Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Possibilité d’utilisation des objets connectés pour le maintien à domicile : une étude au sein de la filière gérontologique de Monaco

Résumé : Introduction : dans un contexte de vieillissement de la population, les objets connectés visant à maintenir l’autonomie des personnes âgées à domicile pourraient être l’une des solutions dans la lutte contre la dépendance. Des études ont rapporté que les seniors s’intéressaient à cette solution et qu’ils jugeaient que les médecins étaient les personnes les plus à même de les conseiller sur les objets à utiliser. Dans le même temps, ces derniers ne s’estimaient pourtant pas être en mesure de remplir cette tâche à l’heure actuelle par manque notamment de formation et d’information. L’objectif de notre étude était ainsi de confronter caractéristiques des patients et ressources nécessaires à l’emploi de ces objets, afin d’évaluer et produire une réponse sur la possibilité concrète d’utilisation d’un ou plusieurs objets au quotidien par la population âgée fragile mais encore autonome ciblée. Matériel et méthode : réalisation d’une étude qualitative à travers des entretiens menés de mi-octobre 2020 à mi-janvier 2021 avec des patients suivis en consultation au Centre gérontologique Rainier III de Monaco. Les sujets devaient avoir gardé une certaine autonomie fonctionnelle (GIR 4 ou plus) et présenter au moins un critère de fragilité (selon le score de Fried) pour être inclus. Ils répondaient à un questionnaire avec notamment des items sur les quatre objets identifiés dans notre étude comme pouvant avoir une capacité d’alerte sur des facteurs de risque d’hospitalisation en gériatrie (la téléalarme, la montre-ECG, le pilulier et la balance connectés). Résultats : 48 patients ont été inclus dans l’étude. 50% pensaient que l’utilisation d’objets connectés pourrait être utile pour les aider à préserver leur santé. L’intérêt variait cependant en fonction de l’âge (90,9% d’intérêt pour les 65-74 ans, 21,1% pour les 75-84 ans, 55,6% pour les 85 ans et plus), de la capacité à utiliser des applications de smartphone (73,7% d’intérêt pour les sujets compétents), de la disponibilité d’un aidant humain pour l’utilisation des objets (64,5% d’intérêt chez ceux qui identifiaient un aidant). Les patients qui disposaient d’internet au domicile étaient aussi plus enclins à utiliser des objets connectés. Concernant chaque objet, la téléalarme semblait utile (64,6%) tant aux répondants intéressés par les objets connectés que les non intéressés. Parmi les personnes intéressées par les objets connectés, la montre-ECG et le pilulier semblaient respectivement utiles pour 58,3% et 54,2% d’entre eux. La balance en revanche n’intéressait qu’une minorité de ces derniers (41,7%). Discussion : les résultats de notre étude nous ont permis de proposer une aide pour orienter les médecins vers les objets de l’étude possibles à utiliser pour leurs patients autonomes mais fragiles en fonction de la disponibilité ou non de trois ressources nécessaires à leur utilisation (disposition d’internet au domicile, capacité à se servir d’une application de smartphone, disponibilité d’une aide humaine). Toutefois, en accord avec la littérature, nous avons vu que l’image du patient de son propre état de fragilité et la perception de l’intérêt qu’il pourrait avoir à utiliser un objet connecté sont à prendre en compte lors de la décision de conseiller ou non l’utilisation d’un ensemble d’objets ou d’un objet donné. La diffusion des objets connectés cités au sein de la population âgée permettrait dans un avenir proche d’initier des études afin d’évaluer l’efficacité de l’usage au quotidien de ces objets sur la diminution espérée des hospitalisations et en corollaire de la perte d’autonomie. Il serait peut-être alors possible d’identifier différents profils de patients âgés (sur le plan de l’autonomie et de la fragilité) susceptibles de bénéficier de différents ensembles d’objets connectés adaptés à leurs besoins. Conclusion : il est possible pour un médecin de conseiller un patient âgé fragile mais autonome sur l’utilisation d’objets connectés pour le maintien à domicile en fonction de l’identification de certaines ressources techniques et humaines nécessaires à l’utilisation de ces objets. L’évaluation de leur efficacité en termes de diminution d’hospitalisations et de limitation de perte d’autonomie reste toutefois à faire. Afin d’espérer des résultats positifs dans ce sens à l’avenir, la relation médecin-patient (échanges sur des données cliniques objectives versus perception du patient de sa fragilité et de l’intérêt des objets proposés) doit demeurer aujourd’hui au cœur de la décision d’utiliser ou non un objet connecté pour qu’elle soit adaptée.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03343682
Contributor : Bibliothèque Universitaire de Médecine Nice <>
Submitted on : Tuesday, September 14, 2021 - 12:33:20 PM
Last modification on : Wednesday, September 15, 2021 - 3:14:11 AM

File

2021NICEM007.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03343682, version 1

Citation

Geoffrey Bouron. Possibilité d’utilisation des objets connectés pour le maintien à domicile : une étude au sein de la filière gérontologique de Monaco. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03343682⟩

Share

Metrics

Record views

12

Files downloads

1