Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Les critères d'adhésion des médecins généralistes au protocole Fil-EAS ic (Filière d'Évaluation et d'Accompagnement dans le parcours de Soins de l'insuffisant cardiaque) du Centre Hospitalier Intercommunal de Toulon - La Seyne-sur-Mer

Résumé : Introduction : l’insuffisance cardiaque est un enjeu majeur de santé publique. Différentes initiatives ont été proposées pour améliorer et développer la prise en charge en ambulatoire. C’est dans ce contexte qu’a été imaginé le protocole Fil-EAS ic (Filière d’Évaluation et d’Accompagnement dans le parcours de soins de l’Insuffisant Cardiaque) du Centre Hospitalier Intercommunal de Toulon et La Seyne sur mer. Une surveillance rapprochée des patients en hospitalisation à domicile (HAD) est organisée en sortie précoce d’hospitalisation pour insuffisance cardiaque. Cependant, la place des médecins généralistes (MG) comme véritables acteurs de la prise en charge, semble poser question. La communication avec les MG repose sur un contact téléphonique avant l’initiation de l’HAD et un questionnaire d’évaluation médicale du patient, au début de la prise en charge en HAD, dont la pertinence mérite d’être évaluée. Cette hypothèse nous invite à interroger les MG sur leurs critères d’adhésion souhaités au protocole Fil-EAS ic. Matériels et méthodes : il s’agit d’une étude quantitative, descriptive, transversale où nous avons analysé les critères d’adhésion des MG au protocole Fil-EAS ic. La population d’étude correspond à l’ensemble des MG dont au moins un de leurs patients a été inclus et pris en charge par le protocole (n=71). Les données d’analyses sont recueillies via un questionnaire. Le critère d’évaluation principal s’attache à préciser l’adhésion des médecins généralistes au protocole Fil-EAS ic avant, pendant et après la prise en charge en HAD. Résultats : en amont de la prise en charge en HAD, seuls 48% des MG interrogés ont été contactés pour donner leur accord, avec une probable disparité sur la qualité des échanges menés lors de ce premier contact. Lors de la prise en charge en HAD, les documents d’information et d’évaluation médicale n’ont quasiment jamais été réceptionnés par les MG. Ils souhaitent les recevoir préférentiellement par messagerie électronique, en plus de l’instaurer dans le dossier papier avec lequel le patient retourne à son domicile. Les coordonnées des médecins référents sont très appréciées des MG, mais moins de 50% en avaient possession. Une grande majorité effectue des visites au domicile pendant l’HAD. Ils souhaitent un partage avec les médecins référents du suivi biologique et en moindre mesure du système informatique répertoriant l’évolution clinique quotidienne notifié par les IDE et les ECG. A la clôture de l’HAD, les comptes rendus finaux n’ont pas été reçu pour 15 à 30% des MG. Les conseils de suivi de l’insuffisance cardiaque, l’adaptation des traitements par diurétiques ont largement montré leur utilité. La mise en place d’une télésurveillance et d’une hospitalisation de jour sont très appréciées avec le souhait des MG d’être informés des décisions prises, sans nécessairement y être plus impliqués. Concernant la poursuite ou majoration du passage d’IDE à la fin de la prise en charge, les MG souhaitent être contactés pour décider ou non de mettre en place cette mesure. Au final, les MG évaluent le protocole Fil-EAS ic par une moyenne de 3,4/5 avec un désir en majorité de vouloir être plus impliqués, particulièrement lors de la prise en charge en HAD, lors des décisions prises à la consultation de clôture et dans le suivi à posteriori. Une meilleure implication des MG permettrait un meilleur taux de satisfaction au protocole Fil-EAS ic. Conclusion : notre étude montre qu’une amélioration de la communication ville-hôpital, dès l’instauration de l’HAD, est essentielle : informer le MG de l’organisation de la prise en charge et partager les coordonnées des médecins référents, obtenir son accord pour la suite, discuter du moyen de communication adéquat et de son implication souhaitée. Notre travail montre la nécessité d’une meilleure accessibilité au MG du suivi clinique et para-clinique mis en place ainsi qu’aux documents et comptes rendus de sortie. Le protocole Fil-EAS ic travaille actuellement avec les communautés professionnelles territoriales de santé, dont l’enjeu est l’harmonisation des pratiques interprofessionnelles, et le déploiement de l’e-santé permettant le partage d’informations médicales sécurisées. L’évolution de la prise en charge, en impliquant davantage les médecins généralistes comme ils le souhaitent, nécessite d’évaluer la faisabilité des mesures à mettre en place avec les professionnels de santé du protocole Fil-EAS ic étant donné le risque d’alourdir et de rendre moins efficace la prise en charge en multipliant les décideurs. Une étude ultérieure permettrait de juger de l’efficacité des mesures prises et rechercher une amélioration du taux de satisfaction des MG et de la prise en charge des patients.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03400685
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, October 25, 2021 - 10:19:47 AM
Last modification on : Tuesday, November 9, 2021 - 3:40:37 AM

File

ECRITURE THESE FINALE pdf-1.pd...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03400685, version 1

Collections

Citation

Marie-Lilka Deramecourt. Les critères d'adhésion des médecins généralistes au protocole Fil-EAS ic (Filière d'Évaluation et d'Accompagnement dans le parcours de Soins de l'insuffisant cardiaque) du Centre Hospitalier Intercommunal de Toulon - La Seyne-sur-Mer. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03400685⟩

Share

Metrics

Record views

9