Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Place de la pompe à LHRH dans l'induction de fertilité pour hypogonadisme hypogonadotrope congénital masculin: étude comparative versus gonadotrophines et revue de la littérature

Résumé : Introduction : moins souvent utilisée que les gonadotrophines, la pompe à LHRH permet aussi d’induire une fertilité dans les hypogonadismes hypogonadotropes congénitaux (HHC) masculins à hypophyse fonctionnelle. Objectif : comparer l’effet de la pompe à LHRH sur la croissance testiculaire et la spermatogénèse chez des patients HHC, à un traitement par gonadotrophines, chez les patients du service, et revue de la littérature. Méthodes : étude rétrospective monocentrique de patients traités par pompe-à-LHRH (administration pulsatile sous-cutanée) ou par gonadotrophines (FSHr et LHr) depuis 2012, comparée à une revue de la littérature des articles publiés sur la question depuis 1980, sélectionnés par mots clefs sur ce sujet. Résultats : parmi les 15 patients avec HHC traités pour induction de fertilité, (âgés de 15 à 49 ans, moyenne 28 ans) 4 ont été traités par pompe-à-LHRH pendant 23 mois en médiane (14 à 26) et 11 par gonadotrophines pendant 24 mois en médiane (16 à 35). Le volume testiculaire (VT) augmentait dès 3 mois de traitement chez 9/15 patients. En fin de traitement, l’augmentation médiane du VT était de 9 ml avec la pompe et 8 ml avec les gonadotrophines. L’apparition des premiers spermatozoïdes est survenue à une médiane de 10 mois quel que soit le traitement, 8 grossesses ont été obtenues (1 par pompe). 10 patients ont pu auto-conserver des paillettes utilisables en FIV. Dans la littérature, nous avons retrouvé 477 patients traités pendant en moyenne 15 mois (1 à 48) par pompe à LHRH pour induction de fertilité. 60% ont obtenu une spermatogenèse et 19% une grossesse. Six études contrôlées montrent une plus grande efficacité de la pompe sur la spermatogénèse, et sur le délai d’obtention des premiers spermatozoïdes. Conclusion : le traitement par pompe à LHRH est efficace sur la croissance testiculaire et l'induction de la spermatogénèse pour les HHC à hypophyse fonctionnelle. Il constitue une bonne alternative aux gonadotrophines, pouvant permettre d’optimiser l’observance pendant la période nécessaire à l’induction de fertilité, et en raccourcissant la durée du traitement.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03365069
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, October 5, 2021 - 10:20:54 AM
Last modification on : Tuesday, October 19, 2021 - 10:35:24 PM

File

THESE LOCKHART 21-09-21 (2).pd...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03365069, version 1

Collections

Citation

Véronique Lockart. Place de la pompe à LHRH dans l'induction de fertilité pour hypogonadisme hypogonadotrope congénital masculin: étude comparative versus gonadotrophines et revue de la littérature. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03365069⟩

Share

Metrics

Record views

11

Files downloads

6