HAL will be down for maintenance from Friday, June 10 at 4pm through Monday, June 13 at 9am. More information
Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

L’ antibiothérapie probabiliste dans l’infection spontanée du liquide d’ascite chez le patient atteint de cirrhose : facteurs de risque d’échec et efficacité

Résumé : L’infection spontanée du liquide d’ascite (ISLA) chez le cirrhotique est l’infection bactérienne la plus fréquente mais elle reste synonyme de mauvais pronostic dans l’histoire de la maladie. De nombreuses études et recommandations existent sur le sujet. Actuellement, l’émergence des BMR et le changement de profil bactérien de ces patients, amènent à reconsidérer la prise en charge. L’objectif de notre travail était de mettre en évidence d’éventuels facteurs de risque d’échec de l’antibiothérapie de première ligne dans l’ISLA et de déterminer si l’efficacité du traitement avait un impact sur la survie du patient. Matériel et méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective, observationnelle, monocentrique sur le CHU de Rouen. Elle concernait les patients atteints de cirrhose, présentant une ISLA ayant bénéficié d’un traitement d’avril 2009 à avril 2019. Le critère de jugement principal reposait sur la ponction d’ascite de contrôle à 48 heures montrant l’efficacité du traitement, définie par une diminution d’au moins 25% des polynucléaires neutrophiles (PNN) et la stérilisation de la culture. Les facteurs de risques associés à l’échec du traitement ont été déterminés par une analyse de régression logistique univariée puis par un modèle multivarié. Enfin, la survie a été étudiée par les courbes de Kaplan-Meier, comparées par le test du log-rank. Résultats : 347 patients ont été inclus, comprenant 22% de femmes avec un âge médian de 62ans ±7ans. 107 (31%) présentaient un critère de jugement principal en faveur d’un échec de l’antibiothérapie à 48 heures contre 240 (69%) en faveur d’une efficacité. Un score ACLF à 3, un Staphylococcus aureus, un bacille Gram négatif, une bactérie multirésistante, une CRP élevée, une encéphalopathie hépatique de grade III-IV, une bactériémie, une insuffisance rénale aiguë ou une hospitalisation en réanimation étaient associés à un échec du traitement. Seule la CRP restait indépendamment associée à l’échec, avec un cut-off significatif supérieur à 75mg/L (OR 0.36, IC 95% [0.19-0.68], p = 0.002). La survie sans décès toute cause ou transplantation hépatique montrait une différence significative pendant l’hospitalisation, à 1 mois, 3 mois et 1 an en fonction de l’efficacité ou non de l’antibiothérapie précoce. Conclusion : La CRP, souvent ignorée dans la prise en charge du cirrhotique, semble être un facteur indépendant d’échec du traitement de l’ISLA. Les résultats de notre étude montrent l’importance de l’efficacité précoce du traitement, avec un impact sur la survie du patient pendant l’hospitalisation, à court et moyen terme.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03396791
Contributor : Claire Leboeuf Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, January 4, 2022 - 9:41:15 AM
Last modification on : Tuesday, February 1, 2022 - 3:32:12 AM
Long-term archiving on: : Tuesday, April 5, 2022 - 6:47:48 PM

File

Leroux_Juliette.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03396791, version 1

Citation

Juliette Leroux. L’ antibiothérapie probabiliste dans l’infection spontanée du liquide d’ascite chez le patient atteint de cirrhose : facteurs de risque d’échec et efficacité. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03396791⟩

Share

Metrics

Record views

15

Files downloads

1