Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Évaluation de l’efficacité et la sécurité de la transplantation rénale à partir de donneur vivant ABO incompatible au CHU de Marseille : une étude rétrospective

Résumé : Introduction : la transplantation rénale est la technique de suppléance préférentielle chez les patients insuffisants rénaux chroniques au stade terminal, mais il existe une pénurie d’organes. Le développement du don vivant ABO incompatible (DV ABOi) est une des solutions à cette pénurie, mais les données de la littérature soulignent un risque augmenté de mortalité et des complications infectieuses plus fréquentes, en raison d’un protocole de désensibilisation comprenant du rituximab et des échanges plasmatiques. Nous avons souhaité évaluer l’efficacité et la sécurité de la transplantation rénale ABO incompatible dans notre pratique, en les comparant à ceux obtenus à partir d’un don vivant ABO compatible (DV ABOc) sur une même période. Matériels et méthodes : nous avons inclus les patients greffés rénaux à partir de DV au CHU de la Conception entre 2015 et 2020. Nous avons documenté la survie des patients ainsi que la survie des greffons, les complications infectieuses, immunologiques, hémorragiques, thrombo-emboliques, hématologiques, cardio-vasculaires et néoplasiques à partir du dossier informatisé Axigate et de la base de données Cristal. Résultats : 101 patients ont été inclus dans l’étude, dont 17 receveurs DV ABOi et 84 DV receveurs ABOc, avec un suivi médian de 40 mois. L’objectif du titre d’iso-agglutinines ≤ 1 : 8 le jour de la transplantation a été atteint chez les 17 patients du groupe ABOi. La survie des receveurs DV ABOi était de 100% à 1 an puis 94% à 3 et 5 ans, contre 99% à 1 an puis 97,6% à 3 et 5 ans pour les receveurs DV ABOc (p=0.45). La survie des greffons rénaux était de 100% à 1 an puis 94% à 3 et 5 ans pour les receveurs DV ABOi, contre 99% à 1 an puis 96% à 3 et 5 ans pour les receveurs DV ABOc (p=0,65). La fréquence et la sévérité des infections étaient équivalentes entre les 2 groupes, avec un excès de complications infectieuses lors des 15 premiers jours chez les receveurs ABOc (47% vs 15%, p=0.007). Les complications hémorragiques étaient également plus fréquentes (p<0.001). Il n’a pas été noté de différence significative sur la fréquence des rejets, de même pour les complications thrombo-emboliques, cardio-vasculaires, et néoplasiques. Conclusion : l’application d’un protocole de transplantation ABO incompatible a permis de réaliser 20% de transplantations supplémentaires à partir de donneur vivant, sans impact significatif sur la survie patient ou la survie des greffons rénaux. Afin de diminuer le risque infectieux, le protocole de désensibilisation pourrait dans un premier temps comporter une baisse de la posologie de rituximab. Afin de diminuer le risque hémorragique et transfusionnel, l’utilisation de PFC lors des EP pourrait être systématique dès l’apparition d’un trouble de coagulation.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03367894
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, October 6, 2021 - 2:37:59 PM
Last modification on : Wednesday, October 13, 2021 - 3:27:21 AM

File

THESE ANDRE R. 29-09-2021.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03367894, version 1

Collections

Citation

Raphaël André. Évaluation de l’efficacité et la sécurité de la transplantation rénale à partir de donneur vivant ABO incompatible au CHU de Marseille : une étude rétrospective. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03367894⟩

Share

Metrics

Record views

8

Files downloads

2