Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

État des lieux sur la prise en charge de l’arythmie cardiaque par fibrillation auriculaire de novo aux urgences du CHU de Nice. Quels critères pour une tentative de réduction?

Résumé : Introduction : l’arythmie cardiaque par fibrillation auriculaire (ACFA) touche à ce jour environ 33 millions de personnes dans le monde et une augmentation de 250% de la prévalence est attendue d’ici 2050. En France l’incidence est évaluée entre 110 000 et 230 000 nouveaux cas par an. Dans nos services d’urgences la tendance est la même que dans la population générale, ainsi cette pathologie est d’avantage rencontrée, notamment l’ACFA « inaugurale », or les prises en charge sont disparates. L’objectif principal de notre étude est de définir quelles sont les caractéristiques de la population et de l’ACFA qui nous font opter pour une prise en charge par réduction plutôt que par ralentissement de la fréquence cardiaque. Nos objectifs secondaires sont d’évaluer l’ensemble des examens réalisés à visée diagnostique et les prescriptions thérapeutiques conduites.
Matériels et méthodes : ceci est une étude observationnelle rétrospective monocentrique dans le service d’accueil des urgences du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Nice, entre le 28 Février 2017 et le 28 Juillet 2020. Nous avons recueilli, pour chaque patient ayant un diagnostic d’ACFA de novo, les caractéristiques de la population, de son état hémodynamique et clinique ainsi que les données concernant ses prises en charge diagnostique et thérapeutique. Nous nous sommes appuyés pour notre travail sur les dernières recommandations de la Société française de la médecine d'urgences (SMFU) de 2015.
Résultats : dans notre étude, pour un total de 500 patients inclus, 104 sont pris en charge par tentative de réduction et 396 bénéficient d’un ralentissement de la fréquence cardiaque ou bien n’ont pas de prise en charge particulière. Nous retrouvons que la prise préalable d’un traitement anticoagulant, la présence d’une fréquence cardiaque supérieure à 110 battements par minute, d’une hypotension à l’arrivée aux urgences et un début des symptômes inférieurs à 48 heures sont des facteurs indépendamment associés à une prise en charge préférentielle par tentative de réduction. Une anti-coagulation est délivrée chez 55% de nos patients aux urgences. Elle est le plus souvent administrée parmi ceux ayant un score de CHA2D2-VASc supérieur ou égal à un. En fin de prise en charge 363 patients sont hospitalisés et 137 sont rentrés à domicile. Nous retrouvons de façon significative plus d’hospitalisations parmi ceux n’ayant pas bénéficié de tentative de réduction. Au total un quart des patients reconsultent aux urgences.
Conclusion : notre étude montre que les recommandations de la SFMU de 2015 pour la prise en charge de l’ACFA de novo dans notre service d’urgences sont globalement respectées. Les critères nous amenant à prendre en charge un premier épisode d’ACFA par tentative de réduction sont en général justifiés et les complications dans les suites sont rarissimes.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03369671
Contributor : Bibliothèque Universitaire de Médecine Nice Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, October 7, 2021 - 2:50:38 PM
Last modification on : Tuesday, December 7, 2021 - 4:10:59 PM
Long-term archiving on: : Saturday, January 8, 2022 - 7:09:20 PM

File

2021NICEM071.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03369671, version 1

Citation

Marta Fernandes-Ferreira. État des lieux sur la prise en charge de l’arythmie cardiaque par fibrillation auriculaire de novo aux urgences du CHU de Nice. Quels critères pour une tentative de réduction?. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03369671⟩

Share

Metrics

Record views

29

Files downloads

4