:40 AM

File

 Restricted access
To satisfy the distribution rights of the publisher, the document is embargoed until : 2031-08-24

Please log in to resquest access to the document

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03324810, version 1

Collections

Citation

Anne Bozon. Risque infectieux chez les patients atteints de MICI de plus de 65 ans traités par biothérapie : recueil prospectif d’un an. Human health and pathology. 2021. ⟨dumas-03324810⟩

Share

Metrics

Record views

11