Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Étude de l’intrication entre le syndrome de l'intestin irritable, les troubles du comportement alimentaire et l'endométriose. Étude ENDONUT

Résumé : Contexte :
De nombreuses études mettent en évidence la présence de mécanismes physiopathologiques etcomorbidités communs entre le syndrome de l'intestin irritable (SII), les troubles du comportement alimentaire (TCA) et l'endométriose. Cependant, aucune d'elles n'a étudié l'intrication entre ces trois pathologies. L'essor actuel de la recherche sur le microbiote intestinal, et plus largement dans l'étude de l'axe « intestin-cerveau » est une réelle piste dans la compréhension de ces mécanismes physiopathologiques communs. Le but de ce travail était d'une part, de réaliser une revue de la littérature traitant des liens entre SII, TCA et endométriose, et d'autre part, de dépister le SII et les TCA chez des patientes atteintes d’endométriose.
Méthode :
Pour l'étude ENDONUT, nous avons inclus les patientes issues de la cohorte CIRENDO (Cohorte Inter-Régionale nord-ouest des femmes atteintes d'ENDOmétriose) ayant un diagnostic avéré d'endométriose datant de moins de 4 ans, indépendamment de leur âge, de la date de début des symptômes, du type d'endométriose (digestive ou non) ou encore de la réalisation ou non d'un geste chirurgical digestif en lien avec l'endométriose. Cinq questionnaires validés ont été envoyés par mail aux patientes acceptant de participer à l'étude : questionnaire SCOFF-F, critères de Rome IV, questionnaire EAT-26, score de Francis, questionnaire HAD anxiété-dépression, et un questionnaire recueillant des données anthropométriques et d'habitudes de vie. Le critère de jugement principal est un critère composite regroupant le score SCOFF-F et la réponse aux critères de Rome IV.
Résultats :
Au total, 100 patientes étaient incluables. 54 patientes ont accepté de participer à l'étude ENDONUT et ont répondu aux questionnaires. Parmi ces 54 patientes atteintes d'endométriose, 19 avaient un score SCOFF-F positif (35,2 %) et 26 avaient un score ROME-IV positif (48,1 %). Ces prévalences étaient bien supérieures à celles retrouvées en population générale. Par ailleurs, 14 patientes avaient à la fois un score SCOFF-F positif et un score ROME-IV positif (p = 0,006), traduisant une association significative entre ces deux variables.
Conclusion :
Nos résultats mettent en évidence une association significative entre le SII, les TCA et l'endométriose dans notre population de patientes. D'autres études, avec un plus grand effectif, sont nécessaires pour confirmer nos résultats, mieux comprendre cette triade et permettre une meilleure prise en charge diagnostique et thérapeutique de ces patientes.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03336426
Contributor : Claire Leboeuf Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, September 7, 2021 - 10:56:43 AM
Last modification on : Saturday, October 2, 2021 - 3:34:19 AM

File

Alexandra_Aupetit.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03336426, version 1

Citation

Alexandra Aupetit. Étude de l’intrication entre le syndrome de l'intestin irritable, les troubles du comportement alimentaire et l'endométriose. Étude ENDONUT. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03336426⟩

Share

Metrics

Record views

22

Files downloads

19