Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Pneumopathie à COVID 19 : peut-on prédire une évolution secondairement défavorable dès les urgences à l'aide du scanner thoracique ?

Résumé : Objectif : l’objectif de cette étude était d’évaluer la capacité du scanner thoracique réalisé aux urgences, à prédire une aggravation secondaire, et donc un transfert en réanimation, chez les patients hospitalisés pour une infection à COVID 19. Matériel et méthodes : il s’agit d’une étude observationnelle, cas-témoin rétrospective, appariée. 122 patients atteints d’une infection à COVID 19 ont été sélectionnés. 61 patients admis secondairement en réanimation ont été inclus dans le groupe « cas », et 61 patients parmi les 323 hospitalisés en secteur conventionnel ont formé le groupe « témoin ». Les données scanographiques ont été comparées entre les deux groupes et une analyse multivariée a été effectuée, par régression logistique. Résultats : les groupes « cas » et « témoins » étaient comparables sur les données de démographie, les antécédents et le score de gravité clinique à l’arrivée aux urgences, à l’exception de trois éléments, plus représentés dans le groupe « cas » : les antécédents de diabète, de coronaropathie, et l’oxygénorequérance aux urgences. Avoir au moins deux signes scanographiques de gravité parmi le Crazy-Paving, la présence de condensations parenchymateuses étendues, d’un épanchement pleural, et/ou d’images de distorsion, serait associé de manière statistiquement significative à une admission secondaire en réanimation (OR ajusté = 3,01 [1.35-6.71], p=0,007). Avoir une étendue scanographique « sévère » à « critique » serait associé au recours à la ventilation mécanique (OR ajusté = 3.26 [1.16-9.16], p=0,025). Se pose alors la question de la réalisation d’un score composite intégrant les antécédents, les données cliniques et les données d’imagerie, qui permettrait de dépister dès les urgences les patients à risque de développer une forme grave afin de les orienter précocement dans un service adapté. Conclusion : oui, il semblerait que l’on puisse prédire une évolution secondairement défavorable d’une infection à COVID 19 dès les urgences à l'aide du scanner thoracique. En effet, le fait d’avoir au moins deux critères de gravité scanographique est associé de manière statistiquement significative, dans notre étude, à une admission secondaire en réanimation.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03411670
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, November 2, 2021 - 2:29:53 PM
Last modification on : Saturday, December 4, 2021 - 3:38:57 AM

File

Thèse Marie BRULEY 18.10.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03411670, version 1

Collections

Citation

Marie Bruley. Pneumopathie à COVID 19 : peut-on prédire une évolution secondairement défavorable dès les urgences à l'aide du scanner thoracique ?. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03411670⟩

Share

Metrics

Les métriques sont temporairement indisponibles