Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Le diabète est un facteur indépendant de croissance de l'accident vasculaire cérébral ischémique durant la phase de reperfusion, menant à un mauvais pronostic clinique

Résumé : Objectifs : malgré la réussite de la recanalisation par la thérapie combinée, environ la moitié des patients traités pour un AVC ischémique, demeurent handicapés. Si de nombreuses études ont proposé des marqueurs cliniques prédictifs du pronostic après un AVC ischémique, de manière originale nous avons étudié les facteurs pré-thérapeutiques influençant la croissance de l’infarctus (CI) et le mauvais pronostic clinique dans les AVC secondaires à une occlusion de gros vaisseaux recanalisés avec succès. Matériels et méthode : nous avons inclus 87 patients consécutifs recanalisés avec succès (mTICI : 2b/2c/3) par thrombectomie mécanique (± thrombolyse IV) après un AVC ischémique secondaire à une occlusion de l’artère cérébrale moyenne (M1) dans les 6h suivant le début des symptômes, selon les recommandations de l’AHA. La croissance de l’infarctus a été définie par la soustraction du volume sur la diffusion (DWI) initiale au volume final sur le scanner (TDM) à 24h. Les associations statistiques entre le mauvais pronostic clinique (mRS≥2), la CI et les variables clinico-radiologiques pertinentes, ont été mesurées avec des modèles de régression logistique et linéaire. Résultats : parmi les 87 patients inclus (âge (années) : 68.4±17,5 ; NIHSS : 16.0±5.4), 42/87 (48,28%) patients avaient un score mRS≥2 à 3 mois. L’antécédent diabétique (OR : 3,70 IC95% [1,03 ; 14,29]) et le NIHSS initial (/ 1 point : OR : 1,16 IC95% [1,05 ; 1,27]) étaient associés de façon indépendante au mauvais pronostic. La CI était significativement plus importante chez les patients avec un mauvais pronostic (+7,57±4,52 vs -7,81±1,67 ; p=0,0024). Les volumes initiaux n’étaient pas significativement différents (mRS≥2 : 16,18±2,67 ; mRS [0-1] : 14,70±2,30 ; p=0,1618). Les variables explicatives de la CI en régression linéaire (R²=0,37) étaient l’antécédent diabétique (β : 21,26 IC95% [5,43 ; 37,09]) et le NIHSS (β : 0.83 IC95% [0,02 ; 1,64]). La croissance de l’infarctus était plus importante chez les patients diabétiques (23,54±1,43 vs -6,20±9,36 ; p=0.0061). Conclusion : nous avons conclu que le diabète conduisait à une persistance de la CI après une recanalisation complète, conditionnant le pronostic clinique chez des patients pris en charge pour des AVC ischémiques secondaires à une occlusion de gros vaisseaux recanalisés avec succès par thérapie combinée. Nous suggérons que l’altération de la reperfusion tissulaire liée à la microangiopathie diabétique peut expliquer ce résultat.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03366117
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, October 5, 2021 - 3:09:56 PM
Last modification on : Tuesday, October 12, 2021 - 3:34:38 AM

File

THESE DEHONDT 2021.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03366117, version 1

Collections

Citation

Jean-Daniel Dehondt. Le diabète est un facteur indépendant de croissance de l'accident vasculaire cérébral ischémique durant la phase de reperfusion, menant à un mauvais pronostic clinique. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03366117⟩

Share

Metrics

Record views

9

Files downloads

1