HAL will be down for maintenance from Friday, June 10 at 4pm through Monday, June 13 at 9am. More information
Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Place de la pompe à LHRH dans l'induction de fertilité pour hypogonadisme hypogonadotrope congénital masculin: étude comparative versus gonadotrophines et revue de la littérature

Résumé : Introduction : moins souvent utilisée que les gonadotrophines, la pompe à LHRH permet aussi d’induire une fertilité dans les hypogonadismes hypogonadotropes congénitaux (HHC) masculins à hypophyse fonctionnelle. Objectif : comparer l’effet de la pompe à LHRH sur la croissance testiculaire et la spermatogénèse chez des patients HHC, à un traitement par gonadotrophines, chez les patients du service, et revue de la littérature. Méthodes : étude rétrospective monocentrique de patients traités par pompe-à-LHRH (administration pulsatile sous-cutanée) ou par gonadotrophines (FSHr et LHr) depuis 2012, comparée à une revue de la littérature des articles publiés sur la question depuis 1980, sélectionnés par mots clefs sur ce sujet. Résultats : parmi les 15 patients avec HHC traités pour induction de fertilité, (âgés de 15 à 49 ans, moyenne 28 ans) 4 ont été traités par pompe-à-LHRH pendant 23 mois en médiane (14 à 26) et 11 par gonadotrophines pendant 24 mois en médiane (16 à 35). Le volume testiculaire (VT) augmentait dès 3 mois de traitement chez 9/15 patients. En fin de traitement, l’augmentation médiane du VT était de 9 ml avec la pompe et 8 ml avec les gonadotrophines. L’apparition des premiers spermatozoïdes est survenue à une médiane de 10 mois quel que soit le traitement, 8 grossesses ont été obtenues (1 par pompe). 10 patients ont pu auto-conserver des paillettes utilisables en FIV. Dans la littérature, nous avons retrouvé 477 patients traités pendant en moyenne 15 mois (1 à 48) par pompe à LHRH pour induction de fertilité. 60% ont obtenu une spermatogenèse et 19% une grossesse. Six études contrôlées montrent une plus grande efficacité de la pompe sur la spermatogénèse, et sur le délai d’obtention des premiers spermatozoïdes. Conclusion : le traitement par pompe à LHRH est efficace sur la croissance testiculaire et l'induction de la spermatogénèse pour les HHC à hypophyse fonctionnelle. Il constitue une bonne alternative aux gonadotrophines, pouvant permettre d’optimiser l’observance pendant la période nécessaire à l’induction de fertilité, et en raccourcissant la durée du traitement.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03365069
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, October 5, 2021 - 10:20:54 AM
Last modification on : Tuesday, October 19, 2021 - 10:35:24 PM
Long-term archiving on: : Thursday, January 6, 2022 - 6:20:33 PM

File

THESE LOCKHART 21-09-21 (2).pd...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03365069, version 1

Collections

Citation

Véronique Lockart. Place de la pompe à LHRH dans l'induction de fertilité pour hypogonadisme hypogonadotrope congénital masculin: étude comparative versus gonadotrophines et revue de la littérature. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03365069⟩

Share

Metrics

Record views

37

Files downloads

5